24 heures chrono (saison 4)

Genre
Pays
USA (2005)
Date de sortie
mercredi 4 octobre 2006
Durée
999 Min
Réalisateur
Scénaristes
Joel Surnow
Format
Dvd 9
Langues
PCM
Label
SS.Titres Film
SS.Titres Bonus
SS.Titres Commentaire
Anglais
Non
Non
Non
Français
Oui
Oui
Oui
Le Film
Critique de Johan Belleville
Editeur
Edition
Coffret
Label
Zone
2
Durée Film
999 min
Nb Dvd
7

Présentation
Voilà maintenant quatre saisons que Jack Bauer tente de déjouer les plans de dangereux terroristes lors de journées plutôt mouvementées. « 24 » est une série innovante ou chaque histoire (chaque saison) se déroule sur une seule et unique journée. Comme l'e précise José Evrard dans la critique de la Saison 2, l'heure est marquée implacablement tout au long des inhumaines 24 heures que doit vivre Jack Bauer. Tout les stratagèmes cinématographiques sont utilisés pour mettre en image le « gimmick» principal : images fractionnées par moments en écran multiples montrant la concordance d'actions différentes mais se déroulant au même moment, absence d'ellipse narrative mais utilisation permanente de l'espace lieu pour dynamiser la narration afin d'éviter les moments faibles, et surtout cette fameuse horloge qui égrène les secondes, inexorablement. Tic, tic, tic...


Un an et demi après les faits de la saison 3, Jack Bauer se fait virer de la cellule antiterroriste par le nouveau directeur Erin Driscoll. Jack est alors prié de travailler pour le secrétaire d’état à la Défense. Mais voilà…des terroristes font dérailler un train et kidnappent le ministre de la Défense et sa fille avec laquelle Bauer entretenait une relation. Driscoll n’a pas d’autre choix que de réintégrer Jack Bauer au CTU pour empêcher le monde de sombre dans néant. Les terroristes prendront en effet le contrôle de réacteurs nucléaires... Tout un programme.


Impressions
Plus les saisons passent et plus la série se bonifie. C’est ce qu’on pourrait dire pour des séries comme « les Experts » ou « FBI : portés disparus ». « 24 » ne rentre malheureusement pas dans cette case. Notez qu’il doit être assez difficile de faire perdurer un concept ou tout se déroule sur l’action, la rapidité et surtout la vraisemblance des faits. Alors que Jack n’était qu’un simple agent « humain » dans les précédentes saisons, il apparaît ici au fil des épisodes comme un surhomme auquel il n’arrive rien. Un homme intouchable, invincible et imbattable alors que l’impressionnant nombre de morts par épisode augmente et que les scènes d’actions et autres fusillades s’enchaînent poussivement sans aucun éclat. Même avec l’arrivée de nouveaux personnages interprétés notamment par Kim Reaver (New York 911), cette quatrième saison n’arrive pas à la cheville des trois premières missions de Jack. L’ajout d’acteurs était censé redynamiser la série, il n’en est rien, car les scénaristes ont décidé de reprendre quelques éléments des saisons deux et trois dont on se serait bien passé. Ils nous ressortent la menace d’une catastrophe à grande échelle (déjà vu il y a deux ans) et s’entêtent à détailler la vie des méchants (Saison 3). Outre ces deux mauvais points, on pourra remarquer quelques invraisemblances dans la gestion du « temps réel », un sujet qui était jusque-là parfaitement maîtrisé. La couleur du ciel est différente du jour d’avant (même heure, même temps) et plus grave, sans toutefois rien dévoiler, les liens entre les diverses séquences sont tirés par les cheveux...A vouloir faire trop, on peut se demander si les scénaristes ne sont pas entrain de fournir la (ou les) saison(s) de trop. Dommage pour un programme aussi riche.


En conclusion
Le cliffhanger final annonce une cinquième saison passionnante dont les premiers échos ne sont pas fameux. Un film est d’ores et déjà en préparation, espérons qu’il clôture une bonne fois pour toute une série culte dont les trois premières saisons sont à retenir.
L'image
Couleurs
Définition
Compression
Format Vidéo
16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma
1.77:1
Les épisodes disposent d'une image magnifique centrée sur l'action. Les caméras tremblent, les mouvements sont brusques. Tout est là pour immerger le spectateur dans l'histoire. La granulositée de l'image n'altère pas la qualité de la définition et des contrastes. Une franche réussite.

Le Son
Langue
Type
Format
Spatialisation
Dynamique
Surround
Français
5.1
Anglais
5.1

Pas besoin de grandes explications. Insérez le premier DVD, choisissez la VO et visualisez la séquence du train. Impressionant. Les surrounds sont exploités à fond et le dynamisme de la musique et des autres effets sonores est vraiment puissant. Un mot sur la VF qui est décevante dans le sens ou elle perd tous les atouts de la VO. On a une énorme perte d'informations entre les deux pistes. Visionnez la scène ci-dessus, vous constaterez la différence au niveau des surrounds.

Les Bonus
Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
Durée
150 min
Boitier
Digipack

Commentaires audio
Pas de moins de onze commentaires audio sont répartis sur l'ensemble des épisodes de la série. Les intervenants s'attardent sur de nombreux détails à tel point que cela devient vite lassant...


Scènes inédites et intégrales (60 min)
Outre les commentaires, certains épisodes sont agrémentés de nouvelles scènes.  Il est en effet possible d'intégrer ces plans inédits à l'épisode original ou de les visualiser comme de simples bonus. Leur intérêt est plutôt minime, car ils ont tendance à ralentir l'action et la vivacité des faits. Sans plus.


Aperçu de la saison 5 (10 min)
Si vraiment vous ne pouvez pas attendre l'arrivée de la nouvelle saison, la seule est unique solution de voir du 24 inédit et de visionner ces dix minutes de trailer.


La fabrication d'une scène (7 min)
Là, nous sommes sur le terrain et les techniciens s'apprêtent à tourner une scène importante. Ils expliquent la façon dont ils procèdent en fonction des story-boards et autres directives (temps et budget minime).


Construire la nouvelle CTU (18 min)
Nous passons un bon quart d'heure à visiter le plateau en cours de construction en compagnie des décorateurs qui ont donc pour but de construire entièrement le CTU. Tout soit être terminé avant le début du tournage et vu l'ampleur de la tache à accomplir, c'est un travail énorme à réaliser.


Traces de sang (17 min)
Il s'agit du making of de la première séquence de la saison. Les techniciens ont deux jours pour mettre en boîte l'attaque du train et son déraillement (sans qu'aucun déraillement ne soit tourné). C'est parfois un peu de la débrouille, mais le résultat est là. Grâce à un montage astucieux, l'illusion est parfaite.


Vérrouiller et charger (19 min)
Ce reportage s'attarde sur la prise d'assaut du bunker (épisode 6). De vrais Marines s'apprêtent à effectuer les diverses cascades tandis que les responsables des explosifs installent leurs artifices.


24: conspiration (25 minutes)
Il s'agit d'un spin of de la série originale destinée aux détenteurs de téléphones portables. Le concept : 24 épisodes d'une minute censés raconter une histoire. Affligeant.


The Longest Day (3min30)
Un remix et un clip sans intérêt. Imbuvable !


24: Le jeu (3 min)
Jack Bauer himself nous présente le jeu issu de la série. On préférerait y jouer !
Bonus
Livret
Bande annonce
Biographies
Making of
Documentaire
Interviews
Com. audio
Scènes sup
Fin alternative
Galerie de photos
Story board
Multi-angle
Liens internet
Interface Rom
Jeux intéractifs
Filmographies
Clips vidéo
Bêtisier
Bonus Cachés
Court Metrage