du même réalisateur
  LA FIANCÉE SYRIENNE
  LES CITRONNIERS
  SPIDER IN THE WEB

dans le même genre
  SATANTANGO
  ARYTHMIE
  CHANSON DOUCE
  LA ROUE
  BARON NOIR : SAISON 3
  RED JOAN
  AU NOM DES FEMMES : LE COMB...
  FAUBOURG MONTMARTRE
  BIG LITTLE LIES : SAISON 2
  LE PROFESSEUR

du même éditeur
  L'ENFER DES ANGES
  MONSIEUR HIRE
  PAR UN BEAU MATIN D'ÉTÉ
  TERMINATOR : DARK FATE
  LA ROUE
  FAUBOURG MONTMARTRE
  LE PROFESSEUR
  LA CITÉ DE LA JOIE
  PARIS QUI DORT ENTR'ACTE
  LE SILENCE EST D'OR


Dernières Actus
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ FASHION...
  LA BANDE ANNONCE DE RAYA ET...
  KAAMELOTT REPORTÉ
  SOUL DE PIXAR DISPONIBLE PO...
  UNIVERSAL ET MGM REPORTENT ...
  MAFIA INC. DE DANIEL GROU E...
  THE WRETCHED LE 02 DÉCEMBRE...
  SUITS SAISON 9 EN DVD

Zaytoun

Genre Drame
Pays ISR (2013)
Date de sortie mercredi 3 juillet 2013
Durée 105 Min
Réalisateur Eran Riklis
Avec Akal Abdallah El, Stephen Dorff, Alice Taglioni
Producteurs Gareth Unwin et Fred Ritzenberg
Scénaristes Nader Rizo
Compositeur Cyril Morin
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Fox pathé europa
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  105 min
  Nb Dvd  1
   
   

En pleine de guerre du Liban, un pilote de chasse israélien se retrouve isolé dans un camp de réfugiés palestiniens. Pour s’en sortir, il n’a d’autre choix que de faire confiance à Fahed, un jeune palestinien qui rêve de revoir sa terre natale. Alors qu’ils traversent ensemble le Liban déchiré par la guerre, leur méfiance initiale va peu à peu se transformer en amitié. Commence alors, un voyage difficile et bouleversant vers une terre qu’ils considèrent tous les deux comme la leur.

Alors qu’il avait déjà provoqué une réflexion sur l’absurdité de la situation en Israël et en Palestine autour de l’histoire d’une femme qui voyait sa plantation de citronniers, sa seule ressource, condamnée au profit du bien-être d’une riche famille Israélienne voisine de l’autre côté de la frontière, le réalisateur Eran Riklis, revient avec un film tout aussi nuancé : « Zaytoun ».

Cette fois-ci le réalisateur nous invite à suivre le parcours d’un pilote de chasse Israélien et d’un jeune garçon obsédé par l’idée de retrouver sa terre natale, alors que la majorité de son existence s’est faite dans un camp de réfugié au Liban. Le scénario qui, au départ était centré sur le pilote, est au final, sous l’impulsion du réalisateur axé sur le jeune garçon, partagé entre l’embrigadement d’une milice qui lutte pour que le peuple palestinien retrouve une terre, et l’obsession d’aller planter l’arbre de son père sur la terre natale. Le réalisateur, parvient toujours à donner à son discours ce qu’il faut de finesse pour ne pas sombrer dans les clichés du genre : « Les Israéliens sont tous mauvais ! », ou encore « Les palestiniens sont des terroristes ». Par une mise en scène douce, sans chichis ni surbrillance. On y voit l’absurde situation de ce peuple, abandonné au profit des autres (La scène d’ouverture dans les rues Libanaises est particulièrement parlante), un peuple déshumanisé au regard des autres où le meurtre est devenu une banalité, où les enfants ne sont même plus protégés de l’aveuglement des soldats de quelques camps que cela soit.

Et c’est bien la force de ce réalisateur que de donner à son discours une nuance nécessaire pour rendre son histoire touchante. Fahder, n’est pas simplement un enfant palestinien en manque de repère, meurtris par la vie, il est la métaphore de l’espérance. Il garde un but, un rêve, souffre de ses contradictions, notamment en ce qui concerne sa terre natale, ou le regard qu’il porte sur ce soldat qu’il a appris à détester mais qui se révèle une clé éventuelle vers son rêve. Même chose dans le regard de Yoni, il n’est pas un simple soldat, c’est avant un homme qui veut rentrer chez lui, et qui voit naître les lueurs d’humanité qu’on lui a appris à enfouir en terrain Palestinien. Il ne voit plus le jeune garçon comme un arabe de plus, mais comme un être vivant fait de subtilité, d’émotion, de blessures et d’espoir.

Si la mise en scène douce et précise du réalisateur touche le public, la réussite tient aussi et peut-être surtout grâce à l’émulsion qui apparait du duo de comédiens Abdallah El Akal (Mira) et Stephen Dorff (World Trade Center). Notamment le jeu naturellement précis et rayonnant du jeune comédien Palestinien que l’on avait déjà pu remarquer dans un court métrage d’Eran Riklis : « A soldier and a boy ». Le jeune homme fait juste ce qu’il faut, y compris lorsqu’il s’agit d’être menaçant. Rarement une telle fraîcheur de jeu n’aura autant fonctionnée sur fond aussi lourd que le conflit Israélo-Palestinien. Il en va de même pour Stephen Dorff, qui, du coup, se retrouve à adapter son jeu en fonction du jeune homme et parvient à aller chercher des expressions qu’il n’avait peut-être pas l’habitude d’utiliser. Plus habitué aux films d’actions sans forcément beaucoup de finesse, le comédien se révèle cette fois-ci touchant et émouvant.

En conclusion, comme il le fit précédemment avec « Les citronniers », Eran Riklis nous donne une véritable leçon d’humilité et d’optimisme avec « Zaytoun ». Il en profite pour nous révéler un acteur incroyablement juste et naturellement efficace dans sa composition en la personne d’Abdallah El Akal.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.35:1
   
   

La  réalisation joue sur les lumières, sur les ambiances, avec des grandes scènes de paysages Israéliens, magnifiques et effrayants en même temps. L’image souligne parfaitement le travail soigné des décors avec des couleurs plutôt bien tenues et des contrastes qui savent marquer le volume de l’ensemble.



Le Son
 

La piste Dolby Digitale 5.1 se démarque par un travail évident sur le  dynamisme. La répartition est très homogène et brille par sa qualité, notamment lors des scènes moins fournies en effets sonores, où l’on peut dans ce cas apprécier toute la subtilité de la bande son.  Pour le reste la spatialisation reste assez correcte et les dialogues sont assez bien équilibrés.



Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 30 min
  Boitier Amaray
   
   

En bonus nous pouvons découvrir le Master Class d’Eran Riklis lors de l’avant-première à Paris, qui nous donne son point de vue sur le film, sur le sujet et tout, et tout. Que du bonheur !



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
   L'avant Première à Paris