du même réalisateur
  HELLBOY II LES LÉGIONS D'OR...
  CRIMSON PEAK

dans le même genre
  JUSTICE LEAGUE
  SPIDERMAN HOMECOMING
  WONDER WOMAN
  LOGAN (ULTRA HD - 4K)
  LOGAN
  HANCOCK (ULTRA HD / 4K)
  BATMAN VS ROBIN
  DRACULA UNTOLD
  X-MEN DAYS OF FUTURE PAST
  CAPTAIN AMERICA : LE SOLDAT...

du même éditeur
  SPIDER-MAN : NEW GENERATION
  CHAIR DE POULE 2 : LES FANT...
  I FEEL GOOD
  VENOM
  UN PEUPLE ET SON ROI
  SEARCHING - PORTÉE DISPARUE
  TRANSYLVANIE 3 : DES VACANC...
  EQUALIZER 2
  ALPHA
  LE MONDE EST À TOI


Dernières Actus
  LE CHANTEUR SUD AFRICAIN JO...
  DISNEY DÉVOILE LA BANDE ANN...
  LE FESTIVAL "VAL DE ROCK" E...
  TRÈS COURT INTERNATIONAL FI...
  PREMIÈRE IMAGE DE "WEST SID...
  GLADIATEUR 2 EST CONFIRMÉ
  LE RÉALISATEUR FRANCO ZEFFI...
  RALPH 2.0 EN DVD ET BLU-RAY

Hellboy

Genre Super-héros
Pays USA (2004)
Date de sortie mardi 22 mars 2005
Durée 120 Min
Réalisateur Guillermo Del Toro
Avec Ron Perlman, John Hurt, Selma Blair, Rupert Evans
Producteurs Lawrence Gordon, Lloyd Levin, Mike Richardson
Scénaristes Guillermo del Toro
Compositeur Marco Beltrami
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Musique
Non
Non
Non
  Anglais
Oui
Oui
Oui
  Français
Oui
Oui
Oui

Le Film Critique de Guillaume Simon
  Editeur   SPHE
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  120 min
  Nb Dvd  2
   
   

L'histoire

En pleine seconde guerre mondiale, les nazis font d'actives recherches dans le domaine des sciences ocultes. Une nuit, une expérience tourne mal et des entrailles de l'enfer sort un petit être ressemblant furieusement à un démon. Adopté par l'armée américaine passant par là pour faire le ménage la créature est mise à son service ...


Critique subjective

Hellboy est un projet cher à son réalisateur, le mexicain Guillermo Del Toro. Cher et aussi difficile à monter. Avant d'arriver au film que nous connaissons aujourd'hui, le réalisateur de Blade 2 dû essuyer un paquet de refus et autant de suggestions absurdes. Hellboy ne devrait pas être rouge. Hellboy ne devrait pas avoir de queue ni de cornes. Hellboy devrait être humain puis monstre à la manière de Hulk. Hellboy ne devrait pas s'appeler Hellboy... Des problèmes qui vont obliger Del Toro à oublier son projet durant un temps.

Quelques années plus tard, X-men, Spider-man et deux trois autres ont déjà déffriché le terrain, les super-héros sont de retour au cinéma. Fastoche à présent de mener Hellboy à bien, et même si son budget est trois fois inférieur à celui du second opus du tisseur de toile, Del Toro conserve au moins sa liberté artistique, et c'est déjà pas si mal. Mais malgré un budget modeste, il est encore difficile de faire accepter Ron Perlman dans le rôle titre là où tous les executifs voient en coeur et avec des dollars dans les yeux Vin Diesel, promu nouveau gros bras à tout faire d'Hollywood. Seulement voilà, Del Toro tient bon, il veut faire un film, pas des dollars. Le film sera avec Perlman ou ne sera pas. Il tient en fait surtout un allié de poid, Mike Mignola, créateur de la BD d'origine et fervent défenseur de l'option Ron.

Cet atout sera déterminant, car il va amener avec lui celui des fans, une voix que les studios écoutent avec attention en ces temps où Internet prend de plus en plus d'ampleur et où les réactions du public sont connues presque en temps réel. Perlman signe, le tournage peut commencer et durant des mois, la presse spécialisée va s'enflamer pour ce film, le qualifiant parfois de chef d'oeuvre avant même que le premier tour de manivelle soit donné.

Hellboy est effectivement une réussite, mais certainement pas non plus le séisme annoncé. Le film souffre d'une histoire d'amour qui fleure bien trop l'eau de rose et d'un Hellboy tout à tour super-héros surpuissant puis ado timide. C'est à la fois la faiblesse et la force du film. Un héros aux états d'âme adolescents parfois trop mièvres mais qui forme une dualité originale et jamais vue dans le genre.

L'autre réussite du film est son look incroyable. Avec une somme d'argent modeste, Del Toro livre un film riche et généreux. Hellboy est tout simplement parfait, tant dans l'apparence que dans l'interprétation de Ron Perlman, qui tient là son meilleur rôle. Les méchants sont les seconds sur la liste des favorisés, et tout particulièrement Kroenen, nazi adepte de l'auto-chirurgie et du combat à l'arme blanche.

Si le scenario ne semble pas très original et semble en revanche linéaire, il tient fort bien la route dans son ensemble et conserve un intérêt égal de bout en bout, lâchant à intervalle régulier des scènes d'action spectaculaires (quoi qu'un peu trop courtes). Après tout, comme tout cinéaste dans le coup, Hellboy n'est que le premier film d'une série à venir qui devrait être au hazard... une trilogie ?

 

En conclusion

Modeste en regard des autres films du même genre, Hellboy est pourtant un film de super-héros dôté d'un grand intérêt. Les personnages principaux (méchants compris) sont dotés d'un sacré charisme et la mise en scène est généreuse. Ce n'est peut-être pas un Spider-man 2 mais il serait dommage de bouder son plaisir. Hellboy est une franche réussite.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Hellboy bénéficie d'un superbe travail au niveau du transfert, c'est simple, l'image frôle la perfection. Les couleurs sont parfaitement rendues et la nettetée est une véritable référence. Pas de défauts à signaler, l'image remplit largement son contrat.

Le Son
 
Tout comme l'image, le son de Hellboy est très soigné. Bourré d'effets et plutôt bourrin dans son genre, elle est particulièrement enveloppante et généreuse. C'est bien simple, même les scènes d'exposition sont riches au niveau sonore. Une réussite technique indéniable.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 200 min
  Boitier Amaray
   
   

DVD 1 : le film

- Introduction de Guillermo Del Toro : il a l'air gentil comme ça mais il s'emmerde sec aussi et ça se voit. Une trentaine de secondes, mais d'un monotone d'assez mauvais augure pour la suite.

- Commentaire audio du réalisateur : même avec une évidente volonté de bien faire, Del Toro provoque l'ennui et débite avec grand sérieux énormement d'informations. Dommage que le tout ne soit pas un peu plus ludique.

- Musique isolée et commentaire du compositeur : la BO de Hellboy est une réussite, bonne idée donc de l'avoir isolée sur une piste en 5.1. Les commentaires de Marco Beltrami sont assez informatifs pour être intéressants et assez brefs pour ne pas être saoulants.

- De la bande-dessinée au DVD : quelques pages de BD interactive (dont la dite interaction se limite presque uniquement à la touche suivant) : sans intérêt.

- La main droite maudite : encore une variation de l'inutile idée du "lapin blanc". Heureusement, les reportages sont accessibles via un menu séparé. Les reportages sont aussi courts qu'instructifs.

- Story-boards : consultables durant la vision du film, ce bonus vaut vraiment la peine, dommage qu'un chapitrage dédié n'a pas été prévu dans la foulée.


DVD 2 : les bonus

- Introduction de Salma Blair : on pensait que Del Toro était sinistre sur l'intro du DVD 1, on se trompait, en comparaison de Selma Blair il est euphorique.

* La salle des oeufs : aussi appelées "la salle des bonus intéressants"

- 4 scènes supplémentaires : en priorité, elle reviennent sur les relations entre les personnages. Très intéressant en somme... Ah, non. On me fait signe qu'elles sont en fait présentes dans le film. Un joli cas de remplissage de disque. Le reste est sans grand intérêt, comme toutes scènes coupées qui l'est pour de bonnes raisons.

- Hellboy la génèse : ou LE making-of, le nerf central des bonus de cette édition. Cet énorme making-of de plus de deux heures (2h20 en fait) ne pourra que combler le fan du film et le fan de cinéma en général tant les informations réunies ici sont pertinentes. De la conception des costumes aux changements apportés au look d'Hellboy en passant par les effets spéciaux et l'énergie communicative apportée par Del Toro sur le projet, le reportage revient sur tous les aspects de la production des débuts à la première du film (seule partie décevante soi-dit en passant). Habilement construit et sans la moindre once de promo, ce making-of est indispensable pour celui ou celle qui a apprécié le film.

- Biographie des acteurs et des personnages : comme son nom l'indique... l'idée d'en apprendre plus sur les personnages par ce biais est intéressante mais dans ce cas aussi redondante.


* Le repaire de Kroenen : une partie nettement moins bien pensée que le personnage dans elle porte le nom

Cette partie est en réalité une large comparaison/analyse de quelques scènes du film. Des esquisses aux animatiques en passant par le story-board et le résultat final. A noter enfin un bonus bien redondant qui prend la forme d'une comparaison story-board/film, eh oui on a déjà parlé de ça plus haut...


* L'hôpital Bellamie : concerne l'aspect marketing

- Bandes-annonces et spots-tv : au nombre respectif de 2 et 9, quelques affiches et une poignée de bandes-annonces d'autres films pour une partie finalement bien maigre. Pour terminer, quelques maquettes nous sont présentées sous la forme de vidéos qui les présentent sous tous les angles.


Au final, l'intérêt principal des bonus réside en ce documentaire monumental de 2h20 qui vaut à lui seul l'achat de cette version collector. Même si on peut trouver foule de bonnes choses dans les autres sections de suppléments, ce reportage nous apportera le principal, l'essentiel, bref, il se suffit à lui-même.

 


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage