Ridicule

Pays
France (1996)
Date de sortie
vendredi 1 avril 2005
Durée
97 Min
Réalisateur
Producteurs
Frédéric Brillion, Philippe Carcassonne et Gilles Legrand
Scénaristes
Rémi Waterhouse, Michel Fessler et Eric Vicaut
Compositeur
Antoine Duhamel
Format
Dvd 9
Langues
PCM
Label
SS.Titres Film
SS.Titres Bonus
SS.Titres Commentaire
Français
Non
Non
Non
VF Sourds
Oui
Non
Non
Le Film
Critique de Jean-Luc Richter
Editeur
Edition
Standard
Label
Zone
2
Durée Film
97 min
Nb Dvd
1

L’histoire

Confronté à la misère des paysans de ses terres de la Dombe, infestés de moustiques porteurs de paludisme et totalement insalubres, le Marquis Grégoire Ponceludon de Malavoy (Charles Berling), ingénieur de formation, décide de se rendre à Versailles afin de demander au roi Louis XVI d’entamer des travaux d’assèchement. Muni d’une lettre de recommandation, il se rend d’abord chez Madame de Blayac (Fanny Ardent) dont le mari vient de décéder. Rapidement éconduit, il est en plus victime d’une agression sur une route près de Versailles.

Meurtri, il est recueilli par le Marquis de Bellegarde (Jean Rochefort) qui cherche d’abord à le dissuader d’approcher une cour frivole et uniquement intéressée par le ‘bel esprit’ qui consiste à se moquer des autres sans jamais devenir ridicule. Devant l’entêtement de Grégoire, il finit par l’introduire auprès des courtisants et à le confronter à l’Abbée de Vilecourt (Bernard Giraudeau).
Grégoire Ponceludon prend vite goût aux joutes verbales de la cour, mais il s’intéresse plus encore à la fille du Marquis de Bellegarde, Mathilde (Judith Godrèche) qui est pourtant promise à un vieux et riche noble…

A propos du film

« Ridicule » est un film de Patrice Leconte, réalisé en 1996 sur un scénario de Rémi Waterhouse. Ce dernier s’est inspiré des écrits de la Comtesse de Boigne où il a puisé l’essentiel de la trame du film. C’est le producteur Christian Caillot qui a initié cette aventure en finançant l’écriture du scénario, considéré comme particulièrement brillant. Patrice Leconte, contacté par les producteurs, est immédiatement intéressé par l’aspect très humain du film. Il décide donc de le centrer sur la confrontation entre les personnages et d’insister sur la fracture sociale de cette époque entre la noblesse versaillaise et le reste du peuple. Fracture qui mènera, peu de temps après, à la révolution française.


Critique subjective

Ce film est un vrai régale pour le spectateur. Régal pour les yeux d’abord, avec les superbes costumes, les décors magnifiques qui sont également des décors réels que l’on peut voir dans différents châteaux aux environs de Paris. Régal pour les dialogues truculents de ces joutes verbales qui nous suspendent aux lèvres des acteurs. Régal du jeu des acteurs qui donnent tous les meilleur d’eux-mêmes dans un casting parfait qui renforce la crédibilité de l’ensemble. Le scénario est d’une justesse irréprochable du début à la fin du film et ne cesse jamais de nous surprendre entre les manigances machiavéliques de Madame de Blayac et la force de caractère candide de la belle Mathilde. « Ridicule » est l’un de ces fleurons du cinéma français qui resteront dans l’histoire comme un classique qui se permet, en plus, de coller fidèlement à la réalité historique de cette époque prérévolutionnaire de la France.

Mais ce qui fait sans doute le charme essentiel du film c’est l’étonnante modernité du propos. Lorsqu’on voit le décalage entre la France d’en haut et celle d’en bas en 1780, on ne peut qu’être frappé avec les étonnantes similitudes avec la France d’aujourd’hui ! Le comportement des ministres du Roi est tellement proche de notre classe politique actuelle qu’on imagine bien que Patrice Leconte utilise aussi ce film comme un pamphlet, une satire sociale qui doit amener la réflexion.

Présenté ici dans une version techniquement parfaite, ce DVD est l’un de ces chef d’œuvres qui méritent de figurer dans la DVDthèque de tous les amoureux du septième art !
L'image
Couleurs
Définition
Compression
Format Vidéo
16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma
2.35:1

L’un des éléments essentiels de cette nouvelle version collector du film est l’image remastérisée. Le travail effectué est de grande qualité et cela se voit tout au long du film. Le piqué est excellent, avec une bonne définition des arrières plans. L’image est exempte de tout défaut, mais ce qui marque le plus c’est l’équilibre parfait des couleurs qui met véritablement en valeur les costumes, les décors et les acteurs. La teinte des peaux est parfaitement retranscrite et permet de voir immédiatement la différence entre les personnages ‘poudrés’ et ceux qui ne le sont pas. Les maquillages outranciers de la cour redeviennent ainsi un élément essentiel du film. Avec une image aussi chatoyante (sans jamais tomber dans l’excès), le film devient un véritable plaisir sur très grand écran et mérite même de devenir l’une des références en la matière.

Le Son
Langue
Type
Format
Spatialisation
Dynamique
Surround
Français
5.1
Français
5.1

Le son a également été revu par rapport à la version précédente du DVD. La piste dolby surround a laissé la place à deux pistes sonores : Dolby Digital 5.1 ou DTS 5.1. Ces deux pistes se valent en termes de qualité. La spatialisation est excellente et les voix, généralement centrées, sont très compréhensibles, sans qu’il soit nécessaire de jouer de la télécommande. Les surrounds profitent surtout à la musique, qui est ainsi mise en valeur sans gêner la compréhension des dialogues. Parfois, on entend également quelques sons d’ambiances qui viennent renforcer l’immersion dans le film.

Il est à noter que le film est accompagné de sous-titres pour les sourds et les malentendants, ce qui est particulièrement bienvenu, d’autant que ceux-ci tiennent une place importante dans le film, en particulier lors de la scène avec le valet sourd et muet à Versailles.

Les Bonus
Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
Durée
75 min
Boitier
Amaray

L’éditeur, Universal, nous propose cette version collector sur deux DVD. Le premier DVD ne contient que le film, ce qui permet d’offrir une version à la compression minimale et donc sans aucun artéfact disgracieux. Le second disque est entièrement consacré aux suppléments. Pour les deux disques, les menus proposés sont animés et sonorisés en reprenant l’aspect d’un vieux parchemin avec le film en transparence. L’ensemble est du plus bel effet. Les suppléments proposés sont les suivants :

Bandes Annonces : cette section nous propose les deux bandes annonces du film

L’histoire de Ridicule

Ce documentaire de prés d’une heure revient sur la genèse du film à travers les interviews du réalisateur Patrice Leconte, des scénaristes Rémi Waterhouse, Michel Fessler et Eric Vicaut, du créateur des costumes Christian Gasc, le compositeur Antoine Duhamel… Après avoir évoqué la création et les inspirations du scénario, les intervenants expliquent comment ils ont contribué au film et de quelle façon ils ont influencé le résultat final. La seconde partie du document traite du choix des acteurs et Patrice Leconte revient en détail sur la raison pour laquelle il a attribué certains rôles. Les acteurs donnent également leurs sentiments sur leurs rôles, expliquant certains des non-dits du film.
L’ensemble du documentaire intéressera tous ceux qui ont aimé le film car il donne de nombreux éléments permettant de le revoir pour y déceler tout ce qui n’est pas immédiatement apparent à la première vision. Il est également important de ne surtout pas regarder ce document avant d’avoir vu le film !

Ridicule et l’Histoire

François Lebrun, professeur à l’Université de Rennes II et spécialiste de la société française du XVIIe et XVIIIe siècle donne son sentiment sur la façon dont le film présente la réalité historique de l’époque. Il apporte également des précisions supplémentaires sur l’environnement historique de la seconde moitié du XVIIIe siècle. L’ensemble est assez intéressant et vient bien compléter le document sur la création du film.

Les Costumes

Christian Gasc, créateur des costumes du film, explique son travail sur les robes du film. En partant des schémas des costumes, il explique les sentiments que le réalisateur voulait faire passer à travers ces costumes puis le travail des couturiers dans le choix des tissus, dans le travail des différents vêtements. Il est intéressant de voir à quel point l’utilisation des dentelles, des couleurs… a permis de renforcer certaines atmosphères du film.

Le mot de la fin

Les trois documentaires présentés sont dynamiques, de par des extraits de film qui viennent ponctuer les propos, et globalement très intéressants. Délaissant l’aspect purement technique du tournage, ils reviennent sur la vision, autrement plus intéressante, de l’équipe du film et sur la façon dont ils sont parvenus à créer cette reconstitution historique à la fois fidèle et truculente.
Bonus
Livret
Bande annonce
Biographies
Making of
Documentaire
Interviews
Com. audio
Scènes sup
Fin alternative
Galerie de photos
Story board
Multi-angle
Liens internet
Interface Rom
Jeux intéractifs
Filmographies
Clips vidéo
Bêtisier
Bonus Cachés
Court Metrage