du même réalisateur
  ARIELLE DOMBASLE EN CONCERT...

dans le même genre
  LA FAVORITE
  HARLOTS
  UN PEUPLE ET SON ROI
  ANNA KARENINA
  BRITANNIA
  ORO LA CITÉ PERDUE
  THE PATRIOT : LE CHEMIN DE ...
  LES HEURES SOMBRES
  THE LAST KINGDOM : SAISON 1
  LA CAMÉRA EXPLORE LE TEMPS ...

du même éditeur
  APOCALYPSE NOW : FINAL CUT
  LE CHANT DU LOUP
  125 RUE MONTMARTRE
  ALITA : BATTLE ANGEL
  UN SAC DE BILLES
  LA FAVORITE
  THE HATE U GIVE (LA HAINE Q...
  LE GRAND BAL
  L'EQUIPAGE
  SILVIO ET LES AUTRES


Dernières Actus
  GODZILLA II : ROI DES MONST...
  LE BAT-SIGNAL PROJETÉ DANS ...
  CONCOURS DVDCRITIQUES : GAG...
  CONCOURS DVDCRITIQUES : GAG...
  LE PROGRAMME IMAX ENHANCED ...
  COFFRET 4 DVD SUITS SAISON ...
  JACK RYAN SAISON 1 EN DVD E...
  4 TITRES REJOIGNENT LE CATA...

Raspoutine

Genre Fresque historique
Pays France et Russie (2012)
Date de sortie samedi 7 janvier 2012
Durée 120 Min
Réalisateur Josée Dayan
Avec Gérard Depardieu, Fanny Ardant, Vladimir Mashkov
Producteurs Arnaud Frilley et Anastassia Kovtun
Scénaristes Pierre Aknine, Philippe Besson et Vincent Fargeat
Compositeur Divers
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Fox pathé europa
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  120 min
  Nb Dvd  1
   
   
L’histoire du moine mystique et controversé qui influenca le Tsar Nicolas II, y compris lorsqu’éclata la première guerre mondiale.

En attendant la version de Rose Bosch (La Rafle) avec Jean Reno (Le grand bleu), Raspoutine apparait sous les traits de Gérard Depardieu (La chèvre) dans une adaptation luxueuse de Josée Dayan (Monte-Cristo). Et « de luxe » est le terme bien approprié, puisque la réalisatrice a soigné son esthétisme, le travail de la photo est particulièrement remarquable et l’on sent la mise en scène inspirée, au plus proche de la Russie.On se croit presque dans Dr Jivago tant les lumières sont subtiles et les décors travaillés. Josée Dayan, comme à l’habitude, fait preuve d’une maitrise impeccable et le regard qu’elle porte sur le moine hypnotisant qui réussit à influencer les plus grands de son pays, est teinté d’une véritable attirance pour le mystère qui entoure le personnage, ainsi que les clés de l’existence.

Et la charisme de Gérard Depardieu se prête en bien des points à Raspoutine, au point que lorsque l’on a du mal à imaginer Jean Reno le remplacer (mais cela est une autre histoire). La folie du comédien colle parfaitement à celle du moine, il en comprend les nuances, les paradoxes et surtout toutes les ambiguités qui ont fait de Raspoutine le conseiller du tsar le plus influents, mais le plus jalousé aussi, au point d’en provoquer son assassinat et de l’associer à une malediction liée à la mort des Roumanov. L’acteur, même dans une superproduction télévisuelle, reste grandiose, inspiré, magnifiquement menacant et terriblement hypnotisant. Au point que, de la même manière qu’avec d’autres rôles interpréttés par l’acteur, comme Obelix, Raspoutine semble inévitablement unit à l’acteur.

Mais le problème de cette superproduction, c’est qu’on s’y ennuie terriblement. Notamment parce que la réalisatrice, ne sait pas bien par où prendre la biographie de Raspoutine. Elle oscille constamment entre Mystique et linéaire, culturel et spectaculaire, sensationnel et intimiste. Josée Dayan et ses scénaristes se perdent dans des scènes bavardent qui oscillent parfois entre lyrisme condescendant en forme d’hommage au cinéma de Sergueï Bodrov par exemple, en reflexion esotérique, avec voix off à l’appuie. Le film ne parvient jamais à trouver l’énergie suffisante pour garder l’attention du spectateur qui, du coup éprouve un certain soulagement lorsque le générique de fin commence. D’autant que la scène finale semble interminable et que le manque d’inspiration semble avoir sonné le glas de la réalisation.

L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Une image soignée avec des couleurs particulièrement bien tenues. Les contrastes donnent un véritable éclat aux décors, mais ne parviennent pas à masquer certaines maladresses dans la direction de la photo. Le support est d’une grande efficacité lorsqu‘il s‘agit d‘espaces lumineux, mais manque de précision lors des grands espaces. Certains défauts propres au film bénéficient pourtant d’un peu plus de soin et parviennent à être atténués mais pas suffisamment.

Le Son
 
Une piste 5.1, qui tient ses promesses, les ambiances sont reconstruites avec beaucoup de brillance surtout dans les bruitages particuliers aux ambiances. Le 5.1 fait des merveilles lors des effets sonores, mais souffre toutefois d‘un décalage remarquable entre dialogues et effets. Quelques soit la version, le support se met toutefois totalement au service du film et parvient à surprendre lors des scènes finales. Cela fait au moins un bon point.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 3 min
  Boitier Amaray
   
   
Des bonus aussi insipides que grotesques, dont la durée n’éxède pas deux minutes et qui dans ce laps de temps, nous offrent un making of (1mn) et un autre sur le musique (1mn). A oublier d’urgence !

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage