du même réalisateur
  INVINCIBLE

dans le même genre
  PETIT PAYS
  A BOUT DE SOUFFLE (ULTRA HD...
  LA HAINE (ULTRA HD / 4K)
  BRICK
  WET SEASON
  UN COEUR EN HIVER
  SATANTANGO
  ARYTHMIE
  CHANSON DOUCE
  LA ROUE

du même éditeur
  ABOMINABLE (ULTRA HD / 4K)
  SUSPECT NUMÉRO UN
  LA VOIX DU SUCCÈS
  L'HOMME INVISIBLE (2020)
  THE LIGHTHOUSE
  SPIDER IN THE WEB
  GEMINI MAN (ULTRA HD / 4K -...
  ABOMINABLE
  DOWNTON ABBEY LE FILM
  FAST & FURIOUS : HOBBS AND ...


Dernières Actus
  TEST DIVACORE ANTIPODS2 : E...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : KITAR...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : L'ANT...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX EN ...
  CRITIQUE FILM SONG BIRD D'A...
  DVDCRITIQUES LIVE #33 : LE ...
  TEST AMAZON FIRE TV STICK 4...
  DVDCRITIQUES LIVE #32 : SOU...

Vue sur mer

Titre Original By the sea
Genre Drame
Pays USA (2015)
Date de sortie mardi 16 août 2016
Durée 124 Min
Réalisateur Angelina Jolie
Avec Angelina Jolie, Brad Pitt, Mélanie Laurent, Melvil Poupaud, Niels Arestrup, Richard Bohringer
Producteurs Angelina Jolie Pitt et Brad Pitt
Scénaristes Angelina Jolie Pitt
Compositeur Gabriel Yared
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Universal
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  124 min
  Nb Dvd  1
   
   
VUE SUR MER s’attache à Roland, un écrivain américain, et sa femme Vanessa qui débarquent dans une station balnéaire, en France, dans les années 70. Le couple semble en crise. Tandis qu’ils se rapprochent d’autres touristes, comme Léa et François, jeunes mariés en vacances, et d’habitants, comme Michel et Patrice, Roland et Vanessa affrontent leurs propres difficultés.

Dans la série des films sur les couples en crise, Angelina Jolie, qui signe pour la première fois sous nom marital : Angelina Jolie Pitt, nous entraine donc dans une histoire qu’elle a elle-même écrite et réalisée. Et côté scénario, on peut noter une véritable volonté de vouloir bien faire, celle d’explorer les méandres de l’amour, ces déchirures qui font se battre pour sauver ce qui peut l’être à tout prix. La réalisatrice impose un style, voluptueux, torturé et presque impudique, puisqu’elle semble y avoir déposé tout ses traumas de l’amour, ses angoisses et ses questions sur son propre couple.

Mais voilà Angelina Jolie Pitt, se prend les pieds dans le tapis, en se mettant scène avec son mari Brad Pitt (Seven) elle se met des barrières qui l’empêche réellement de nous emporter dans son histoire. D’autant qu’au lieu de nous parler d’un couple qui se déchire et qui lutte pour sa survie, elle dérive sur un couple d’Américains en crise qui fantasment sur ses voisins, qu’ils épient dans leurs moments intimes et s’ouvrent ainsi à une sexualité par procuration. Très loin d’un chef d’œuvre comme « Qui a peur de Virginia Woolf », dont les points communs sont nombreux : le sujet (un couple se déchire face à un autre plus jeune), les acteurs mari et femme à la ville et à l’écran, le principe d’une pièce de théâtre. Seulement dans le film de Mike Nicholas, le réalisateur utilisait les difficultés du couple dans leur vie privée pour mieux faire ressentir la violence de cette descente aux enfers impudique.

D’ailleurs le scenario d’Ernest Lehman utilisait le jeune couple comme un miroir des frustrations de l’autre, faisant ainsi ressortir toute la violence qui transpire de ces couples en crise passionnelle. Dans « Vue sur mer », la réalisatrice choisit la facilité en créant un trauma extérieur et suscite la lassitude en ne tournant qu’autour de l’acte sexuelle pour éluder réellement celui plus profond des sentiments et de la colère venue des sacrifices qui deviennent des frustrations. 

Même constat en ce qui concerne la direction d’acteur, la réalisatrice se centre sur elle et sur Brad Pitt, mais oublie de donner du volume aux autres. Du coup Mélanie Laurent se retrouve limitée à un rôle de potiche transparente et Melvil Poupaud (L’amant) se limite à des apparitions totalement oubliables.

Très en surface et jamais en profondeur, Angelina Jolie Pitt rate son coup avec « Vue sur mer », qui ne peut éviter la comparaison avec « Qui a peur de Virginia Woolf ? », dont il n’arrive pas à atteindre la profondeur.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.40:1
   
   
La réalisatrice a choisi un éclairage qui donne à son film un aspect théâtral. Pour cela le chef opérateur a utilisé le procédé Cine Reflect Lighting System (CRLS) qui consiste à envoyer le lumière indirectement sur plusieurs réflecteurs pour créer ainsi une lumière plus naturelle. Les couleurs sont un peu délavés mais donnent toute sa qualité à la photographie du film. Les ambiances sont parfaitement retranscrites et le support lui rend un hommage appuyé. Les contrastes donnent un volume et une profondeur à l’image à la hauteur de l’ensemble.

Le Son
 
La piste Dolby Digitale 5.1 se révèle d’une grande précision et permet au film d’appuyer encore un peu plus son ambiance un peu retro. La musique vient parfaitement habiller l’ensemble pour donner des transitions de grandes qualités. Jamais dans l’excès, la piste sonore est parfaitement bien harmonisée pour que les dialogues ne soient pas effacés par la musique ou les effets sonores.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 5 min
  Boitier Amaray
   
   
Juste des scènes coupées.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage