dans le même genre
  TRANSYLVANIE 3 : DES VACANC...
  BILAL
  COCO
  LE MONDE SECRET DES ÉMOJIS
  CAPITAINE SUPERSLIP
  LES AS DE LA JUNGLE
  MOI MOCHE ET MÉCHANT 3
  IL ÉTAIT UNE FOIS... LA VIE
  LES SCHTROUMPFS ET LE VILLA...
  BABY BOSS

du même éditeur
  BORSALINO
  FUTURE WORLD
  LA FOLLE JOURNÉE DE FERRIS ...
  BLACKKKLANSMAN
  SKYSCRAPER
  THE EXPANSE : SAISON 2
  AMERICAN NIGHTMARE 4 : LES ...
  MAMA MIA! HERE WE GO AGAIN
  JURASSIC WORLD : FALLEN KIN...
  CHICAGO MED : SAISON 2


Dernières Actus
  REDÉCOUVREZ PHANTOM MANOR D...
  KLIPSCH LANCE UN CONCOURS D...
  POWERDVD 19 : COMPATIBLE 8K...
  KING KONG 2019 : DISPONIBLE...
  HAWAII 5-0 : SAISON 8 EN CO...
  DISNEY DÉVOILE :"LE ROI LIO...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX LA ...
  NETFLIX DÉVOILE SA NOUVELLE...

Kubo et L'armure Magique

Titre Original Kubo and The Two Strings
Genre Animation
Pays USA (2016)
Date de sortie mardi 31 janvier 2017
Durée 102 Min
Réalisateur Travis Knight
Avec Charlize Theron, Art Parkinson, Ralph Fiennes, Rooney Mara, Matthew McConaughey, George Takei, Cary-Hiroyuki Tagawa, Brenda Vaccaro
Producteurs Travis Knight et Arianne Sutner
Scénaristes Marc Haimes et Chris Butler
Compositeur Dario Marianelli
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Universal
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  102 min
  Nb Dvd  1
   
   
Kubo est un être aussi intelligent que généreux, qui gagne chichement sa vie en sa qualité de conteur, dans un village de bord de mer. Cette petite vie tranquille, ainsi que celle de ses compagnons Hosato, Hashi et Kamekichi va être bouleversée quand par erreur il invoque un démon du passé. Surgissant des nues cet esprit malfaisant va abattre son courroux sur le village afin d’appliquer une vindicte ancestrale. Dans sa fuite, Kubo fait équipe avec Monkey et Beetle, pour se lancer dans une épopée palpitante afin de sauver sa famille et percer le secret de la chute de son père, le plus grand samouraï que le monde ait jamais connu. À l’aide de son Shamisen- un instrument musical magique-il va affronter toutes sortes de dieux et de monstres, notamment le terrible Moon King assoiffé de vengeance ainsi que les affreuses sœurs jumelles afin de dénouer le mystère de son héritage, réunir sa famille et accomplir sa destinée héroïque.

Depuis « Coraline », première collaboration entre Henry Selick, réalisateur venu tout droit de l’équipe de Tim Burton, le studio de Phil Knight et de son fils Travis : « Laika » ne cesse de surprendre par une qualité d’animation reconnue et particulièrement inventive, qui utilise le Stop Motion avec quasiment tout ce qui leur tombe sous la main. Porté par un univers toujours très proche de l’univers de Tim Burton, avec un côté sombre qui cache toujours une certaine luminosité, soit dans la finalité de l‘histoire soit dans la peinture des personnages. Avec « Kubo et L’armure Magique », l’équipe de Travis Knight se déplace au Japon et y invente une légende dans laquelle un mystérieux Roi Lune aveugle, a volé l’œil d’un enfant et n’a de cesse que de vouloir récupérer l'autre, afin de pouvoir soumettre le monde à sa volonté. Pour cela le méchant roi n’hésite pas à vouloir faire sombrer tout un village dans un monde de cendre et de désolation. 

On comprend très vite à la lecture du scénario, que le film ne va pas forcément jouer la carte de l’histoire un peu naïve et colorée comme peut le faire le studio Disney, mais plutôt un environnement sombre et décalé qui fera naître la lumière. Avec un point commun constant entre tous leurs films, le studio Laika ne cesse de nous surprendre par des histoires originales, tout en nuances et en surprises. Avec des marionnettes fabriquées en papier, les animateurs ont relevé des défis considérables en fabriquant les plus petits origamis mais aussi les plus gigantesques allant même jusqu’à utiliser les techniques qui permirent au King Kong de 1933 de voir le jour. Avec des décors entièrement fabriqués en bois, le film d’animation garde une texture bien particulière que sa captation en numérique rend encore plus perceptible. 

Côté scénario, on est évidemment très proche de l’univers de Burton, qui semble avoir imprégné de manière durable la société Laika au regard d’une carrière qui ne compte que trois films (Quatre si l’on compte celui-là !) : « Coraline », « Paranorman » et « Les Boxtrolls ». Le point commun : De jeunes héros blessés par la vie. Coraline est délaissée par ses parents et se laisse entraîner dans un monde de sorcière et de monstres, Norman parle aux Morts mais tout le monde le rejette parce que personne ne le croit, et les boxtrolls sont considérés comme des monstres alors qu’ils ne sont que de petits êtres pacifiques. Avec toujours la même intelligence, les scénaristes Marc Haimes (Red Eyes) et Chris Butler (The Good Wife), pas forcément destinées à écrire le scénario d’un film d’animation signent pourtant une œuvre complexe, qui se lit avec une simplicité désarmante. Car « Kubo » est avant tout une histoire inspirée des traditions japonaises dans lesquelles les dieux ont leurs places au sein d’une société hiérarchique bien définie. Kubo va devoir accepter son handicap, trouver sa place en faisant le deuil de son père disparu et en acceptant que son pire ennemi soit de sa propre famille.

Avec une réalisation toujours parfaitement maîtrisée et un sens du rythme redoutable d’efficacité, Travis Knight, signe là une mise en scène qui confirme tout le talent du monsieur. Un talent qu’il avait, jusque-là mis à contribution de la production des précédents films du studio. Fluide, dynamique, brillant d’inventivité et de cohérence par rapport à la matière utilisée et à l’environnement choisit, le film est une réussite remarquable qui vient confirmer que le studio Laïka est un concurrent solide des grands studios d’animation comme Disney, Dreamworks, Blue Sky et bien sûr Aardman.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.40:1
   
   
La réalisation a choisi une image volontairement en demi teinte avec des couleurs très terriennes qui donnent à son film une texture bien particulière entre le bois et le papier luxueux utilisé pour la calligraphie japonaise. Les couleurs sont parfaitement mises en valeur et donne au film toute cette nuance entre sombre et lumineux. Les ambiances sont parfaitement retranscrites et le support lui rend un hommage appuyé. Les contrastes dont un volume et une profondeur à l’image à la hauteur de l’ensemble.

Le Son
 
La piste Dolby Digitale 5.1 se révèle d’une grande précision et permet au film d’appuyer encore un peu plus son ambiance à la fois sobre et foisonnante. La musique vient parfaitement habiller l’ensemble pour donner des transitions de grandes qualités sans jamais envahir le reste des effets sonores.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 45 min
  Boitier Amaray
   
   
« Le Voyage de Kubo », nous plonge au cœur de l’aventure que fut le tournage de ce film. On y découvre les « Inspirations japonaises » qui permirent aux équipes de pouvoir donner une texture si remarquable au film, et toutes les recherches qui leur permirent d’être si proche et si en adéquation avec l’esprit et la culture ancestrale du pays soleil levant. 

Le film contient un certains nombres de « monstres mythologiques », qui furent chacun à leur manière des exploits technologiques considérables comme  le squelette de 5 Mètres qui apparaît dans le film, qui fut le plus grand origami  jamais construit.

Bien sûr pour la scène sur le bateau, il a fallu « Braver les éléments » dans le sens propre du terme, afin que tout cela soit crédible et ne vienne pas casser le rythme du film. Un défi pour l’équipe qui devait non seulement trouver les textures cohérentes avec l’eau, le vent la pluie que sais-je encore, et tout cela dans les règles strictes du « Stop Motion ».

Evidemment « Le pouvoir rédempteur et thérapeutique de la musique » est évident dans ce type de film tant elle parvient à donner un aspect à la fois candide et sensationnelle à ce qui se passe sur l’écran. 

Bien évidemment, le film trouve toute sa cohérence dans des décors somptueux répartis sur 70 Plateaux sur lesquels 35 animateurs et un nombre tout aussi conséquents de techniciens sont venus travailler pour que les expressions des visages, les positions des personnages, mais aussi les lumières, les villages, et autres environnements parcourus par les héros puissent rendre l’aventure réelle.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage