Le peuple migrateur

Pays
France (2002)
Date de sortie
mardi 22 octobre 2002
Durée
92 Min
Réalisateur
Avec
Producteurs
Jacque perrin - christophe barratier
Compositeur
Bruno coulais
Format
Dvd 9
Site Internet
Langues
PCM
Label
SS.Titres Film
SS.Titres Bonus
SS.Titres Commentaire
Français
Non
Non
Non
Le Film
Critique de Bruno Orru
Editeur
Edition
Collector
Label
Zone
2
Durée Film
92 min
Nb Dvd
2

Après avoir proposé Himalaya et Microcosmos, Jacques Perrin prend de la hauteur et propose Le peuple migrateur, symphonie visuelle qui rend grâce à une trentaine d’espèces d’oiseaux migrateurs. Il ne s’agit ni d’un documentaire, ni d’une fiction mais plutôt d’une fable naturelle, sans dialogue et avec peu de commentaires. Cette édition DVD va beaucoup plus loin que le simple témoignage cinéma avec la possibilité de visionner le film en écoutant un passionnant commentaire audio ou en découvrant dans un long making-of la prodigieuse prouesse de ce tournage sans équivalent.



Présenté dans un superbe coffret Digipack à double couverture Le peuple migrateur trouve sa réelle vocation avec le support DVD. Nombreux ont été ceux qui ont été frustré par ce film qui présente le combat permanent des oiseaux pour leur survie et relate quelques uns des voyages insensés qu’ils entreprennent malgré les distances (souvent plusieurs milliers de km) et les multiples dangers climatiques, de pollution, des prédateurs naturels… et des chasseurs (ignobles images qui ont heureusement la pudeur de ne durer que quelques secondes). Ceux qui parviendront à la fin du périble ne seront en fait que des survivants.



Ce voyage fantastique est légèrement scénarisé pour reproduire le sens initial de ces voyages, permettant de s’éloigner de l’ennui d’une simple contemplation. Le peuple migrateur ce sont des images qui sont souvent d’une grande beauté et dans tous les cas d’une réelle prouesse. Il ne s’agit pas de technique mais de patience, de persévérance et surtout d’une formidable préparation.



Dans un premier temps ont peu en effet résumer Le peuple migrateur par des chiffres : 4 ans de voyages avec plus de 300 étapes qui ont mobilisé entre 400 et 500 personnes : des cinéastes bien entendu mais également de nombreux scientifiques et au premier rang des ornithologues qui ont activement supporté ce long projet. Six équipes ont tournées en permanence mobilisant 12 pilotes (seulement 7 crash ont été comptabilisé parmi les centaines d’envols), 3 réalisateurs, 15 opérateurs… pour additionner près de 400 km de pellicule pour 240 heures d’images. Deux mois de présence en moyenne dans chaque pays visité pour moins d’une minute utile à l’écran ! Un tour de force humain qui se double d’une large panoplie de plate-forme aériennes ; ULM simples ou à trois axes, Parachutes ascensionnels motorisés (para moteurs), avions, ballons. Sur l’eau de multiples bateaux, souvent très rapides ont été réquisitionnés et sur terre ce sont des camions ou des voitures aménagés, des robots roulants ou des grues de cinéma ou de chantiers !



Les prises de vue extraordinaires qui émaillent le film ont été rendus possible grâce au concept de l’imprégnation initié au début du siècle par Conrad Laurens. Ce concept basé sur l’observation du comportement animalier introduit l’idée du transfert de maternité. Il est nécessaire de créer un lien dès la sortie de l’œuf pour que l’oiseau accepte l’imprégnateur tout au long de sa vie. Les relations doivent-êtres constantes et les gestes et les signes sont très répétitifs mais les images visibles dans le making-of se passent de tous commentaires tellement la connivence entre l’homme et l’oiseau est évidente.



Le peuple migrateur est un film au charme indéniable, fait-il accepter le voyage dans le ciel qui nous est proposé. La première vision du film avec son accompagnement musical original permet d’apprécier toute la magie des images. La seconde vision avec les commentaires permet de revenir sur terre avec des propos informatifs. Le making of permet enfin de comprendre la portée des efforts et la mesure du travail.
L'image
Couleurs
Définition
Compression
Format Vidéo
16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma
1.85:1
Le transfert 16/9ème rend hommage aux efforts de la production avec de superbes couleurs. La qualité des images est inégale car fonction des conditions de tournage. Certains plans sont granuleux mais ces défauts sont presque invisibles devant le charme des images.

Le Son
Langue
Type
Format
Spatialisation
Dynamique
Surround
Français
5.1
Français
5.1

Presque tout le film a été post-synchronisé : les battements d’aile et les cris des oiseaux ont été enregistrés à l’écart des bruits des moteurs des différents véhicules qui étaient très proches des oiseaux. Il en ressort une séparation très claire des différents bruitages, en particulier des effets météo qui sont facilement identifiables dans les enceintes surround. L’accompagnement musical est enveloppant et, suivant les plans, accompagne ou souligne la marche forcée de ces oiseaux qui volent toute la journée pour leur survie.

Les Bonus
Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
Durée
80 min
Boitier
Digipack

Le peuple migrateur est construit sur un scénario qui met en vedette une trentaine d’espèces d’oiseaux migrateurs. Des commentaires parsemés donnent quelques indications mais l’idée de Jacques Perrin est de laisser l’imaginaire conduire les émotions du spectateur. Un exercice forcément frustrant lorsque l’on connaît mal les oiseaux et leurs modes de vie.


Le commentaire audio disponible sur cette édition est un vrai trésor d’informations qui permet de comprendre toute la portée du film et ses diverses significations et clin d’œils. Très peu d’éléments du tournage sont livrés dans ce commentaire, pour avoir ce type d’informations il faudra introduire le second disque du coffret dédié aux suppléments dont un passionnant making-of d’une heure qui présente  en détail le formidable travail de production et de tournage des différentes équipes et qui se transforme parfois en documentaire animalier.


Le deuxième making-of de 17’23 est dédié à l’accompagnement musical avec les propos toujours intéressant de Bruno Coulais. En alternance avec les commentaires de Jacques Perrin on apprend quelles ont été les inspirations et les méthodes de travail du compositeur. Bruno Coulais détaille ses choix au niveau des instruments (piano, violoncelle…), des musiciens et interprètes avec en particulier une petite interview de Nick Cave mais également des choix des voix bulgares ou des respirations rythmiques.


L’option des scènes coupées consiste en un montage de quelques minutes des différents plans non retenus au montage final : ce sont des plans de toute beauté mais qui ont été supprimés pour des raisons d’équilibre et de redondances d’informations. Il est possible d’activer un commentaire audio de Jacques Perrin.


Un album photo est proposé avec les commentaires du photographe.


Un quiz permet de tester ses connaissances avec une option Connaissez-vous les oiseaux qui amène à deux niveaux de test et une option Reconnaissez-vous le chant des oiseaux. Dans les deux cas, les mauvaise réponses débouchent sur une explication textuelle de la bonne réponse.

 
Notez que vous pouvez activer une option interactive qui permet lors de la lecture du film d’afficher des cartes des migrations et des fiches signalétiques de certains oiseaux.
Bonus
Livret
Bande annonce
Biographies
Making of
Documentaire
Interviews
Com. audio
Scènes sup
Fin alternative
Galerie de photos
Story board
Multi-angle
Liens internet
Interface Rom
Jeux intéractifs
Filmographies
Clips vidéo
Bêtisier
Bonus Cachés
Court Metrage