du même réalisateur
  MON VOISIN LE TUEUR 2

dans le même genre
  PARIS QUI DORT ENTR'ACTE
  IBIZA
  YESTERDAY
  LA CITÉ DE LA PEUR
  LES BRONZÉS FONT DU SKI
  VENISE N'EST PAS EN ITALIE
  THE DEAD DON'T DIE
  L'ANIMAL
  LES CREVETTES PAILETÉES
  TANGUY 2 : LE RETOUR

du même éditeur
  GAME OF THRONES SAISON 8
  KIDDING : SAISON 1
  GODZILLA : ROI DES MONSTRES
  LA MALÉDICTION DE LA DAME B...
  SHAZAM!
  ALL INCLUSIVE
  LA GRANDE AVENTURE LÉGO 2
  CASTLE ROCK SAISON 1
  LA MULE
  CREED II


Dernières Actus
  BLACK WIDOW ET LES NOUVEAUX...
  JAMES BOND NO TIME TO DIE :...
  MA FOLLE HISTOIRE DU CINÉMA
  LE CINÉMA DE CLAUDE ZIDI
  NOUS AVONS VU LES DEUX PREM...
  THE ROLLING STONES ON STAGE
  CONFÉRENCE DE PRESSE : LE M...
  DISNEY BAT UN RECORD AVEC L...

Young Sheldon saison 1

Genre Comédie
Pays USA (2019)
Date de sortie mercredi 21 août 2019
Durée 440 Min
Réalisateur Howard Deutch
Avec Iain Armitage, Zoé Perry, Lance Barber, Annie Potts, Montana Jordan, Raegan Revord, Jim Parsons
Producteurs Chuck Lorre
Scénaristes Chuck Lorre et Steven Molaro
Compositeur Divers
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Warner
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  440 min
  Nb Dvd  1
   
   
Pour Sheldon Cooper, un petit génie des mathématiques et des sciences de 9 ans, grandir n’est pas une chose facile. Son père, entraîneur de football, a du mal à tisser des liens avec un fils qu’il ne comprend pas. Tandis que sa mère, elle, couve son « petit protégé » aux dépens de son grand frère Georgie et sa petite soeur Missy. Dans ce prequel, découvrez peu à peu qui se cache derrière le physicien emblématique de The Big Bang Theory que nous connaissons et admirons tous.

Personnage phare de la série « Big Band Theory » de Bill Brady, Chuck Lorre et Steven Molaro, Sheldon Cooper, interprété par Jim Parsons, se retrouve le héros d’une nouvelle série, qui a pour but de raconter son enfance et notamment ses difficultés d’insertion dans une classe où il est le plus jeune mais également le plus doué. Avec déjà une verve sans filtre qui parvient à déstabiliser, même les plus aguerris et les plus prompt à vouloir être sympathique avec lui. Avec Young Sheldon, les mêmes auteurs reprennent la recette qui a fait le succès de la première série et développe ainsi un personnage hors du commun tant sur le plan intellectuel que sur celui de la relation avec les autres.

Et il faut bien dire que cela fonctionne tout de suite. D’abord parce que le personnage de Sheldon est tout aussi tête à claque que dans « The Big Bang Theory », mais aussi parce que les personnages secondaires qui gravitent autour de lui sont tout aussi attachant que redoutablement efficace, que ce soit les parents qui tentent, autant que faire se peut de minorer les arrogances involontaires de leur fils qui a tendance à parler sans filtre et du coup à se mettre tout le monde sur le dos, à commencer par ses propres frères et sœurs, ou alors les professeurs qui accueillent les bras grands ouverts ce petit génie mais qui vont vite déchanter.

La mise en scène est toujours très basique (programme TV Oblige), mais comme la série est dispensée des rires automatiques qui venaient pourrir ce genre de programme, cela ne pose aucun souci et bien au contraire se moule parfaitement dans l’intrigue. Sans grande originalité, elle a tout de même le bon goût de ne pas s’éparpiller et de rester suffisamment dynamique pour que la lassitude ne vienne pas saisir le vidéaste après deux ou trois épisodes.

Pour finir, la série gagne également en qualité grâce à la prestance de Iain Armitage dans le rôle de Sheldon Cooper. Le jeune comédien porte la série sur ses épaules, de la même manière qu’un certain Frankie Muniz dans « Malcolm ». Le reste de la distribution gravite autour de lui mais parvient également à exister de façon totalement indépendante pour ne pas rendre la série trop nombriliste.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Le support se révèle efficace pour donner du relief aux décors soignés de la série. L’ensemble brille par une bonne qualité qui permet au spectateur de plonger dans l'univers de ce personnage hors du commun. Les contrastes donnent finalement suffisamment de profondeur à l’ensemble pour lui offrir un certain volume.

Le Son
 
Côté son, la piste Dolby Digital 5.1 en VO est suffisamment bien tenue pour bien répartir le peu d’effets de la série. La dynamique est efficace et la spatialisation est à la hauteur de cette série qui n'a pas fait sa réputation sur les effets spéciaux. L’ensemble est minutieux et suffisamment bien travaillé. 

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 15 min
  Boitier Amaray
   
   
Un making of assez basique.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage