du même réalisateur
  DAREDEVIL
  DAREDEVIL DIRECTOR'S CUT (B...
  WHEN IN ROME

dans le même genre
  JUSTICE LEAGUE
  SPIDERMAN HOMECOMING
  WONDER WOMAN
  LOGAN (ULTRA HD - 4K)
  LOGAN
  HANCOCK (ULTRA HD / 4K)
  BATMAN VS ROBIN
  DRACULA UNTOLD
  X-MEN DAYS OF FUTURE PAST
  CAPTAIN AMERICA : LE SOLDAT...

du même éditeur
  DE GAULLE
  SKIN
  PARASITE
  WILD ROSE
  AFTER CHAPITRE 1
  TANGUY 2 : LE RETOUR
  WALTER
  ARCTIC
  LE GARDIEN DES MONDES
  PARADISE BEACH


Dernières Actus
  TEUFEL CINEBAR LUX SURROUND...
  HOME-CINÉMA ET HI-FI (OU L’...
  LA BANDE ANNONCE DE CRUELLA...
  CÉSARS 2021 : ET LES NOMINÉ...
  DISPARITION DE JEAN CLAUDE ...
  THE CRAFT : LES NOUVELELS S...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : DEGOB...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : SCHOT...

Ghost Rider

Genre Super-héros
Pays USA (2007)
Date de sortie mercredi 5 septembre 2007
Durée 95 Min
Réalisateur Mark Steven Johnson
Avec Nicolas Cage, Eva Mendes, Peter Fonda, Wes Bentley, Donal Logue, Matt Long, Raquel Alessi
Producteurs Avi Arad, Michael De Luca, Gary Foster, Steven Paul
Scénaristes Mark Steven Johnson
Compositeur Christopher Young
Format Dvd 9
Critique Cinéma Ghost Rider
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Non
Non
Non
  Français
Oui
Oui
Oui

Le Film Critique de Guillaume Simon
  Editeur   M6 vidéo
  Edition   Collector
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  95 min
  Nb Dvd  2
   
   
L'histoire

Son père mourant, Johnny Blaze passe un pacte avec le diable : la vie de son paternel contre son âme, et son service, au diable. Trahis par ce dernier il n'en devient pas moins le ghost rider, homme le jour et être surnaturel la nuit au service du démon.


Critique subjective

Beaucoup de choses inquiétaient dés le départ dans cette adaptation de Ghost rider. Le style probable de l'adaptation, à savoir axé sur les adolescents prépubaires, le hard-rock discount, et les sport extrêmes pour satisfaire le plus jeune public avant tout (car il est aussi le plus nombreux); la présence de Nicolas Cage dans le rôle titre qui n'est plus aujourd'hui un gage de qualité (ses prestations caricaturales et cabotines de ces dernières années en sont la principale cause); et enfin la présence derrière la caméra de Mark Steven Johnson, déjà responsable de Daredevil, film navrant s'il en était, particulièrement dans sa version courte.

Le résultat se révèle à la hauteur de nos attentes les plus folles. Ghost rider n'est pas seulement un mauvais film, il est aussi moins bon que Daredevil, ce qui est déjà un exploit en soi. Johnson, au scénario ne se révèle pas plus brillant que derrière la caméra. Le script met à mal une partie de la mythologie du rider au profit d'un drame familial comme semble les apprécier le réalisateur. Il s'agit en effet encore une fois d'un héros au père condamné, à la mère absente. Une constante aussi bien de ses trois films que de ses scénarii qui tous ou presque mettent ce point en avant. De là à qualifier Mark Steven Johnson d'auteur (très mauvais mais tout de même) il n'y a qu'un pas que l'on se gardera de franchir pour le moment. Mais le fait est que le bonhomme a ses obsessions propres en tant que cinéaste.

Le scénario, donc, se contente d'aligner les facilités et les clichés (souvent inhérents au film de super héros mais tout de même...). Mais c'est surtout la mollesse de l'ensemble qui dérange. Il ne se passe pas grand chose, on s'ennuie copieusement et rien ne vient palier à cela. La prestation de Nicolas Cage, sans être aussi apocalyptique que dans certains de ces derniers films est oubliée dès le film terminé, et cela en va de même pour la plupart des acteurs du film.

Au milieu de tout ça, comme si ce n'était pas suffisant, de nombreuses scènes ou détails font basculer le film dans l'univers du nanar (et paradoxalement lui donne un certain intérêt). Ainsi on se souviendra longtemps de l'évocation de l'adolescence de Johnny Blaze campé par l'acteur ressemblant le moins au monde à Nicolas Cage où de la première "victime" du Ghost rider qui provoque les CGI les plus ridicules vus depuis longtemps. Mais le but premier du film était-il de faire rire ?


En conclusion

Ghost rider fait clairement partie des plus mauvaises adaptations de comics depuis le début de la nouvelle vague initiée en 2000. Personnage trahit, mal mis en scène, mal interprété, démystifié... Le film n'a d'autre valeur que celle du comique involontaire.

L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.35:1
   
   
Si la réussite artistique n'est pas au rendez vous impossible d'en dire autant au niveau technique. L'image présentée ici est tout simplement superbe, alliant contrastes sans failles à une définition exemplaire.

Le Son
 
C'est bien simple, chaque apparition du Ghost rider est l'occasion d'une demo technique de votre installation. Les scènes d'action sont ainsi saisissantes tout comme la spatialisation de la musique. Une réussite indéniable.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 150 min
  Boitier Amaray
   
   
Une edition collector plutôt complète malgré une présentation assez pauvre.

DVD 1 :

* Commentaire audio du réalisateur et du directeur des effets spéciaux : une chose est sûre, Mark Steven Johnson aime bien son film. En tout cas, s'il passait le temps utilisé à s'auto-féliciter à véritablement commenter le film cette piste aurait pu s'avérer interessante. En l'état, et malgré les précisions techniques ponctuelles, difficile de supporter cela d'un bout à l'autre

* Commentaire audio du producteur : plus neutre, Gary Foster se contente d'aligner les classiques anecdotes de tournage. Une piste à écouter pour les fanatiques du film (s'ils existent), plutôt sans intérêt pour les autres

* Secrets de postproduction : intéressant documentaire sur la postproduction du film. Même si l'on peut voir un Mark Steven Johnson s'extasier devant la finalisation de plans d'un mauvais goût artistique évident l'aspect "prit sur le vif" rend le reportage authentique et donne véritablement l'impression d'être plongé au coeur de la production


DVD 2 :

* Making-of : d'une durée d'environ une heure il s'agit ici d'un making-of plus traditionel. Pas de surprise donc, pas d'autocritique, pas d'analyse mais simplement une vue d'ensemble de la conception d'un film dont son réalisateur semble décidement très mais alors très fier.

* Du comic à l'écran : à réserver aux curieux ou aux fans du personnage, ce reportage assez long (45 minutes) se concentre sur le comics d'origine et la création de ce super-héros quasi inconnu du grand public en France

* Story-board animé : les animatiques de quelques séquences clés


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
   Préviz des scènes d'action du film