dans le même genre
  TRIPLE ALLIANCE
  DOM HEMINGWAY
  ALBERT À L'OUEST
  A YOUNG DOCTOR'S NOTEBOOK S...
  NOS PIRES VOISINS
  BAD WORDS
  THE GRAND BUDAPEST HOTEL
  QU'EST CE QU'ON A FAIT AU B...
  UNE RENCONTRE
  LIBRE ET ASSOUPI

du même éditeur
  LA BELLE AU BOIS DORMANT
  MALÉFIQUE
  REVENGE SAISON 2
  CAPTAIN AMERICA : LE SOLDAT...
  CLOCHETTE ET LA FÉE PIRATE
  SUR LE CHEMIN DE L'ÉCOLE
  THOR : LE MONDE DES TÉNÉBRE...
  LA REINE DES NEIGES
  IL ÉTAIT UNE FORÊT
  ATLANTIDE, L'EMPIRE PERDU


Dernières Actus
  CONCOURS RAY DONOVAN : GAGN...
  STAR WARS REBELS PREMICES D...
  RAY DONOVAN : LE NETTOYEUR ...
  CONCOURS DVDCRITIQUES ; GAG...
  LES OPPORTUNISTES : EXTRAIT...
  TEST CYBERLINK POWERDIRECTO...
  AVENGERS 2 (AOU)
  BRUCE SPRINGSTEEN : UNE VIE...
 
Desperate Housewives Saison 8
Genre Comédie
Pays USA (2012)
Date de sortie mercredi 5 décembre 2012
Durée 999 Min
Réalisateur Marc Cherry et Charles Pratt
Avec Marcia Cross, Eva Longoria, Teri Hatcher, Felicity Huffman, Vanessa Williams
Producteurs Marc Cherry et Charles Pratt
Scénaristes Divers
Compositeur Danny Elfman
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Disney BVHE
  Edition   Coffret
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  999 min
  Nb Dvd  6
   
   

La saison 7 s’était achevée sur le meurtre du beau-père de Gabrielle par Carlos. Les amies avaient ensuite aidé le couple à se débarrasser du corps. Seulement voilà, tout n’est pas aussi simple qu’il n’y parait, et les remords font parfois ressurgir de vieux démons destructeurs.

Dernier tour de piste pour les Desperate Housewives et puis s’en vont. Une ultime saison attendue, et forcément décevante, parce que gangrénée par les différentes querelles qui ont miné la série depuis plusieurs saisons. Les scénaristes étaient arrivés au bout de l’inspiration et cela se voit. Sans perdre de leur splendeur, les intrigues de Wysteria Lane ne sont plus aussi mordantes qu’auparavant. Et même la principale, qui tourne autour du meurtre de Beau-père de Gabrielle, laisse tout de même un goût douteux dans la bouche, en acceptant l’idée que l’on puisse faire justice soi même sans en payer le prix.

Pour cette ultime saison, les scénaristes tirent à boulet rouge, un peu dans tous les sens, mais allument des feux qu’ils éteignent dans l’instant. Une solution évidente compte tenu de l’échéance ultime qui leur est imposée et des enjeux d’attraction qu’ils doivent respecter. On peut alors simplement se satisfaire  de retrouver nos héroïnes de Wysteria Lane comme on les aime, torturées, odieuses à l’excès et parfois aussi touchante. Mais encore une fois, les trames sont très convenues, et il n’y a que très peu de surprises tout au long de ces épisodes.

Mais reconnaissons le, les scénaristes ont su faire évoluer la série dans un sens remarquable et nous tenir en haleine pendant ces huit saisons. Et l’arrivée de cette conclusion ne pouvait qu’être décevante puisque mâtinée d’une certaine aigreur de voir notre série préférée tirer sa révérence. Alors le dernier épisode ne peut que susciter une remarque forcément négative et définitive elle aussi : On pourra seulement regretter ce choix narratif qui étale le futur des unes et des autres un peu maladroitement et qui fait se conclure la série sur un terrible manque de panache. La conclusion de révèle finalement assez molle. Le spectateur ressent une certaine frustration d’avoir patienter presque fébrilement pour une conclusion un peu expéditive.

Une véritable bonne note : la distribution toujours aussi impeccable et particulièrement Marcia Cross en Brie Van de Kamp toujours aussi réjouissante de cynisme, qui finalement tiendrait presque la série à elle seule, si Eva Longoria dans le rôle de Gabrielle ne venait pas de temps en temps luis ravir la vedette. Teri Hatcher est toujours aussi tête à claque que depuis le début de la série et Felicity Hoffman a su étoffer son personnage pour le rendre aussi pénible et parfois antipathique dans sa manière de juger en permanence ses voisins.

En conclusion, Desperate Housewives saison 8 » ne pouvait que décevoir par une fin forcément un peu bâclée, forcément un peu mièvre et qui manque honteusement de panache. On peut toujours se consoler que la distribution soit resté intact du début à la fin pour notre plus grand plaisir.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   

Une image très belle qui offre de jolies couleurs, alternant obscurité et pastel. Les contrastes offrent un beau relief et permettent ainsi d’offrir une réelle ambiance personnalisée à la série



Le Son
 

 Impeccable en Stéréo, même si l’on aurait préféré un peu plus d’effets 5.1 pour plonger un peu plus dans l’univers de Wysteria Lane. Une légère déception tout de même.



Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 45 min
  Boitier Coffret
   
   

Une documentaire en forme d’ultime révérence : « Ce n’est qu’un au-revoir » dans lequel l’ensemble de la distribution revient sur ces huit années de tournages, d’aventures et de carrières vouées à Wysteria Lane. Forcément un peu larmoyant, tout le monde y compris Marc Cherry est gentil et attentionné etc. Puis les commentaires audio du dernier épisode pour mieux comprendre les choix opérés. Cela reste tout de même assez cohérent dans l’ensemble.



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage