dans le même genre
  METRO EXODUS
  DIRT RALLY 2.0
  CRACKDOWN 3
  RESIDENT EVIL 2 (2019)
  ACE COMBAT 7 - SKIES UNKNOW...
  RED DEAD REDEMPTION 2
  POKEMON LET'S GO PIKACHU (S...
  SHADOW OF THE TOMB RAIDER
  LUIGI'S MANSION (3DS)
  DIVINITY : ORIGINAL SIN II

du même éditeur
  STAR WARS BATTLEFRONT 2 (4K...
  BATTLEFIELD HARDLINE
  DRAGON AGE : INQUISITION
  PLANTS VS ZOMBIES : GARDEN ...
  SIMS 4
  TITANFALL
  LES SIMS 3 : RETOUR VERS LE...
  NEED FOR SPEED RIVALS
  BATTLEFIELD 4
  BATTLEFIELD 4


Dernières Actus
  POWERDVD 19 : COMPATIBLE 8K...
  KING KONG 2019 : DISPONIBLE...
  HAWAII 5-0 : SAISON 8 EN CO...
  DISNEY DÉVOILE :"LE ROI LIO...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX LA ...
  NETFLIX DÉVOILE SA NOUVELLE...
  NETFLIX ANNONCE LA SAISON 3...
  LE PALMARÈS DU FESTIVAL SÉR...

Star Wars Battlefront

Genre Jeux Vidéo
Pays USA (2015)
Date de sortie jeudi 19 novembre 2015
Durée 999 Min
Compositeur John Williams
Plateforme Xbox One
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Non
Non
Non

Le Jeu Critique de Frédéric Beaufrere
  Editeur   Electronic Arts
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  999 min
  Nb Dvd  1
   
   
Attendu presque autant que l'épisode VII au cinéma, le Star Wars Battlefront de Dice, édité par Electronic Arts a pris d'assaut PC et consoles de nouvelle génération pour le plus grand bonheur des fans de la saga. Mais n'en attendions nous pas un peu plus (trop) ?

"Fais-le ou ne le fais pas"
Quand l'univers de Star Wars s'invite sur Xbox One avec un moteur graphique Frostbite 3 et le savoir faire de Dice a qui l'on doit l'excellentissime FPS Battlefield 4, on est en droit d'attendre une pépite. Pour les néophytes DICE est le studio qui a accouché de la grandiose série des Battlefield, une référence en terme de FPS multijoueur en ligne qui propose de larges cartes, des environnements destructibles, une méto changeante, des véhicules à foison et des modes de jeu qui encouragent l'esprit d'équipe avec différents classes de soldats ayant chacun des aptitudes et un arsenal propre a débloquer à force de victoires. Et bien faites une croix sur ce combo fatal.

Est-ce à cause de la licence Star Wars ? Toujours est il que Star Wars Battlefront offre une expérience de jeu "light", à l'accessibilité élargie. Cependant côté ambiance, tout y est : les décors démesurés (vous propulsant sur Tatooine, Hoth, Endor, Sullust, Jakku, ...), les vaisseaux mythiques (X-Wing, Tie Fighter, TR-TT, Tie Fighter, A-Wing, X-Wing, Snowspeeder, etc.), les héros légendaires (Bobba Fet, Dark Vador, Palpatine, Han Solo, Leïa ou Luke Skywalker), et un environnem ent sonore parfait avec tous les bruitages de Lucasfilm et la musique de John Williams. A peine lancé, le jeu donne le ton et l'on s'immerge dans la saga.

"Toujours par deux ils sont, un maître et son apprenti"
Quelques missions d'entrainement sont proposées pour expérimenter en solo ou avec un ami en ligne ou en local sur écran partagé le jeu et sa mécanique, histoire de maîtriser les commandes de l'infanterie, des héros ou des engins à piloter. On se lance dans ces missions de survie ou de formation qui enchainent les vagues d'attaque et permettent au joueur de tester ses aptitudes sur le terrain. On découvre alors que la sauce est aigre douce. Douce parce que l'immersion dans l'univers Star Wars est totale.

Aigre parce que le gameplay est des plus basiques. Les commandes sont classiques pour un FPS mais ici pas de classes de combattants aux aptitudes spécifiques. On gagne au fur et à mesure de sa progression des crédits que l'on peut alors investir dans les armes (non modifiables) ou une main de nouvelles cartes des étoiles que notre niveau de progression aura débloquées. Chaque joueur va ainsi pouvoir personnaliser son apparence, acheter de nouvelles armes, s'adjoindre jusqu'à 3 accessoires (détonateur thermique, jetpack, champ de force perso, grenadi ionique, fusil cycleur, roquette intelligente ou autre talent spécifique et temporaire à utiliser sur le champ de bataille).

"Personne par la guerre ne devient grand"
Pour continuer on se lance dans les nombreux modes multijoueurs. La claque visuelle est sonore est véritablement au rendez-vous et l'on en prend plein les mirettes. Les attaques de marcheurs à déjouer, les décors suffisamment variés, les modes escarmouches pour se fritter vite fait, tout ceci est très plaisant mais pas très subtil sur le terrain. Et c'est bien là tout le problème. La visée est des plus simples. On zoome et on balance la purée blaster. Les coups vont droit au but pour peu qu'on place approximativement le curseur de visée à peu près dans l'axe du joueur ennemi. Vous l'avez deviné, la visée automatique est de la partie. Il est ainsi possible de faire un carton au blaster de base à bien plus de 100 mètres sans avoir à se concentrer peut importe l'arsenal.

Côté pilotage des véhicules, c'est aussi la dimension "arcade" qui prédomine. Marcheurs ou Snow Speeder, Tie Fighter ou Motojet, le pilotage est très basique (et approximatif)  la faute à trop peu de contrôles affectés au Gamepad. On ne décolle pas et on n'atterrit pas, on ne monte pas à bord pas plus qu'on ne descend. Tout est contrôlé par le jeu. On ramasse un bonus et hop nous voilà en plein ciel au commande d'un engin sans pouvoir en sortir. On ramasse un autre bonus et hop nous voici à bord d'un TR-TT en plein champ de bataille. On trouve un bonus héros légendaire et hop nous voilà sous le casque de Vador ou de Boba Fett ... pour quelques instants.

Le chaos du multijoueur
Sur le champ de bataille on ne contrôle pas non plus les points de réapparition. Un décès vous propulse n'importe où sur la carte pour incarner un nouveau soldat. Dès lors il est impossible d'apporter le soutien que l'on veut à l'endroit où l'on veut, ce qui ampute le multijoueur de toute dimension stratégique. On réapparait le plus souvent à 120 mètres de l'action que l'on peine à rejoindre en courant dans un décor à la topographie magnifiquement accidentée. Lorsqu'on arrive enfin, l'action a changé de place. Le chaos règne donc en permanence pendant les combats. Et c'est là un aspect bien décevant du titre car une dimension stratégique aurait sans doute motivé un esprit de corps. Ce n'est pas le cas ici puisque chacun est éparpillé aux quatre coins de la carte à chaque mort, se battant dès lors avant tout pour son propre score.

En fin de compte, l'essentiel de Star Wars Battlefront vient de l'addiction induite par l'univers Star Wars si finement reconstitué à l'écran qui vous invite en permanence à reprendre le Gamepad en main pour continuer à explorer cette ambiance épique en se frottant aux vaisseaux les plus emblématiques, aux héros les plus puissants. Star Wars Battlefront est si magnifique à regarder et à écouter, qu'on le prend finalement pour ce qu'il est : un FPS simpliste pour joueurs occasionnels.

Conclusion
Star Wars Battlefront est  un titre unique, au gameplay allégé et aux mécaniques de jeu moins profondes (pas de décors destructibles, pas de système Levolution, pas de personnalisation des armes) mais il en met cependant plein la vue (cartes immenses, profondeur de champ incroyable, batailles épiques, moteur Frostbite 3, level design ingénieux, textures travaillées, respect des codes de la Saga) et son gameplay très arcade (temps de survie sur le champ de bataille inférieur à une minute) en fait un titre nerveux, accessible aux plus jeunes.

Alors que beaucoup de joueurs fan de DICE s'attendaient à trouver un Battlefield habillé aux couleurs de Star Wars, ils trouvent en fait un jeu tout à fait à part. Qu'on ne s'y trompe pas : Star Wars Battlefront n'est pas un Battlefield. Moins stratégique et plus bourrin, plus beau, plus immersif et baigné de la licence Star Wars, le titre enchante par son esthétisme et la dimension épique de ses combats et remplit  sa mission : vous distraire de longues heures dans un univers Star Wars jamais aussi bien restitué.

L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo HD 720p
  Format Cinéma 1.78:1
   
   
Star Wars est l'une des franchises les plus identifiables visuellement depuis maintenant 38 ans et il faut bien reconnaitre que le studio DICE a fait des merveilles au niveau de la restitution graphique des environnements de la Saga dans Star Wars Battlefront. Les décors sont immenses, les textures finement travaillées et le level design incroyable d'ingéniosité.

La topographie est un personnage à part entière des combats et la profondeur de champ des paysages est à saluer. Superbe graphiquement et servi en 60 images par seconde dans une résolution 720p (comme quoi on peut être bluffé même en 720p) sur Xbox One, le jeu bénéficie de tout le savoir faire de Dice et du moteur Frostbite 3 dans ce domaine. Cette perfection a sans doute couté cher au multijoueur puisqu'on ne joue ici qu'à 40 joueurs au maximum contre 64 joueurs dans un Battlefield. Sans doute le prix à payer pour voir déambuler gauchement des marcheurs de l'empire dans des paysages sublimes, défendus et pris d'assaut par 40 fous furieux.

Le système Levolution est lui aussi le grand absent : les décors sont fixes figés et aucun combat, aucune explosion aussi violente (et superbe) qu'elle soit ne vient remodeler le décor ni modifier la météo, ni changer l’éclairage des scènes. Quelques arbres tombent, des tourelles explosent, mais c'est tout. Les effets visuels sont cependant exceptionnels de beauté et les tirs de blasters, les explosions, les mouvement des joueurs ainsi que les  déplacement des engins sont fluides et de toute beauté et il est possible de les apprécier au choix en vue à la 1ère ou à la 3ème personne.

Le Son
 
Le paysage audio restitué en 5.1 fait frissonner de bonheur. On retrouve le spectre complet de la signature sonore Star Wars avec les sons des sabres laser, blasters, hurlements des Tie Fighters, le sifflement des Snowspeeders, les bruits mécaniques secs et lourds des marcheurs TB-TT et des TR-TT. Les effets spéciaux innombrables flattent les oreilles.

Tout ceci est baigné de la musique de génie de John Williams dont les nombreuses partitions ponctuent tant les menus que les scènes d'action. Chapeau bas également au doublage français intégral dont les acteurs ont su imiter avec beaucoup de talent les héros de la trilogie originale. L'ensemble est plus que crédible : on y est et on y croit à fond lorsqu’on escorte Han Solo ou Vador, ou Luke ou Palpatine sur le terrain et qu'ils y vont de leurs joutes verbales. L'ambiance sonore est palpitante.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 999 min
  Boitier Amaray
   
   
Le mode multi, intense et varié, constitue l'essentiel de Star Wars Battlefront, titre qui ne propose aucune campagne solo hélas, mais juste 4 missions d'une quinzaines de vagues, servant uniquement d'entrainement. En coopération, c'est un peu plus étoffé puisque le mode coop en écran partagé (horizontal uniquement) propose un entrainement plus poussé et des missions d'essai qu'il est possible de jouer en écran splitté ou a deux en en ligne histoire de contrôler tout ce qui peut l'être dans le jeu (vaisseaux, héros légendaires, etc.).

Un multi à 40 joueurs maxi
Mais le multi est l'épine dorsale de Star Wars Battlefront. Un multi à 10 contre 10 en escarmouche ou à 20 contre 20 en attaque de marcheurs par exemple. Les modes sont très variés et l'on peut même incarner un héros seul face à des soldats ennemis. Un autre mode, intitulé "Suprématie" consiste simplement à bouter hors de la planète la faction opposée.

Avec neuf modes de jeu multi en ligne accueillant de 20 à 40 joueurs simultanément au sein de cartes immenses et détaillées, le titre fait fort même s'il accueille moins de joueurs en ligne qu'un Battlefield. Les planètes proposées telles que Tatooine, Hoth, Endor, Sullust, Jakku et autres décors à venir avec le Season Pack offrent un dépaysement total bienvenu pour renouveler le genre FPS sur console.

Rebelles et soldats de l'Empire s'y affrontent dans des cartes choisies automatiquement par le moteur de Matchmaking. Là encore, l'absence de contrôle su la partie est regrettable. On ne peut pas changer de camp pour ré-équilibrer une partie, on ne choisit pas non plus la carte. Tout est guidé, décidé, paramétré d'avance. Seul choix pour le joueur : décider quelle arme et quels bonus (une main de 3 cartes des étoiles au maximum parmi un catalogue qui s'étoffe au fur et à mesure que vous progressez de niveau et glanez assez de crédits pour les acheter) il décide d'emporter sur le terrain.

Sur le champ de bataille, on prend d'assaut les bonus spécifiques éparpillés qui permettent de disposer d'une arme absente du catalogue standard, ou bien dans certains modes de jeu d'être transféré (automatiquement, encore une fois) à bord d'un TR-TT, un Tie Fighter, un intercepteur Tie, un A-Wing, un X-Wing, un Snowspeeder ou bien d'incarner un héros légendaire comme Bobba Fett, Dark Vador, Palpatine, Han Solo, Leïa ou Luke Skywalker aux pouvoir spécifiques, ce qui permet de pimenter le combat.

9 modes intenses et variés
Quatre modes de jeu sortent du lot : "Suprematie" (un mode conquête épique), "Attaque des marcheurs" (une bataille dantesque mettant en scène les immenses quadrupèdes mécaniques TB-TT), un mode "Escarmouche" plus intime (des fights d'infanterie uniquement en 10 contre 10) et "Zone de largage" (qui consiste à prendre possession des modules largués sur la carte).

Restent le mode "Cargaison" qui consiste à un bras de fer (de type capture the flag), "Course au Droïde" à découvrir, "Escadronde chasseurs" pour des affrontement spatiaux uniquement et "Bataille des héros" ainsi que 'Traque du héros" pour s'investir dans la peau d'un héros légendaire.

Un matchmaking à revoir
Le problème de l'absence de paramètrage du matchmaking : si vous tombez sur une équipe adverse inorganisée et plutôt faible, submergée par votre équipe  ou dépassée par la topographie de la carte, les victoires sans intérêt vont s'enchainer d'une partie à l'autre...

Et il est impossible de changer d'équipe pour aller prêter main forte à une escouade qui manque de punch. C'est sans doute l'un des plus gros défauts du jeu. On rejoint une partie sans choisir la carte, sans pouvoir équilibrer les joueurs en fonction de leur force et surtout il n'y a aucun filtrage par niveau.

Les nouveau venus vont donc se faire tailler en pièce par des guerrier de niveau 25 dès leurs premières parties. Une boucherie sans intérêt. Un matchmaking plus intelligent, plus paramétrable, aurait pu permettre aux débutants de se retrouver pour progresser ensemble avant d'aller au casse pipe.

Un "Season pass" devenu une mode coûteuse
La tactique du Season Pass pour soutirer encore un peu plus d'argent aux joueurs avec du contenu qui aurait du faire partie du jeu à son lancement est critiquable car cette mode place le tarif des jeux complets à plus de 100€ avec la promesse de nouveaux contenus à venir début 2016.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage