du même réalisateur
  BROOKLYN NINE NINE : SAISON...
  BROOKLYN NINE NINE
  BROOKLYN NINE NINE : SAISON...

dans le même genre
  TANGUY 2 : LE RETOUR
  WALTER
  CHAMBOULTOUT
  ALL INCLUSIVE
  JUSQU'ICI TOUT VA BIEN
  LE MYSTÈRE HENRI PICK
  MOUCHE
  EDMOND
  CHACUN POUR TOUS
  MAUVAISES HERBES

du même éditeur
  BACKDRAFT 2
  US
  JUSQU'ICI TOUT VA BIEN
  GLASS
  ASSASSINATION NATION
  BIENVENUE À MARWEN
  MORTAL ENGINES
  BORSALINO
  FUTURE WORLD
  LA FOLLE JOURNÉE DE FERRIS ...


Dernières Actus
  GODZILLA II : ROI DES MONST...
  LE BAT-SIGNAL PROJETÉ DANS ...
  CONCOURS DVDCRITIQUES : GAG...
  CONCOURS DVDCRITIQUES : GAG...
  LE PROGRAMME IMAX ENHANCED ...
  COFFRET 4 DVD SUITS SAISON ...
  JACK RYAN SAISON 1 EN DVD E...
  4 TITRES REJOIGNENT LE CATA...

Brooklin Nine-Nine : Saison 5

Genre Comédie
Pays USA (2018)
Date de sortie mardi 9 octobre 2018
Durée 484 Min
Réalisateur Dan Goor
Avec Andy Samberg, Andre Braugher, Melissa Fumero, Joe Lo Truglio
Producteurs Dan Goor et Mike Schur
Scénaristes Divers
Compositeur Divers
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Universal
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  484 min
  Nb Dvd  4
   
   
La fine fleur de Brooklyn est de retour, et au meilleur de sa forme ! De l’amitié improbable tissée en prison entre Jake et un cannibale, à des sessions de yoga au bureau totalement déjantées, en passant par le pillage d’Halloween le plus mémorable de tous les temps – Il n’existe aucun autre endroit comparable au commissariat du Nine-Nine.

Dans un paysage télévisuel encombré de séries policières en tout genre avec tout son lot de testostérones à la pelle, on espérait pouvoir enfin rire de tout ça sans se poser beaucoup de question ! Et bien c’est chose faite avec « Brooklyn nine nine », une série quelque peu déjantée sur le quotidien d’un commissariat de Brooklyn, avec une palette impressionnante d’inspecteurs névrosés ou immatures, ambitieux ou suiveurs, déterminés ou passifs, tout ce qu’il faut pour assurer une centaine de gags à la minute.

Mais l’intelligence de cette série n’est pas de faire dans le burlesque à tous prix ! Au contraire, on rit beaucoup, mais la trame est suffisamment bien ciselée pour que l’on puisse se croire dans une véritable série policière, avec ces enquêtes précise, ses recherches de coupables et les doutes qui peuvent habiter les inspecteurs. Mais finalement, une fois l’enquête passée, les meneurs se révèlent de véritables compétiteurs et des adolescents attardés pour notre plus grand plaisir.

Ainsi Adam Samberg, que les amateurs du « Saturday Night Live » connaissent bien pour le voir officier de manière régulière. Dans la série il est Jake Peralta, un inspecteur au flair remarquable mais à l’immaturité incessante et pesante pour le capitaine. L’acteur s’amuse, et porte son personnage d’un « parlé » qui n’est pas sans rappeler Adam Sandler (Autre membre du Saturday Night Live) ou Jesse Eisenberg (Social Network). On rit beaucoup, surtout dans cette saison lorsqu’il se lie d'amitié en prison avec un cannibale par exemple, le tout avec une légèreté désarmante. Face à lui une ribambelle de seconds couteaux : Rosa Diaz (Stéphanie Béatriz) une policière agressive et amoureuse, Terry Jeffords (Terry Crews), un chef qui a pris conscience de sa vulnérabilité depuis qu’il est devenu père, Amy (Melissa furmero) sa principale rivale et enfin Charles (Joe Lo Truglio) le comparse fidèle mais régressif. Sans parler du capitaine Holt (Andre Braugher) qui n’est toujours pas disposé à se laisser marcher sur les pieds par un inspecteur un peu trop envahissant.

Toujours écrite avec beaucoup d’intelligence et de savoir-faire dans l’art de la vanne, cette cinquième saison, est certainement la meilleure de toutes, ce qui est assez rare au bout de cinq années. La série se regarde avec beaucoup de plaisir, et chose surprenante pour un programme de ce type. Le rythme y est soutenu, les histoires cohérentes et les intrigues jamais redondantes. 

En conclusion, la Cinquième saison de « Brooklyn nine nine » confirme tout le bien que l’on pouvait en penser depuis ses débuts. On rit beaucoup, les personnages sont toujours aussi attachants et les clins d’œil aux grandes séries policières ou aux clichés hollywoodiens ont la peau tenace. Et même si les codes sont à nouveau chamboulés dans cette nouvelle saison pour mieux appuyer les déboires sentimentalo-professionnels de nos héros, cela ne se fait sans nous plaire.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Le support se révèle d’une redoutable efficacité pour donner du relief aux décors soignés de la série. L’ensemble brille par une grande qualité qui permet au spectateur de plonger dans l'univers de ce commissariat déjanté. Les contrastes donnent finalement suffisamment de profondeur à l’ensemble pour lui offrir un certain volume.

Le Son
 
Côté son, la piste Dolby Digital 5.1 fait des merveilles et plonge radicalement le spectateur au cœur de l’action. La dynamique est efficace et la spatialisation est à la hauteur de cette série qui n'a pas fait sa réputation sur les effets spéciaux. L’ensemble est minutieux et suffisamment bien  travaillé. 

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Amaray
   
   
Juste des scènes coupées c’est un peu léger tout de même !

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage