dans le même genre
  LE CERCLE LITTÉRAIRE DE GUE...
  AU-REVOIR LÀ-HAUT
  PATIENTS
  T2 TRANSPOTTING
  LA NOUVELLE VIE DE PAUL SNE...
  MÉDECIN DE CAMPAGNE
  SALÉ SUCRÉ
  LA FIN DU JOUR
  JOY
  SEUL SUR MARS

du même éditeur
  CHACUN POUR TOUS
  GALVESTON
  KIN : LE COMMENCEMENT
  DÉTECTIVE DEE : LA LÉGENDE ...
  THE LOST SOLDIER
  COMMENT TUER SA MÈRE
  LES MUNICIPAUX
  ESCOBAR
  HANA-BI
  UTU REDUX


Dernières Actus
  POWERDVD 19 : COMPATIBLE 8K...
  KING KONG 2019 : DISPONIBLE...
  HAWAII 5-0 : SAISON 8 EN CO...
  DISNEY DÉVOILE :"LE ROI LIO...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX LA ...
  NETFLIX DÉVOILE SA NOUVELLE...
  NETFLIX ANNONCE LA SAISON 3...
  LE PALMARÈS DU FESTIVAL SÉR...

Photo de famille

Genre Comédie dramatique
Pays FR (2018)
Date de sortie mercredi 16 janvier 2019
Durée 95 Min
Réalisateur Cecilia Rouaud
Avec Chantal Lauby, Jean-Pierre Bacri, Vanessa Paradis, Pierre Deladonchamps, Camille Cottin, Claudette Walker
Producteurs Frank Mettre, Stan Collet, Philippe Rousselet et Eric Jehelmann
Scénaristes Cécilia Rouaud
Compositeur Alexandre Lier, Sylvain Ohrel et Nicolas Weil
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Non
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   M6 vidéo
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  95 min
  Nb Dvd  1
   
   
Gabrielle, Elsa et Mao sont frères et sœurs, mais ne se côtoient pas. Surtout pas. La première est « statue » pour touristes, au grand dam de son fils ado. Elsa, elle, est en colère contre la terre entière et désespère de tomber enceinte. Et Mao, game designer de génie chroniquement dépressif, noie sa mélancolie dans l’alcool et la psychanalyse. Quant à leurs parents, Pierre et Claudine, séparés de longue date, ils n’ont jamais rien fait pour resserrer les liens de la famille. Pourtant, au moment de l’enterrement du grand-père, ils vont devoir se réunir, et répondre, ensemble, à la question qui fâche : « Que faire de Mamie ? »

Certains films arrivent comme des petites bouffées d’air dans un quotidien un peu morose, de cette fin et début d’année un peu mouvementés il faut bien le dire. Cette « Photo de Famille » de Cécilia Rouaud (Une Vie Ailleurs) n’est pas, à proprement parlé, une comédie à nous faire hurler de rire, tant ses personnages sont des cabossés de la vie et qu’ils doivent gérer une situation des plus compliquées : « Gérer une grand-mère atteinte de sénilité » (Incroyable Claudette Walker (De Plus Belle)) tout en faisant face à une vie, qui ne leur laisse pas beaucoup de temps pour souffler. L’un est un dépressif chronique, un autre un handicapé du sentiment, une autre est une optimiste forcée et une autre une névrosée colérique permanente. Autant le dire, pas facile de suivre ces personnages dans leurs raisonnements tant ils sont d’une complexité hors normes.

Et d’ailleurs si le scénario, signé de la réalisatrice, grossit le trait, ce n’est que pour mieux mettre en lumière ces dysfonctionnements familiaux que l’on retrouve bien souvent dans toutes les familles, avec ces reproches plus ou moins justes, ces liens indestructibles qui surpassent toutes les tensions. On se dispute, nous ne sommes pas d’accord, on se dit des horreurs ou des vérités, mais au final, nous avons besoin de cette structure familiale, de ce noyau qui ne doit pas se désintégrer et chacun fait en sorte de le conserver intacte. Et alors que chacun se croit différent des autres, rejeté ou abandonné dans sa propre névrose, un événement, une odeur, et surtout des souvenirs viennent raccrocher les wagons. C’est tout ça le scénario de Cécilia Rouaud ! Un melting-pot familial qui vient appuyer là où cela fait mais là où cela fait du bien également. Ilo vient redonner espoir aux familles éparpillées par la vie ou par les différends, d’une possible réunion, dés lors que l’on a l’intelligence ou tout du moins la sagesse de vouloir réparer ce qui ne devrait jamais se casser.

Avec une mise en scène et pourtant dynamique, qui suit les errances, les doutes et les volontés des uns et des autres, la réalisatrice nous entraîne dans une valse de sentiments, de larmes et de sensibilité que l’on aime voir à l’ecran. Pas pour se dire que le pire est chez les autres c’est rarement vrai mais simplement pour se dire aussi : Il peut y avoir pire ailleurs que chez moi et je peux aussi me raccrocher à des souvenirs, des sensations pour pouvoir solidifier mon noyau familial. Et alors on pourra toujours reprocher à la réalisatrice, une mise en scène un peu « foutraque », mais au final cela ne fait que servir le film et ses interprètent.

D’ailleurs, puisque l’on en parle, la distribution sait se faire remarquable, à commencer par Jean Pierre Bacri (Le Sens de la Fête) tellement bon, tellement grandiose lorsqu’il se laisse aller à l’émotion pure, qu’il laisse parler sa sensibilité. Vanessa Paradis (Elisa), Camille Cottin (Dix Pour Cent) et Pierre Deladonchamps (Plaire, Aimer et Courir vite) forment un trio sensationnel et poussent leur art au meilleur et u plus haut niveau, avec des compositions toutes en sensibilité, n’hésitant à laisser transparaître un peu de leur propre affectivité. Nous les aimons, on les déteste mais de toutes les manières possibles, ils ne nous laissent pas indifférents.

En conclusion, « Photo de Famille » surprend par son côté un peu bazar, mais se révèle très vite parfaitement maîtrisé. Nous nous laissons aisément embarquer par cette valse de sentiments, à la fois tendre, émouvant et dont la distribution est d’une rare justesse. Une excellente surprise.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.40:1
   
   
Paris n’a jamais été un aussi beau décor pour laisser exploser les sentiments des uns et des autres que dans « Photo de Famille ». le romantisme de renommée internationale que procure la ville, vient ici en aide à ces âmes cassées et se retrouve un élément discret de leur reconstruction. La photographie est magnifique, que ce soit pour montrer les extérieurs mais aussi pour mettre en lumière tout ces sentiments qui évoluent au fil des intérieurs, dont les lumières viendront souligner le jeu des acteurs.

Le Son
 
Un film sobre et sans beaucoup d’effets, mais qui se laisse tout de même illustrer par les musiques d’Alexandre Lier (Première Année), Sylvain Ohrel (Médecin de Campagne) et Nicolas Weill, qui comme on le voit a l’habitude de travailler ensemble. Et puis il y a les environnements sonores discrets qui viennent habiller le film pour lui donner toute sa cohérence et plonger le spectateur au cœur d’une intrigue simple à la mise en scène précise. On se laisse envahir par les bruits de Paris celui des roues de vélos sur les graviers ou encore les projections d’eau. Tout est magnifiquement réparti et nous nous laissons porter par la qualité du travail.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Amaray
   
   
Pas de Bonus !

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage