du même réalisateur
  L'AMOUR EXTRA LARGE
  TERRAIN D'ENTENTE
  DUMB AND DUMBER

dans le même genre
  A COUPS SUR
  SUPERCONDRIAQUE
  PRÊT À TOUT
  LE TERMINAL
  QUAI D'ORSAY
  JACKASS PRÉSENT BAD GRANDPA
  CASSE TÊTE CHINOIS
  MALAVITA
  2 BROKE GIRLS
  VEEP : SAISON 2

du même éditeur
  JACK ET LA MÉCANIQUE DU COE...
  LA VOLEUSE DE LIVRE
  LE BON LA BRUTE ET LE TRUAN...
  SUPERCONDRIAQUE
  LA BELLE ET LA BÊTE
  TAXI : BROOKLYN SAISON 1
  SPEED 2 : CAP SUR LE DANGER
  GLEE : SAISON 4
  JAMAIS LE PREMIER SOIR
  CARRIE LA VENGEANCE


Dernières Actus
  POURQUOI ALLER AU CINÉMA ? ...
  PIXAR EN CONCERT LE 22 JUIN...
  PANASONIC PROPOSE DE DÉCOUV...
  LUCY : LIBÉREZ VOTRE ESPRIT...
  DES DRAGONS ENVAHISSENT LA ...
  HERCULE : ON N’ÉCHAPPE PAS ...
  STAR WARS : LES SPIN-OFF SE...
  LG BARRE DE SON 2014 : QUAT...
 
Les 3 Stooges
Titre Original The Three Stooges
Genre Comédie
Pays USA (2012)
Date de sortie mercredi 28 novembre 2012
Durée 92 Min
Réalisateur Frères Farrelly
Avec Will Sasso, Sean Hayes, Chris Diamontopoulos
Producteurs Peter et Bobby Farrelly, Charles B. Wessler et Bradley Thomas
Scénaristes Peter et Bobby Farrelly
Compositeur John Debney
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Fox pathé europa
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  92 min
  Nb Dvd  1
   
   

Tentant de sauver leur orphelinat, les Stooges se retrouvent mêlés dans une affaire de meurtre et se voient alors contraints et forcés de participer à un jeu télévisé.

Difficile de rire à cette ineptie sans nom. Le problème lorsque l’on veut rendre hommage à un genre qui date des années 30, c’est qu’il faut le faire avec panache, qu’il faut en apprécier et surtout en comprendre les moindre mécanismes. Dans le cas des «3 Corniauds », les frères Farelly, signent une œuvre proche de la débilité profonde, où les gags s’enchaînent mécaniquement sans aucune subtilité.  En fait les réalisateurs sont complètement à l’Ouest, ils n’ont aucun idée de ce qui pourrait rendre le film intéressant, ils ne semblent pas avoir cherché à comprendre comment fonctionnait ce genre d’humour (notamment le format court, la satire sociale sous-jacente et bien d’autres choses, souvent plus subtiles qu’elles n’y paraissaient…).

Ici, la source de naufrage réside particulièrement dans la structure d’un scénario totalement inexistant et souvent inutile. Les deux frères ont voulu respecter le format de courts métrages à l’intérieur du film, ainsi que le bruitage permanent dans les scènes de bagarres, mais le manque évident d’inspiration et peut-être même l’embourgeoisement des réalisateurs, font de ce film une aventure fort peu palpitante. Tout est téléphoné, aucune imagination de quelque sorte : L’histoire de l’orphelinat à sauver rappelle n’importe quel film de genre comme « Les blues Brothers » par exemple, Et tout cela s’enchaine  dans un désastre permanent. Une plantade que l’on ne parvient que très difficilement à expliquer tant tout cela est ridicule. On sent tout venir à dix mille kilomètres à la ronde. Et pour cela rien ne nous est épargné, pas même la désolation d’une distribution en panne.

Car le trio Will Sasso (Bébé Mode d’emploi), Sean Hayes (Comme chiens et chats) et Chris Diamantopoulos (Les Kennedy) est d’une bêtise affligeante. Les trois acteurs en font des tonnes pour tenter de nous faire rire, mais n’atteignent que le niveau ultra débutant des clowns de secondes zones. Ils ne sont pas drôles, ne donnent aucune saveur à leur jeu et la répétition permanentes de leurs cris ne font qu’alourdir l’ensemble. Les comédiens sont pesant, chaque scènes de « baffes » (la marque de fabrique des véritables Stooges) sont mal coordonnées et n’amènent à rien de bien transcendant. Un véritable désastre !

En conclusion, « Les 3 corniauds » est un film raté, sans aucun intérêt que celui d’ennuyer n’importe quel spectateur. On s’ennuie de bout en bout, le scénario est dénué de toute originalité, les gags éventés, la mise en scène inexistante et l’hommage complètement raté. A oublier de toute urgence.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.35:1
   
   
Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. Le film , s’il est un désastre artistique, bénéficie toutefois d’un rendu visuel de bonne qualité.

Le Son
 

Côté la piste 5.1  met en valeur les effets sonores qui sont légions dans le film. Les dialogues gardent une certaine cohérence avec l’ensemble. Pour le reste la spatialisation fait bien son travail et l’on se laisse emporter par l’atmosphère sonore du film. Pas de quoi sauver le naufrage toutefois.



Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 20 min
  Boitier Amaray
   
   

Des scènes rallongées que l’on a même pas envie de visionner, un making of où les frères se targuent d’avoir réaliser le film le plus abouti de leur carrière (On croit rêver !!!) et un mini documentaire sur les effets spéciaux et leur importance (on s’en serait douté) et pour finir un bêtisier qui est en fait la compilation de toutes les scènes de « baffes » du film. Là, on est vraiment au fond du trou !!!

 



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage