du même réalisateur
  COFFRET OZU PARTIE 2
  HERBES FLOTTANTES
  LE FILS UNIQUE
  VOYAGE À TOKYO

dans le même genre
  LE HUSSARD SUR LE TOIT
  CYRANO DE BERGERAC
  A L'HEURE DES SOUVENIRS
  PROFESSION : REPORTER
  L'AMOUR DES HOMMES
  LE JOUR DE MON RETOUR
  CHIEN
  CALL ME BY YOUR NAME
  CINQ ET LA PEAU
  MARIO

du même éditeur
  PROFESSION : REPORTER
  COCOON
  LA VENGEANCE AUX DEUX VISAG...
  CINQ ET LA PEAU
  DE PALMA
  DUEL AU SOLEIL
  A FULLER LIFE
  INSIANG
  COFFRET ALFRED HITCHCOCK : ...
  COFFRET HOU HSIAO-HSIEN : 6...


Dernières Actus
  THE LAST KINGDOM SAISON 2 E...
  CHICAGO MED SAISON 2 EN COF...
  BROOKLYN NINE-NINE SAISON 5...
  VIVEZ LE CINÉMA DANS UNE SA...
  HARRY POTTER : UN GRAND MAG...
  CONCOURS DVDCRITIQUES : GAG...
  BULL SAISON 1 DISPONIBLE EN...
  DEATH RACE ANARCHY EN BLU-R...

Voyage à Tokyo

Genre Drame
Pays Japon (1953)
Date de sortie lundi 19 février 2007
Durée 133 Min
Réalisateur Yasujiro Ozu
Avec Chishu Ryu, Setsuko Hara, Chieko Higashiyama, Haruko Sugimura
Producteurs Takahashi Yamamoto
Scénaristes Yasujiro Ozu, Kogo Noda
Compositeur Kojun Saito
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Japonais
Non
Non
Non
  Français
Oui
Non
Non

Le Film Critique de Guillaume Patard Legendre
  Editeur   Carlotta
  Edition   Collector
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  133 min
  Nb Dvd  1
   
   


Résumé:
Un couple âgé entreprend un long voyage afin de rendre visite à ses enfants, habitant tous à Tokyo. Après la chaleur entourant les retrouvailles familiales, la présence des parents devient rapidement encombrante et le fossé générationnel se marque peu à peu.


Le film :
En 1953 sortait sur les écrans nippons Voyage à Tokyo, quarante-troisième film du cinéaste Yasujirô Ozu. Bien qu’il s’agisse d’une des oeuvres maîtresses de l’auteur, il aura tout de même fallu attendre plus de vingt-cinq ans pour voir ce film débarquer sur les écrans occidentaux. Classé successivement troisième et cinquième plus grand film au monde par la revue britannique Sight and Sound (en 1992 et 2002 - voir en fin d’article pour une bref explication...), Voyage à Tokyo  est certainement le film permettant au néophyte de pénétrer au mieux la poésie d’Ozu...

Voyage à Tokyo  part d’un constat on ne peut plus simple : la société se transforme et les rapports humains ne peuvent qu’être victimes de cette évolution. L’histoire est banale, quotidienne : un couple au crépuscule de sa vie décide de se retrouver une dernière fois entourée de tous ses enfants. Ozu ne cherche jamais le spectaculaire et va privilégier tout au long de son film l’émergence d’une habitude, d’une banalité du quotidien. En conférant à son film un rythme lent, presque mécanique mais où chaque séquence diffère de la précédente grâce à des évolutions minimes mais perceptibles, le cinéaste donne à son film un pouvoir envoûtant, magique... Voyage à Tokyo  pénètre peu à peu le spectateur, s’immisce dans ses affects, dans ses souvenirs et permet à ses personnages de nous hanter bien après le générique de fin.

Un cadrage essentiel
La légendaire caméra d’Ozu au "ras du sol" fixe des plans d’une beauté confondante. Servie par un cadrage minutieux, l’image de Voyage à Tokyo  est un des facteurs essentiels de cet envoûtement : la place de la caméra dans les intérieurs n’est jamais laissée au hasard et permet d’architecturer l’espace et de définir les personnages. En effet, quasi systématiquement, Ozu va avoir recourt à des surcadrages (créer un cadre à l’intérieur du cadre de l’objectif) qui vont avoir pour effet "d’enfermer" les personnages dans les intérieurs. Les enfants, habitants de Tokyo, vont être les premières victimes de cette utilisation du cadre : leur enfermement à l’intérieur de celui-ci devient l’écho visuel de leur vie quotidienne. Contraintes professionnelles, familiales, sociales, les personnages de la grande ville apparaissent assez rapidement prisonniers d’un monde trop bien réglé, où l’apparition d’éléments perturbateurs (les parents) est ressenti comme un dérèglement trop lourd à supporter. A l’opposé, le couple âgé va se retrouver bien plus souvent dans des cadrages ouverts (fenêtres...), révélateur de leur plus grande liberté. Un choix de mise en scène des plus cohérents, révélateur du génie Ozuesque.


Je ne peux que vous encourager à découvrir ou redécouvrir Voyage à Tokyo, réflexion passionnante sur le temps et les effets que celui-ci peut avoir sur les relations humaines. Film unique d’un cinéaste fondamental, l’oeuvre d’Ozu est portée aux nus par bon nombre de cinéastes, de Kaurismäki, à Wim Wenders en passant par Tarantino... Loin d’être aussi difficile d’accès qu’elle n'y parait, laissez-vous envoûter par la poésie d’Ozu, cette édition dvd de qualité étant une occasion parfaite.





Sight and Sound est la revue éditée par le British Film Institute. Depuis 1952 elle publie tout les dix ans la liste des dix plus grands films au monde. En 1992 et en 2002 environ 150 critiques internationaux et une centaine de cinéastes y ont participé. Depuis cinquante ans, Citizen Kane s'accroche à la première place du podium. Voyage à Tokyo est arrivé en 1992 et 2002 troisième et cinquième...


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 4/3 n&b
  Format Cinéma 1.37:1
   
   
Le film a plus de cinquante ans et l'image s'en ressent. La restauration effectuée par Carlotta n'empêche pas les taches et les effets du temps. En outre, la luminosité varie assez régulièrement... Néanmoins, le travail de l'éditeur est plus que convaincant et propose le film dans son plus bel habit.

Le Son
 
Même remarque que pour l'image... La restauration est convaincante et le son mono se laisse écouter sans problème particulier. Uniquement en vost. 

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 53 min
  Boitier Digipack
   
   

Récit de Tokyo (11 min) : Illustration d'un texte de Kiju Yoshida, tiré de son essai Ozu ou l'anti-cinéma.. Une illustration très convaincante, un texte particulièrement pertinent. Sans aucun doute le bonus le plus original et le plus intéressant.

Jeux de rôles (27 min): Paul Jobin, Kazuhibko Yatabe et Charles Tesson reviennent sur le film. Une discussion intéressante mais qui perd assez rapidement le spectateur...

Voyage dans le cinéma (15 min) : Un retour par la télévision japonaise sur les lieux du tournage. Pas toujours passionant, mais intéressant de voir l'évolution d'un pays cinquante ans après.

Bande annonce 


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage