Amour et amnésie

Titre Original
50 first dates
Pays
USA (2004)
Date de sortie
mercredi 5 janvier 2005
Durée
88 Min
Réalisateur
Producteurs
Steve Golin, Nancy Juvonen et Jack Giarraputo
Scénaristes
George Wing, Lowell Ganz et Babaloo Mandel
Compositeur
Teddy Castellucci
Format
Dvd 9
Site Internet
Langues
PCM
Label
SS.Titres Film
SS.Titres Bonus
SS.Titres Commentaire
Anglais
Oui
Non
Non
Français
Oui
Oui
Oui
Le Film
Critique de Nicolas Polteau
Editeur
Edition
Standard
Label
Zone
2
Durée Film
88 min
Nb Dvd
1

Autour du film

Acteurs :

Adam Sandler débute sa carrière dans des cafés-théâtres avant d’obtenir un petit rôle dans la série Cosby Show. Il tourne son premier long métrage, Going overboard, en 1989. Au début des années 90, il devient une star humoristique incontournable. Dès lors, il se consacre au cinéma en devenant tour à tour acteur (Airheads), scénariste (Happy Gilmore) puis producteur. L’année 1998 le révèle réellement au public avec Demain on se marie avec Drew Barrymore. Depuis, il enchaîne les comédies à l’humour gras comme certains enfileraient des perles : Waterboy, Little Nicky... C’est en 2003 qu’il adopte un humour plus classique, plus soft comme dans notamment Punch Drunk Love où il est nommé au Golden Golbe dans la catégorie Meilleur Acteur. Récemment, il a donné la réplique à Jack Nicholson dans Self control. Son dernier film, Spanglish, aux côtés de Téa Leoni est sorti il y a peine quelques jours dans les salles.

Drew Barrymore commence sa carrière d’actrice très jeune. En effet, elle débute devant les caméras à l'âge d'un an dans un spot publicitaire. En 1982, alors âgée de 7 ans, elle incarne une fillette se liant d’amitié avec E.T. l’extraterrestre. Son ascension fulgurante perturbera sa vie d’adolescente. C’est en 1995 que sa carrière repart avec Batman Forever avec Val Kilmer. S’en suivra le film chantant de Woody Allen, Tout le monde dit I love you (1996), puis Scream en 1997. Au début des années 2000, elle devient une drôle de dame, dans Charlie et ses drôles de dames au côté de Cameron Diaz et Lucy Liu et reprend son rôle en 2003 (Charlie’s angels : les anges se déchaînent). Ayant plus d’une corde à son arc, elle crée sa société de production, Flower Films et produit entre autres Duplex avec Ben Stiller en 2003. On la retrouvera cet été dans Fever Pitch, une comédie romantique sur fond de base ball.

Rob Schneider à la fois acteur, scénariste et réalisateur, écrit dès son adolescence des sketchs. Il assure les premières parties de Jerry Seinfeld entre autres. Sa carrière s’envole lors de ses apparitions dans l’émission télévisée le Saturday Night Live (qu’il quittera en 1994) où il crée différents personnages. C’est d’ailleurs durant ce show qu’il rencontre Adam Sandler qui deviendra un des ses fidèles amis. En 1992, il joue dans Maman, j’ai raté l’avion. Il est le partenaire de Sylvester Stallone un an plus tard dans Demolition Man et dans Judge Dredd en 95. Puis, c’est au côté de Jean-Claude Van Damme qu’il s’affiche en 1998 dans Piège à Hong Kong. Il écrit par ailleurs quelques scénarios comme Animal ! l’animal (2001), film dans lequel il joue le premier rôle. Plus récemment, il a tenu un rôle du clochard dans Le Tour du monde en 80 jours (2003) au côté de Jackie Chan et Cécile de France.


Réalisateur :

Peter Segal débute son métier de réalisateur en 1994 par Y a-t-il un flic pour sauver Hollywood ? avec Leslie Nielsen et Priscilla Presley. En 1995, il crée sa société de production, Callahan Filmworks avec Michael Ewing avec qui, il réalise entre autres Self Control et Amour et Amnésie dont le rôle principal dans ces deux films est tenu par Adam Sandler. Il rajoute à son actif La famille Foldingue (2000) qui connut un vif succès. Récompensé à 8 reprises lors des Emmy Awards, il reçoit de même un Cable ACE Award du meilleur réalisateur, ce qui fait de lui un homme reconnu par ses paires. Son dernier long métrage, Mi-temps au mitard dont la sortie est prévue pour septembre 2005, aura pour vedette encore et toujours Adam Sandler interprétant un détenu qui avec ses « compagnons de route » décide de former une équipe de football américain pour défier les gardiens.


Résumé

Henry (Adam Sandler), vétérinaire au Parc Aquatique de Sea Life à Hawaï, a deux passions : les animaux marins et draguer de jeunes touristes rêvant de l’homme parfait. Il se refuse, en effet, à tomber amoureux pour se consacrer à son projet d’étude de morses en Alaska. Pourtant, lorsqu’il rencontre Lucy (Drew Barrymore), il tombe immédiatement sous son charme. Mais Lucy a un handicap : elle oublie tout ce qu’elle a vécu la veille et revit inlassablement le jour de son accident survenu quelques mois auparavant. Dès lors, Henry, par de multiples stratagèmes, tente de reconquérir jour après jour le coeur de celle qu’il aime.


Critique subjective

Amour et amnésie nous embarque dans une comédie romantique sous le soleil d’Hawaï en compagnie du couple Drew Barrymore - Adam Sandler. Le film reprend l’idée de vivre les mêmes évènements chaque jour, déjà évoqué dans Un jour sans fin de Harold Ramis. Cette fois-ci pourtant, aucun bouleversement temporel à l’horizon mais une amnésie affectant les souvenirs quotidiens (et non pas lointains). En résumé, l’héroïne (Lucie) oublie tous ces faits et gestes de la veille, et par conséquent toutes nouvelles personnes rencontrées !
Le long métrage se base donc sur un concept ayant fait ses preuves pour nous narrer une nouvelle histoire. La tâche s’annonce forcément ardue compte tenu de l’aura dont bénéficie le cultissime Un jour sans fin. Alors, Amour et amnésie mérite-t-il qu’on y prête attention ou est-ce au contraire une énième comédie romantique sans intérêt ?


Autant le dire tout de suite, Amour et amnésie est une comédie sentimentale attachante qui ne pourra que séduire les amateurs du genre. Son point fort est de mêler brillamment l’humour et la romance, le tout avec une pointe d’intensité dramatique. Pour ce faire, le script ne tombe jamais dans l’exagération, les situations semblent bien réelles ! Les dialogues sont notamment recherchés, jamais dans l’excès, collant parfaitement au cadre de l’histoire. D’autre part, l’implication complète des acteurs dans leur rôle permet à l’intrigue de prendre toute sa pleine mesure. Le duo Drew Barrymore - Adam Sandler en est le parfait exemple. L’alchimie entre le couple, qui se reforme pour la seconde fois après Demain on se marie, est indéniable et donc forcément bénéfique au film. Adam Sandler apparaît sous un autre jour par rapport à ses comédies habituelles, ses mimiques ont disparu pour laisser place à un jeu plus naturel comme il l’avait démontré dans Punch Drunk Love de Paul Thomas Anderson dans un rôle assez similaire. Quant à Drew Barrymore, elle s’avère particulièrement touchante et émouvante en tant qu’amnésique. Notons également les bonnes prestations de Rob Schneider (Animal ! l’animal ) en pirate hawaïen, de Sean Astin (Le Seigneur des Anneaux) dans le rôle du frère de Lucy dopé aux stéroïdes et de l’apparition de Dan Aykroyd (SOS Fantômes) en médecin. Au niveau de la réalisation, Peter Segal (Self control) habitué au genre (et à Adam Sandler) nous offre une mise en scène somme toute assez classique mettant en valeur les comédiens et le paysage paradisiaque d’Hawaï.


Verdict

Comédie romantique par excellence, Amour et amnésie est sans conteste une agréable surprise. Mêlant humour et amour avec brio, on se laisse bercer par cette tendre et émouvante histoire. Par ailleurs, le duo Drew Barrymore - Adam Sandler fonctionne à merveille, que demande le peuple ! Des acteurs sympathiques, des dialogues pétillants... Autant d’ingrédients pour passer une soirée pleine de douceur et de rires. A recommander aux amoureux...
L'image
Couleurs
Définition
Compression
Format Vidéo
16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma
2.35:1
Que dire sinon que, comme à l’accoutumée, les gens de chez Gaumont Columbia ont réalisé un remarquable travail. Les couleurs sont parfaites (Hawaï est éclatante !), la définition est idéale et la compression s’avère tout simplement absente ! Top image !

Le Son
Langue
Type
Format
Spatialisation
Dynamique
Surround
Français
5.1
Anglais
5.1
Deux pistes sont proposées sur le DVD : la VF Dolby Digital 5.1 (448 kbps) et la VO Dolby Digital 5.1 (448 kbps). Beaucoup de dialogues (retranscrits avec clarté) sont présents sur Amour et amnésie. Par conséquent, les instants où les autres enceintes (frontales, surrounds) opèrent, sont assez rares. Cependant, la rareté n’empêche pas la qualité ! Quant la situation l’exige, les enceintes font preuves d’une belle restitution sonore (cf. 7’10 : musique punchie ; 20’57 : orage ; 25’49 : canette sur frontale droite). Loin d’être une démo, le mixage n’en demeure pas moins honorable.
Côté différences entre les pistes, la VO se démarque au niveau du dynamisme, légèrement plus accentué qu’en VF.

Les Bonus
Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
Durée
73 min
Boitier
Amaray

Menus

Les menus sont soignés, tout particulièrement le menu principal qui bénéficie de jolies animations !


Suppléments
  • Commentaire audio de Peter Segal (réalisateur) et de Drew Barrymore. Les deux intervenants sont très enthousiastes du début jusqu’à la fin, on sent le réel plaisir qu’ils ont eu à travailler ensemble ! Le réalisateur se penche sur les éléments techniques du film : les effets spéciaux (180 plans truqués dont quelques uns qu’il dévoile), les décors, l’élaboration de la bande-son. Il évoque également le travail avec les animaux (morse, dauphin...). Drew Barrymore de son côté, souligne davantage l’envers du décor avec de nombreuses anecdotes (elle a pris des coups de soleil, un gros insecte les embêtait le soir, etc.). Un commentaire sympathique faute d’être réellement très instructif !

  • Making of (20’10). Traditionnel dans la forme avec des interviews (réalisateur, acteurs), des images du film et des coulisses du tournage. Le discours est également classique, le réalisateur évoque l’histoire, le lieu de tournage, les acteurs. Quant aux comédiens, ils parlent davantage de leur personnage, des relations avec les autres acteurs. Le making of montre également, comme le laissait penser le commentaire audio, que le climat du tournage était vraiment très décontracté. Un documentaire donc dans la plus pure tradition du genre !

  • Les expressions hawaïennes (4’55). Ce reportage s’intéresse au langage hawaïen en nous dévoilant quelques expressions phares de l’île. Intéressant pour ceux qui comptent aller en vacances là-bas !

  • « Reel Comedy » (19’40). Émission de la chaîne américaine Comedy Central, présentée par Ula (Rob Schneider). Ula interroge, dans une ambiance très cool (pieds dans l’eau), les acteurs du film en leur posant des questions existentielles, comme par exemple : quel est un bon moyen d’attirer les nanas ? Sympathique mais inutile !

  • Bêtisier (7’). Souvent peu distrayant, le bêtisier est heureusement ici parfait pour se muscler les zygomatiques !

  • Adam Sandler : son nouveau CD (30’’). Un clip promotionnel pour le nouveau CD de l’acteur.

  • Scènes supplémentaires avec commentaire audio du réalisateur optionnel. La première scène s’intitule : « Une réponse encourageante » (1’). Henry drague Lucy dans le restaurant ; pas nécessaire selon le réalisateur. La deuxième est : « Le bon samaritain » (43’’). Henry attend Lucy dans sa voiture sur le bord de la route quand un surfeur s’approche d’Henry pour l’aider ; Peter Segal voulait aller à l’essentiel. La troisième s’intitule : « Une rentrée tardive » (2’10). Henry essaie de se lier d’amitié avec le père de Lucy ; une scène jugée encore une fois pas nécessaire. La quatrième séquence est : « La fresque murale » (31’’). Lucy montre ses talents d’artiste en peignant le mur ; redondant selon Segal. La dernière scène coupée est : « Le désespoir de Lucy » (45’’). Lucy est effondrée en apprenant sa situation ; le réalisateur ne voulait pas divulguer trop d’émotion chez Lucy, il n’a gardé que la fin de cette séquence. Les cinq scènes s’avèrent d’un intérêt discutable, on comprend alors leur éviction du long métrage !

  • Clips musicaux. Wayne Wonder - "Hold me now" (4’), 311 - "Amber" live (3’45) et 311 - "Love song" (3’35).

  • Filmographies du réalisateur, du scénariste et des acteurs.

  • Films-annonces (11’15). 30ans sinon rien, Un Noël de folie !, Envy, Le sourire de Mona Lisa, Les aventures de Mister Deeds et Spider-Man 2.
Bonus
Livret
Bande annonce
Biographies
Making of
Documentaire
Interviews
Com. audio
Scènes sup
Fin alternative
Galerie de photos
Story board
Multi-angle
Liens internet
Interface Rom
Jeux intéractifs
Filmographies
Clips vidéo
Bêtisier
Bonus Cachés
Court Metrage