du même réalisateur
  FOG
  PRINCE DES TÉNÈBRES
  INVASION LOS ANGELES
  THE THING
  GHOSTS OF MARS
  LES AVENTURES DE JACK BURTO...
  THE FOG
  PRINCE DES TÉNÈBRES
  NEW YORK 1997 (REMASTER 201...

dans le même genre
  CASTLE ROCK SAISON 1
  LE LIVRE PERDU DES SORTILÈG...
  LE GARDIEN DES MONDES
  AQUAMAN
  LES ANIMAUX FANTASTIQUES : ...
  CHAIR DE POULE 2 : LES FANT...
  LA FORME DE L'EAU
  LE TRÔNE DE FER - GAME OF T...
  GOTHAM : SAISON 3
  TWIN PEAKS : THE RETURN

du même éditeur
  GENTLEMEN CAMBRIOLEURS
  SPIDER-MAN : NEW GENERATION
  CHAIR DE POULE 2 : LES FANT...
  I FEEL GOOD
  VENOM
  UN PEUPLE ET SON ROI
  SEARCHING - PORTÉE DISPARUE
  TRANSYLVANIE 3 : DES VACANC...
  EQUALIZER 2
  ALPHA


Dernières Actus
  JORGE JIMENEZ PRÉSENT PENDA...
  LE COMIC CON PARIS DÉVOILE ...
  SPIDER-MAN POURRAIT QUITTER...
  A STAR IS BORN ENCORE
  LE RÉALISATEUR JEAN PIERRE ...
  DISNEY ANNONCE DES RECETTES...
  LUC BESSON DANS LA TOURMENT...
  QUESTIONS DE CINÉMA PAR NIC...

Christine

Titre Original Christine
Genre Fantastique
Pays Etats Unis (1983)
Date de sortie mardi 18 janvier 2005
Durée 106 Min
Réalisateur John Carpenter
Avec Keith Gordon, John Stockwell, Alexandra Paul
Producteurs Richard Kobritz
Scénaristes Bill Phillips, Stephen King (livre)
Compositeur John Carpenter, Alan Howarth, George Thorogood
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Oui
Oui
Oui
  Français
Oui
Oui
Oui

Le Film Critique de David Guillet
  Editeur   SPHE
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  106 min
  Nb Dvd  1
   
   
Synopsis
Arnie est un adolescent réservé, avec l'aide de son meilleur ami et footballeur star de l'équipe du lycée Dennis, il récupère une Plymouth Fury rouge de modèle 58 dont il va rapidement s'éprendre, commence alors une métamorphose macabre.

Critique subjective : Du roman au film la délicate tache de l'adaptation
1983 Stephen King écrit Christine, succès littéraire, le livre est des plus réussis et comme à son habitude Stephen King parvient sans mal à tirer la quintessence de la peur John Carpenter se voit confier la dure tâche d'adapter le roman à l'écran et de parvenir à retranscrire l'ambiance du roman. Autant dire que la tâche est rude mais John Carpenter n'est pas un débutant dans le film d'horreur avec le cultissime "Halloween" en 1979 ou "The Thing" en 1982, malgré cela il faut avouer que le film n'est pas à la hauteur du maestro. Essayons de comprendre ce qu'il s'est passé. Tout d'abord le film à fait l'impasse sur le fantôme de Rolan LeBay qui hante la banquette arrière de Christine et qui prend peu à peu possession d'Arnie. Mais ce n'est pas tout, le raccourci pris par le réalisateur sur la métamorphose du jeune adolescent est des plus laborieux et le film ne démarre réellement qu'au bout de 45 minutes.  John Carpenter nous a habitué à mieux dans le genre montée d'adrénaline, en effet rien dans Christine ne met le spectateur en situation de réel stress et du coup le film bien qu'intéressant ne parvient pas à faire peur.

Une mécanique bien huilée
Si l'on met de côté le roman de Stephen King et qu'on laisse derrière soi les 45 premières minutes, le film prend une autre dimension alors que la petite amie d'Arnie Leigh manque de mourir dans la voiture. La tension monte crescendo lorsque Christine est totalement détruite et que Arnie la découvre  et 3 minutes plus tard Christine se régénère devant Arnie qui semble cette fois-ci totalement sous l'emprise de la voiture, c'est alors que commence la chasse aux ennemis de Christine et d'Arnie ceux là même qui ont détruit la voiture. Keith Gordon (Arnie) rend à la perfection le changement psychologique d'Arnie et la montée de son obsession pour Christine est des plus palpable notamment lorsqu'il découvre Christine détruite et qu'il s'en prend à Leigh ou encore lorsque au volant de Christine en compagnie de Dennis sous l'éclairage verdâtre du tableau de bord il semble totalement possédé par sa voiture.  Le tout est servi par une musique sixties avec un choix plus que judicieux des titres rock sixties si l'on prête bien attention les titres qui sortent de l'autoradio de Christine semblent refléter sa pensée du moment. On appréciera également le désormais mythique Bad to the Bone (littéralement Mauvais jusqu'à la moelle) interpréter par GeorgeThorogood et les Destroyers, titre qui fut largement utilisé au cinéma notamment dans Terminator 2.

Le mot de la fin
Les fans de Stephen King crieront très certainement au scandale car le film s'éloigne très nettement du livre mais si l'on se laisse aller, le spectacle reste de bonne qualité et surtout indémodable. Bien entendu, on reste loin des excellentes adaptations de Carrie et de Shinning mais Christine fait partie des adaptations préférées de l'auteur lui-même. Techniquement, l'image est plutôt bonne mais la bande son pêche un petit peu, côté bonus les fans en auront pour leur frais avec cette édition collector plus que fournie.

L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Malgré les 20 années qui séparent le film de sa sortie en salle et de la sortie en DVD collector l'image présente sur le DVD est des plus agréable, certes le grain est assez présent sur les arrières plans, les chromes de Christine sont pimpants et le rouge automne de la carrosserie semble tout droit sorti de l'enfer. Côté compression, seuls les arrières plans unis peuvent trahir l'algorithme Mpeg 2 utilisé. Un très beau travail de restauration qui, soulignons-le a été apporté également aux scènes coupées de la section bonus.

Le Son
 
Tout comme la partie image, les pistes audio originales ne sont pas de première jeunesse, ainsi pas de Dolby digital 5.1 mais une bande son dolby pro logic efficace que ce soit en anglais ou en Français. Le rugissement du moteur de Christine est parfaitement rendu par les voix principales alors que les dialogues distillés par la voie centrale sont parfaitement audibles, restent des effets surround un peu absent mais cela n'affecte pas le rendu général.


Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 189 min
  Boitier Amaray
   
   
Menu et interactivité

Commentaires audio de John Carpenter et Keith Gordon
Pour les fans absolus, John Carpenter et Keith Gordon commentent le film, autant dire tout de suite que les commentaires sont somme toute très banals, du début où le réalisateur et l'acteur parlent de leur vie et puis l'on rentre dans le film et là le commentaire suit le film et ce n'est que vers 52 minutes au moment ou le film démarre que les commentaires commencent à devenir intéressants.

Scènes coupées
Pas moins de 21 scènes coupées totalisant 26 minutes sont proposées sur cette édition collector, certaines sont très intéressantes, tel que l'interrogatoire d'Arnie chez Darnell ou, encore Arnie ayant les nerfs qui lâche avec son ami Dennis,  ou encore la scène de saccage de Christine ralongée ou l'on voit qui défèque sur la planche de bord de Christine. D'autre sont un peu moins intéressantes, ainsi Dennis et Leigh discutant à plusieurs reprises, on entend même John Carpenter appeler Alexandra Paul !!! Et on finit par des détails insignifiants tel que la mère d’Arnie qui regarde son fils dormir. Cependant on découvre avec le plus grand plaisir ces scènes additionnelles qui ont été restaurées et présentent malgré tout des défauts très nets mais ne venant pas gâcher le plaisir.

Featurettes
3 featurettes sont proposée sur le DVD :
Christine : Fast and Furious  (28 minutes 55 secondes)
Christine Finish Line (7 minutes et 5 secondes)
Christine Ignition (11 minutes 47 secondes)

La première featurette se révèle une explication de texte très intéressante
sur la façon d'appréhender l'histoire par le réalisateur ou les acteurs principaux. Bien entendu on n’échappe pas aux auto congratulations habituelles, mais force est de constater que ce documentaire se regarde avec plaisir. On y découvre également le secret derrière la scène de résurrection de Christine ou encore pour les non fans "d'alerte à Malibu" qu'Alexandra Paul a une sœur jumelle.

La deuxième featurette signée Laurent Bouzerau parle de la musique du film et également de l'accueil du film à sa sortie. Toujours avec les commentaires des protagonistes, cette featurette est un cran en dessous du documentaire précédant mais reste cependant fort agréable.

La dernière featurette parle de l'adaptation du roman de Stephen King. On comprend dans cette featurette pourquoi le film s'écarte tant du roman et le travail de pré production pour récupérer les 24 Plymouth Fury 57, ou encore les voix des acteurs. A voir absolument.

Bandes annonces

5 bandes annonces
Fenêtre Secrete, The bone Collector, Dracula et Frankenstein

En conclusion, fans du livre et ou du film jetez-vous sur ces featurettes, elles sont tout simplement excellentes.
 

 

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage