du même réalisateur
  58 MINUTES POUR VIVRE (BLU-...
  CLEANER (BLU RAY)
  SHOOT & RUN
  CLIFFHANGER

dans le même genre
  JUMANJI : NEXT LEVEL
  MALÉFIQUE : LE POUVOIR DU M...
  DONNIE DARKO
  SPIDER-MAN : FAR FROM HOME
  GODZILLA : ROI DES MONSTRES
  MEN IN BLACK : INTERNATIONA...
  ALADDIN
  FRONTIER
  CASTLE ROCK SAISON 1
  LE LIVRE PERDU DES SORTILÈG...

du même éditeur
  IL ÉTAIT UNE FOIS... LA VIE
  STALINGRAD
  MALICORNE CONCERT EXCEPTION...
  CHARLIE ET SES DRÔLES DE DA...
  JULIE ET JULIA
  MADO FAIT SON SHOW !
  THE CRAFT , DANGEREUSE ALL...
  TRANSSIBERIAN
  MOTEL 2
  LE TÉMOIN AMOUREUX (BLU-RAY...


Dernières Actus
  ARMIN VAN BUUREN RÉÉDITE SO...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ FASHION...
  LA BANDE ANNONCE DE RAYA ET...
  KAAMELOTT REPORTÉ
  SOUL DE PIXAR DISPONIBLE PO...
  UNIVERSAL ET MGM REPORTENT ...
  MAFIA INC. DE DANIEL GROU E...
  THE WRETCHED LE 02 DÉCEMBRE...

Prison

Titre Original Prison
Genre Fantastique
Pays Etats-Unis (1988)
Date de sortie samedi 7 février 2009
Durée 99 Min
Réalisateur Renny Harlin
Avec Viggo Mortensen, Chelsea Field, Lane Smith, Lincoln Kilpatrick
Producteurs Irwin Yablans
Scénaristes C. Courtney Joyner, Irwin Yablans
Compositeur Richard Band
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Non
Non
  Anglais
Non
Non
Non

Le Film Critique de Julien Sabatier
  Editeur   Sony BMG
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  99 min
  Nb Dvd  1
   
   

L’histoire :

Rouvert depuis peu, un ancien pénitencier va être le théâtre d’évènements surnaturels.

Critique subjective :

1988, Irwin Yablans, le producteur d’Halloween, cherche un réalisateur pour mettre en image le script de Prison (un film carcéral aux accents fantastico-horrifiques), scénario dont il a eu l’idée de base. Il se tourne alors vers un jeune réalisateur qui vient de signer son premier long-métrage, Born american (coproduction entre les Etats-Unis et la Finlande), dont l’action se déroule en prison. Renny Harlin semble être l’homme de la situation. C’est ainsi qu’il réalise son deuxième long-métrage et fait ses premiers pas à Hollywood, aux commandes d’un budget (modeste) de 1 300 000 dollars.
A l’époque, le réalisateur finnois est sur la bonne pente. En odeur de sainteté, il se verra ensuite confier le quatrième opus de la saga Freddy puis 58 minutes pour vivre. L’état de grâce ne durera qu’un temps, et la dégringolade sera rude. Bide monumental au box-office, L’île aux pirates (1995) portera sans nul doute le plus gros coup à la carrière de Renny Harlin. L’échec financier sera tellement cuisant qu’il torpillera la société de production Carolco, contrainte de mettre la clé sous la porte après cet investissement malheureux.
Depuis, notre homme a tendance à égrainer les titres peu glorieux : Peur bleue, Driven, Profession profiler, L’exorciste : le commencement, Le pacte du sang, Cleaner. On a connu filmographie plus reluisante.

Tourné dans un authentique pénitencier désaffecté, Prison débute en adoptant le canevas classique du film carcéral. On retrouve l’inévitable galerie de détenus hauts en couleurs, au nombre desquels figure Burke, voleur de voitures peu causant. Le personnage est incarné par un jeune Viggo Mortensen encore bien loin des œuvres de Peter Jackson et David Cronenberg. Face aux détenus, se dressent forcément des matons qui ne plaisantent pas, appliquant avec zèle les consignes d’un directeur particulièrement froid et intransigeant. Les situations standard peuvent s’enchaîner (brimades à répétition, tentative d’évasion, début d’émeute … mais bizarrement peu de violence entre les prisonniers) jusqu’à l’injection progressive d’une dose de fantastique (évènements inexplicables, morts étranges et douloureuses), le tout sur fond de vengeance d’outre-tombe.

A défaut de faire preuve d’originalité, Prison déploie une certaine efficacité, notamment en termes de mise en scène (mention spéciale à la séquence en vue subjective qui ouvre le métrage en mettant le spectateur dans la peau d’un condamné à mort). S’il n’est pas un grand film carcéral, et encore moins une œuvre fantastique remarquable, le métrage a déjà le mérite de divertir un minimum.

Verdict :

Typé « horreur eighties », Prison se laisse finalement regarder sans déplaisir, mais ne laisse pas un souvenir impérissable.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   

Une qualité d’image convenable, mais qui ne fait jamais d’étincelles. Propre, le master est malheureusement (parfois) parasité par un grain numérique assez prégnant. Au-delà de ce défaut compressif non rédhibitoire, la copie se montre correcte avec une colorimétrie honnête (mais perfectible) et une définition de bonne tenue.



Le Son
 

Deux pistes Dolby Stéréo correctes. L’ensemble est assez dynamique (du moins pour les pistes sonores d’une série B âgée de plus de vingt ans) et plutôt clair. La spatialisation ne brille pas par sa qualité, avec des canaux surround faiblement sollicités. Mixage plus soigné sur la piste en version originale sous-titrée.



Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 1 min
  Boitier Amaray
   
   
Bande annonce (1 minute).

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage