du même réalisateur
  CODY BANKS, AGENT SECRET
  THE MORTAL INSTRUMENT : LA ...

dans le même genre
  JOURNAL INTIME
  JABBERWOCKY
  MON COUSIN
  LA VOIX DU SUCCÈS
  T'AS PÉCHO ?
  LE DÉFI DU CHAMPION
  POUR UN GARÇON
  TOUT SIMPLEMENT NOIR
  TANDEM
  TANGO

du même éditeur
  MON COUSIN
  PETIT PAYS
  T'AS PÉCHO ?
  TANDEM
  TANGO
  L'ENFER DES ANGES
  MONSIEUR HIRE
  PAR UN BEAU MATIN D'ÉTÉ
  TERMINATOR : DARK FATE
  LA ROUE


Dernières Actus
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : WILD ...
  PALMARÈS FESTIVAL INTERNATI...
  TEUFEL CINEBAR LUX SURROUND...
  HOME-CINÉMA ET HI-FI (OU L’...
  LA BANDE ANNONCE DE CRUELLA...
  CÉSARS 2021 : ET LES NOMINÉ...
  DISPARITION DE JEAN CLAUDE ...
  THE CRAFT : LES NOUVELELS S...

La panthère rose 2

Titre Original The Pink Panther 2
Genre Comédie
Pays USA (2009)
Date de sortie mercredi 26 août 2009
Durée 85 Min
Réalisateur Harald Zwart
Avec Steve Martin, Jean Reno, Alfred Molina, Andy Garcia, Emily Mortimer, Aishwarya Raî, John Cleese
Producteurs Robert Simonds
Scénaristes Steve Martin, Scott Neustadter et Michael H. Weber
Compositeur Christophe Beck
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Oui
Oui
Non
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Fox pathé europa
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  85 min
  Nb Dvd  1
   
   

Un dangereux malfaiteur, sévissant sous le nom de « Tornado », s’empare des plus importantes reliques des musées Mondiaux. Les plus fins limiers , se lancent à sa poursuite. Et lorsque « Le Tornado » s’empare de « La panthère rose », l’inspecteur Clouseau rejoint la « dream Team ».

Au pays des suites il ne fait pas toujours bon se précipiter. Et « La panthère Rose 2 » en est malheureusement un nouvel exemple. Car côté scénario tout d’abord, on ne flirt pas avec l’originalité, loin de là. Côté clichés, nous sommes toujours autant servis, et enfin côté humour, Steve Martin avait, dans le passé, été certainement mieux inspiré que là.

Prenons le côté scénario, la trame principale qui consiste à courir après un dangereux malfaiteur, laissant ainsi toutes les possibilités de gags à foison, ne manque pas d’intérêt, mais plutôt sérieusement de volume. Dès le départ les ficelles se découvrent, et l’on n’arrive jamais totalement à se passionner pour cette enquête, dont on finit par se fiche comme de sa première culotte. Mais on pourrais argumenter que le grand intérêt de ce film réside principalement dans les gags provoqués par le personnage de Clouseau, mais il n’en n’est rien, car une majorité de ces gags arrivent comme un cheveux sur la soupe et ne semble pas avoir trouver une place idéale dans le scénario.

Et si l’on rit parfois des situations, comme la scène des bouteilles de vins, où le départ surprend et fait rire, la durée du gag fait retomber le soufflet et finit par ne provoquer qu’un simple bâillement. Steve Martin (Le père de la mariée) s’embourbe dans des gags assez mal maitrisés dans l’ensemble et finit par ennuyer. Même Jean Reno (Léon) ne parvient pas à sauver l’ensemble, son jeu est maladroit et l’on sent le comédien mal à l’aise dans son rôle de gentil gendarme, un peu candide.

Enfin, côtés clichés, on garde les mêmes et on recommence, les français sont grognon et arrogants, ce qui ne facilite pas la tâche des autres membres de l’équipe d’enquêteurs Internationaux, qui sont tous, à leur manière, des clichés de leur pays. Relativement assez lourd dans l’ensemble, surtout lorsque l’inévitable accordéons ne cesse de représenter la France. Mais ces clichés, deviennent aussi un point positif dans l’ensemble, car le réalisateur Harald Zwart (Divine mais dangereuse) a décidé de représenter un Paris de carte postale, à la fois moderne et complètement anachronique, pour créer le Paris de Clouseau. Et de ce point de vue là, c’est une réussite totale, car Paris n’a jamais été aussi joyeusement représenté que dans ce film.

En conclusion, « La Panthère Rose 2 », ne brille ni par son originalité, ni par la finesse de ses gags, mais plutôt par la surprenante interprétation qu’il fait de notre capitale.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Une image forcément très belle qui prend tout son sens dans les couleurs chaudes des beaux quartiers de Paris ou du Château de Ferrières. Les contrastes donnent une véritable profondeur à l’ensemble et les couleurs sont de très bonnes tenues. Une véritable réussite !

Le Son
 
Une piste 5.1 finalement assez bien équilibrée, même si parfois les dialogues souffrent d’un léger décalage avec l’ensemble. La spatialisation ne manque pas d’intérêt et la dynamique de l’ensemble donne une véritable plongée dans les aventures de cet inspecteur maladroit et infantile.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 35 min
  Boitier Amaray
   
   
Un bêtisier assez convenu qui ne fait pas plus sourire que le reste du film, plus un making of sous forme de deux mini-reportages : La Dream Team et Les dangers de la comédie. Un peu léger tout de même.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage