du même réalisateur
  LES SENTIMENTS

dans le même genre
  TRIPLE ALLIANCE
  DOM HEMINGWAY
  ALBERT À L'OUEST
  A YOUNG DOCTOR'S NOTEBOOK S...
  NOS PIRES VOISINS
  BAD WORDS
  THE GRAND BUDAPEST HOTEL
  QU'EST CE QU'ON A FAIT AU B...
  UNE RENCONTRE
  LIBRE ET ASSOUPI

du même éditeur
  LA BOHÈME
  LIBRE ET ASSOUPI
  AVIS DE MISTRAL
  L'EXTRAVAGANT VOYAGE DU JEU...
  LES GARÇONS ET GUILLAUME À ...
  EN SOLITAIRE
  LES TONTONS FLINGUEURS (COF...
  NOUS IRONS TOUS AU PARADIS
  UN ÉLÉPHANT ÇA TROMPE ÉNORM...
  POP RÉDEMPTION


Dernières Actus
  TEST NERO 2015 : GESTION DE...
  CONCOURS RAY DONOVAN : GAGN...
  STAR WARS REBELS PREMICES D...
  RAY DONOVAN : LE NETTOYEUR ...
  CONCOURS DVDCRITIQUES ; GAG...
  LES OPPORTUNISTES : EXTRAIT...
  TEST CYBERLINK POWERDIRECTO...
  AVENGERS 2 (AOU)
 
Camille Redouble
Genre Comédie
Pays France (2012)
Date de sortie mercredi 20 février 2013
Durée 115 Min
Réalisateur Noémie Lvovsky
Avec Noémie Lvovsky, Samir Guesmi, Judith Chemla, India Hair, Yolande Moreau, Denis Podalydès
Producteurs Jean-Louis Livi et Philippe Carcassone
Scénaristes Noémie Lvovsky, Maud Ameline, Pierre-Olivier Mattei et Florence Seyvos
Compositeur Gaëtan Roussel
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Gaumont
  Edition   Collector
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  115 min
  Nb Dvd  2
   
   

Camille a 16 ans lorsqu’elle rencontre Eric. Ils s’aiment passionnément et Camille donne naissance à une fille. 25 ans plus tard  Eric quitte Camille pour une femme plus jeune. Le soir du 31 Décembre Camille  se trouve soudain renvoyé dans son passé. Elle a de nouveau seize ans, elle retrouve ses parents, ses amies son adolescence et Eric. Va-t-elle fuir ou tenter de changer son passé ? Va-t-elle l’aimer à nouveau alors qu’elle connait la fin de leur histoire ?

De l’autre côté de l’atlantique, on a vu souvent des films traiter du saut dans le passé, qui fait revenir le héros aux années chéries du lycée et parfois même du collège. En France, le phénomène est plus rare, il y a bien cette expérience télévisuelle l’année passée où des parents retournaient au collège, mais rien qui ne ressemble tout à fait à « Camille redouble » de Noemie Lvovsky.

Car la comédienne qui a le vent en poupe depuis « Les beaux gosses » de Riad Satouf, n’en n’est pas à son premier coup d’essai, bien au contraire. « Camille Redouble » est son cinquième long métrage. Elle qui n’avait pas tourné depuis 2007 ; a prit la paris difficile non seulement de raconter une histoire complexe, où une jeune fille revient à l’année de ses 16 ans et doit se demander ce qu’elle peut bien y faire, pour changer les douleurs qui ont parcouru le reste de son existence ou bien en profiter pour vivre une autre histoire ? Doit-elle se refuser à celui avec qui elle a vécu pendant de nombreuses, jusqu’à ce que cela finisse par un adultère, ou alors doit-elle plonger à nouveau son regard dans ses yeux et se laisser aller ? Mais aussi en jouant le rôle principal.

Et la comédienne s’en tire haut la main avec une œuvre certes, un brin minimaliste, par rapport aux comédies américaines et leurs moyens démesurés, mais ici, la réalisatrice a préféré  s’intéresser à un cheminement plus complexe, et en même temps peut-être plus terre à terre, comme l’idée d’une nouvelle chance que l’on pourrait mettre à profit pour sauver la vie de ses parents, une nouvelle possibilité de réécrire son histoire pour effacer les peines du présent et donc forcément du futur. L’actrice réalisatrice ne s’embrasse pas de détails trop encombrant et cela se voit dans son jeu.

La comédienne ne cherche pas le mimétisme absolu, elle préfère au contraire une gestuelle plus discrète, un langage plus retro et surtout l’utilisation d’accessoires qui ne seront pas sans rappeler de grands souvenirs à une génération de quarantenaires : Le walkman Cassette, le magnétophone et son micro, et ainsi de suite, jusqu’à la bande son qui rappelle de grands moments de « boum », même si parfois certains morceaux ne sont pas forcément de l’époque dans laquelle se situe l’action.

La mise en scène de Noémie Lvovsky brille par sa simplicité, par une volonté assumée ou pas d’entrainer le spectateur dans une sorte de valse nostalgique, où le jeu se distingue par une sorte de naturelle parfois décalé par rapport à ce que l’on a l’habitude de voir. Ici on ne se prend pas forcément au sérieux, on ne fait pas briller le rubik’s cub, on sort un walkman un peu usé. On ne parle pas de musiques ou de voitures, non on laisse les accessoires habiller l’action, pour pourvoir ouvrir la porte aux sentiments.

En conclusion, « Camille redouble » est une œuvre simple et efficace, ou le naturel des comédiens, comme de la réalisatrice rend crédible et attachant l’ensemble des personnages du film, avec au passage une réflexion sur la vie, la mort, l’amour et la haine, lorsqu’une seconde chance vous ait proposée.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   

La réalisation joue clairement sur les lumières, sur les ambiances, avec des jeux de filtres pour mieux imprégner les décors d'une certaine nostalgie. L’image souligne parfaitement le travail soigné des décors avec des couleurs plutôt bien tenues et des contrastes qui savent marquer le volume de l’ensemble.



Le Son
 

La piste Dolby Digitale 5.1 se démarque par un travail évident sur le  dynamisme. La répartition est très homogène et brille par sa qualité, notamment lors des scènes musicales qui permettent à la musique de Gaëtan Roussel de briller en volume, dans de ces scènes où les chansons enveloppent littéralement le spectateur. Pour le reste la spatialisation reste assez correcte et les dialogues sont assez bien équilibrés.



Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 45 min
  Boitier Amaray
   
   

La section bonus est à l’image du film surprenant et en même temps avec un côté très naturel. D’abord avec des scènes coupées commentées par la réalisatrice et sa scénariste. Leur voix sont un peu austères, on frise la narcolepsie, mais si on parvient à prendre un peu de vitamine, et que l’on tend un peu l’oreille, on s’aperçoit que le discours est assez intriguant, intelligent même, avec une réflexion de la réalisatrice sur la volonté propre de l’œuvre. Une pensée qui consiste à se dire que l’œuvre dirige les pas de l’artiste.

 

Puis l’éditeur nous propose de découvrir les essais et répétitions des comédiens, dans lesquels, on les voit travailler les prémices de scènes que l’on peut s’amuser à réintégrer dans le film par la suite.

 

Et on finit par une galerie de photos.

 



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
   Essais et Répétitions