du même réalisateur
  LA MORT AU LARGE

dans le même genre
  LA RIVIÈRE DE NOS AMOURS
  LA VENGEANCE AUX DEUX VISAG...
  DUEL AU SOLEIL
  DEAD AGAIN IN TOMBSTONE
  LITTLE BIG MAN
  JANE GOT A GUN
  COW-BOY
  3H10 POUR YUMA
  THE HOMESMAN
  LE BON LA BRUTE ET LE TRUAN...

du même éditeur
  RED JOAN
  TOM LITTLE ET LE MIROIR MAG...
  LES AVENTURES EXTRAORDINAIR...
  MADEMOISELLE DÉTÉCTIVE
  ONE DIRECTION
  THE FOREST
  PARANORMAL ACTIVITY : TOKYO...
  SUPER
  THE HUMAN CENTIPEDE
  RONAL LE BARBARE


Dernières Actus
  DVDCRITIQUES LIVE #29 : EN ...
  TEST AMPLI-TUNER PIONEER VS...
  DOLBY ATMOS MUSIC : QUOI, O...
  L’ASCENSION DE SKYWALKER EN...
  NOUVEAUTÉS 2020/2021 YAMAHA...
  FOCAL CHORA 826D DOLBY ATMO...
  SMYTH REALISER A16 : L'INTE...
  NEED FOR SPEED: HOT PURSUIT...

7 winchester pour un massacre

Titre Original 7 winchester per un massacro
Genre Western
Pays Italie (1967)
Date de sortie jeudi 3 avril 2008
Durée 93 Min
Réalisateur Enzo G. Castellari
Avec Edd Byrnes, Guy Madison, Ennio Girolami
Producteurs Enzo G. Castellari
Scénaristes Tito Carpi, Mario Girolami, Enzo G. Castellari
Compositeur Francesco De Masi, Audrey Nohra
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Italien
Non
Non
Non

Le Film Critique de Julien Sabatier
  Editeur   Seven7
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  93 min
  Nb Dvd  1
   
   

L’histoire :

Homme aux motivations mystérieuses, Stuart intègre la bande du Colonel Blake, un gradé sudiste ayant refusé de se rendre après la Guerre de sécession.

Critique subjective :

7 winchester pour un massacre (7 winchester per un massacro – 1967). Deuxième long-métrage, et deuxième western pour Enzo G. Castellari, un metteur en scène dont l’œuvre la plus connue, tournée quelques dix ans plus tard, appartient aussi au genre (il s’agit bien sûr du crépusculaire Keoma). A noter néanmoins que Castellari, comme beaucoup de réalisateurs italiens de l’époque, ne se cantonna pas au western spaghetti. Touche à tout (du post-nuke ou sous-Jaws), il aborda de nombreux genres, avec plus ou moins de succès.

Etats-Unis, 1865. La Guerre de sécession vient de s’achever. Blake, un colonel sudiste, a refusé de se rendre. Ne défendant plus aucune cause, le gradé, entouré de quelques fidèles soldats, se contente maintenant de perpétrer pillages et tueries. Infiltrant cette troupe, un homme mystérieux, Stuart, propose d’aider Blake à retrouver un important butin.

Aucun temps mort : voici, en trois mots, le principal point fort de 7 winchester pour un massacre. Généreux en action, le métrage est à la croisée du western (avec ses principales composantes) et du film d’aventures (quête et chemin semé de péripéties). Derrière la caméra, Castellari, bien qu’encore débutant, prouve qu’il sait déjà composer un plan (on relèvera notamment quelques cadrages subjectifs bien sentis) et utilise son scope à bon escient.

Malgré ses évidentes qualités, 7 winchester per un massacro ne parvient pas à se hisser sur le haut du panier. La faute à un léger manque d’intensité (certaines scènes auraient gagné à être plus tendues) et surtout à des personnages principaux peu charismatiques. Il faut bien reconnaître que Edd Byrnes s’avère très fade dans le rôle de Stuart et que Guy Madison ne réussit jamais à faire du Colonel Blake un personnage marquant (il y avait pourtant là matière à un rôle fort).

Verdict :

S’il n’est donc pas un grand western, 7 winchester pour un massacre s’avère néanmoins divertissant et tient plutôt bien la route, tant sur le plan narratif que visuel.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.77:1
   
   

La jaquette du DVD nous précise qu’il s’agit là d’un master restauré à partir du négatif original et force est de constater que ladite restauration est de haute volée. Pour un petit budget affichant plus de trois décennies au compteur, le film de Castellari porte beau. L’image est étonnamment propre, saturée et précise. Seul un encodage parfois palpable vient quelque peu ternir le tableau.



Le Son
 

Un son moins probant que les visuels. Les deux pistes (VO italienne et VF) font ce qu’elles peuvent pour un résultat … moyen. L’ensemble manque de tonus et surtout de précision.



Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 10 min
  Boitier Amaray
   
   

Collection (10 minutes) : Bandes annonces des films Un pistolet pour Ringo, Le retour de Ringo, Pas de pitié pour les salopards, Le dernier jour de la colère, Le jour du jugement, Tire encore si tu peux, La brute le colt et le karaté, Cinq gâchettes d’or, Avec Django la mort est là.



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage