dans le même genre
  I FEEL GOOD
  LA FOLLE JOURNÉE DE FERRIS ...
  LES VIEUX FOURNEAUX
  NOUS LES GOSSES
  BROOKLIN NINE-NINE : SAISON...
  MISS DAISY ET SON CHAUFFEUR
  COMMENT TUER SA MÈRE
  LA MORT DE STALINE
  GAME NIGHT
  MONSIEUR JE SAIS TOUT

du même éditeur
  L'AMIE PRODIGIEUSE
  NEW YORK 1997 (REMASTER 201...
  GUY
  PRINCE DES TÉNÈBRES
  HIPPOCRATE : SAISON 1
  COFFRET TRILOGIE RAMBO (UL...
  CLIFFHANGER
  COFFRET TRILOGIE RAMBO
  THE FOG
  GUYANE SAISON 2


Dernières Actus
  THE WIFE
  THE CLOVERFIELD PARADOX EN ...
  REJOIGNEZ L'AVENTURE CARLOT...
  [CINÉ-CONCERT] STAR WARS : ...
  THE MAKING OF HARRY POTTER ...
  SORTIE DVD BILLIONS SAISON ...
  FUTUROSCOPE 2018 : SENSATIO...
  CONCOURS DVDCRITIQUES : GAG...

Le Grand Bain

Genre Comédie
Pays FR (2018)
Date de sortie mercredi 27 février 2019
Durée 118 Min
Réalisateur Gilles Lellouche
Avec Mathieu Amalric, Guillaume Canet, Benoît Poelvoorde, Jean-Hugues Anglade, Virginie Efira, Leila Bekhti, Marina Fois, Philippe Katerine, Félix Moati
Producteurs Patrick Quinet
Scénaristes Gilles Lellouche, Ahmed Hamidi et Julien Lambroschini
Compositeur John Brion
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur  
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  118 min
  Nb Dvd  2
   
   
C’est dans les couloirs de leur piscine municipale que Bertrand, Marcus, Simon, Laurent, Thierry et les autres s’entraînent sous l’autorité toute relative de Delphine, ancienne gloire des bassins. Ensemble, ils se sentent libres et utiles. Ils vont mettre toute leur énergie dans une discipline jusque-là propriété de la gent féminine : la natation synchronisée. Alors, oui c’est une idée plutôt bizarre, mais ce défi leur permettra de trouver un sens à leur vie...

S’il devait y avoir une surprise dans le cinéma français en 2018, ce fut sans aucun doute : « Le Grand bain » premier long métrage de Gilles Lellouche. Et ce n’est rien de le dire, parce qu’avec son pitch de « Full Monty » aquatique, le pari n’était pas gagné d’avance. D’autant que l’acteur venait de traverser une petite traversée du désert, se cherchait aussi une nouvelle crédibilité dans le microcosme cinématographique français. Et c’est sur les conseils de son producteur Hugo Selignac que Gilles Lellouche trouva enfin la base solide pour donner une dimension cinématographique à ce qu’il avait déjà écrit depuis 2010. En effet, le producteur lui conseilla de regarder un documentaire sur Arte, qui suivait une équipe suédoise pratiquant la natation synchronisée. Fort d’un tel sujet en cumulant à ses idées le réalisateur en sortit un scénario solide et matériel.

Et ce n’est rien de le dire, tant le scénario est à la fois solide. Aidé dans son entreprise par Ahmed Hamidi, la trame suit donc le parcours d’une bande de personnages cassés par la vie, optimistes, lunaires, dépressifs ou colériques, qui vont former une équipe masculine de natation synchronisée qui va agir comme une thérapie de groupe et leur redonner des espoirs de voir la vie autrement que par la lorgnette obscure et sombre de la dépression. Humaniste, drôle, émouvant, d’une sensibilité renversante, « Le Grand Bain » va bien au-delà d’une simple histoire tournant autour d’une bande de bras cassés. Il embarque le spectateur dans une odyssée puissante de personnages qui se voient couler au fond d’un précipices sans rien pour les relever, mais qui par cette union, ce dénuement, et cette objectif commun vont relever la tête et imaginer un futur plus brillant.

Dans sa mise en scène, le réalisateur fait preuve une fois de plus d’une grande sensibilité et ses influences sont palpables, comme Orson Welles par exemple avec des plans linéaires qui utilisent les ombres pour mieux illustrer les sentiments des personnages. Le réalisateur sait parfaitement garder son rythme et dans l’exercice un peu « Casse Gueule » de mettre en image une épreuve sportive, il s’en tire à merveille et les subterfuges, expliqués dans le making of sont invisibles pour un public non averti. Et Lellouche de multiplier les plans remarquables et de les alterner avec des plans plus classiques nécessaire à la narration. Une chose est sûre le film fonctionne à merveille et nous nous laissons prendre au jeu de la tension régnante à mesure que le film progresse.

Mais la grande réussite de Gilles Lellouche avec « Le Grand Bain » c’est sa direction d’acteur. Car il faut de la détermination pour contrôler les élans d’un Benoit Poelvoorde (Podium) ou d’une Guillaume Canet (Les Petits Mouchoirs), lui-même réalisateur, tout en les laissant trouver leur place dans ce groupe. Et c’est un succès car chacun s’intègre à l’équipe et apporte son lot de charisme, de jeux puissant ou discret mais avec une évidente maîtrise. Mathieu Amalric (The Grand Budapest Hôtel) impose un jeu tout en maîtrise et en profondeur, Virgine Efira (20 ans d’écart) continue de peaufiner son personnage entre tristesse et comédie, et Leïla Bekhti (Un Homme Pressé) notre coup de cœur avec Philippe Katerine (C’est quoi cette famille ?) tout simplement magnifique en personnage tendre et lunaire en même temps. Et puis bien sûr une tendresse particulière pour Marina Foïs (Papa ou Maman) qui nous offre l’une des scènes les plus jouissive du film, et les seconds rôles que sont Felix Moati (Gaspard va au mariage) irrésistible en pilier de l’équipe, Alban Ivanov (Le Sens de la fête) et  Balasingham ThamilcheLvan, acteur indien qui compose son premier rôle au cinéma.

En conclusion, « Le Grand Bain » est une véritable réussite et un coup de force de la part de Gilles Lellouche qui fait preuve non seulement d’une très grande maîtrise mais également d’une très forte sensibilité. Pour ce comédien habitué des rôles un peu machiste, c’est une belle preuve d’un artiste complet et plus complexe qu’il n’y parait. Avec un scénario solide et une distribution remarquable de bout en bout, « Le Grand Bain » se laisse dévorer avec plaisir.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.40:1
   
   
Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. Le film jouant sur les différentes ambiances : Colorées en extérieures, tout en nuance dans les bassins ou dans les vestiaires ou lorsque les choses ne vont pas forcément bien, il fallait un support qui ne soit pas trop en défaillance ou en saturation. Le travail de transfert et de très bonne qualité et le film se regarde avec beaucoup de plaisir.

Le Son
 
Une piste Dolby Digitale 5.1, totalement en accord avec le film et avec ses besoins. La répartition est minutieuse, et les voix ne sont pas trop en retrait.  La dynamique de l’ensemble plus discrète sait tout de même se faire présente, lorsque cela est nécessaires, comme pour appuyer un moment charnière de la comédie. 

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 150 min
  Boitier Amaray
   
   
Côté Bonus, le film disponible en version longue et un making of qui montre à quel point les acteurs se sont investis pour que le film soit réussi. Une grande partie est consacrée à l’entrainement que durent suivre les acteurs et à cet esprit de corps qui les fit tenir le coup d’un entrainement adaptée certes mais intense.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
   Version Longue