du même réalisateur
  GANGSTERS
  LES LYONNAIS

dans le même genre
  MAFIA INC.
  LES ENQUÊTES DE VAN DER VAL...
  MONSIEUR HIRE
  LES AFFRANCHIS
  PAR UN BEAU MATIN D'ÉTÉ
  WATERGATE
  ZÉROZÉROZÉRO SAISON 1
  ESCAPE AT DANNEMORA
  BAPTISTE SAISON 1
  MEURTRES À SANDHAMN SAISON ...

du même éditeur
  JUMANJI : NEXT LEVEL
  CHARLIE'S ANGELS
  BAD BOYS FOR LIFE
  JUMANJI : NEXT LEVEL
  J'AI PERDU MON CORPS
  RETOUR À ZOMBIELAND
  ANGRY BIRDS : COPAINS COMME...
  LA VÉRITÉ SI JE MENS : LES ...
  SPIDER-MAN : FAR FROM HOME
  MEN IN BLACK : INTERNATIONA...


Dernières Actus
  DVDCRITIQUES LIVE #29 : EN ...
  TEST AMPLI-TUNER PIONEER VS...
  DOLBY ATMOS MUSIC : QUOI, O...
  L’ASCENSION DE SKYWALKER EN...
  NOUVEAUTÉS 2020/2021 YAMAHA...
  FOCAL CHORA 826D DOLBY ATMO...
  SMYTH REALISER A16 : L'INTE...
  NEED FOR SPEED: HOT PURSUIT...

36, quai des Orfévres

Genre Policier
Pays France (2004)
Date de sortie mardi 24 mai 2005
Durée 98 Min
Réalisateur Olivier Marchal
Avec Daniel Auteuil, Gérard Depardieu, André Dussollier, Roschdy Zem, Valeria Golino, Daniel Duval, Catherine Marchal, Francis Renaud, Aurore Auteuil, Mylène Demongeot, Olivier Marchal
Producteurs Cyril Colbeau-Justin
Scénaristes Olivier Marchal et Dominique Loiseau
Compositeur Erwann Kermorvant
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Non
Non
Non

Le Film Critique de José Evrard
  Editeur   SPHE
  Edition   Collector
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  98 min
  Nb Dvd  2
   
   

Synopsis

Paris. Depuis plusieurs mois, un gang de braqueurs opère en toute impunité avec une rare violence.Le directeur de la PJ, Robert Mancini a été parfaitement clair avec ses deux lieutenants les plus directs, Léo Vrinks, patron de la BRI (Brigade de recherche et d'intervention), et Denis Klein, patron de la BRB (Brigade de répression du banditisme) : celui qui fera tomber ce gang le remplacera à son poste de grand " patron " du 36, quai des Orfèvres.

Critique Subjective

Réalisme.

Nous en reviendrons pas sur la biographie complète d’Olivier Marchal. Il a été policier pendant dix ans avant d’écrire des scénarios pour la série Tv Commissaire Moulin, puis de devenir acteur dans des séries policières comme Quai n°1. En 1999, il s’attaque à la réalisation avec un court métrage, Un bon flic puis en 2002, il récidive avec Gangsters, déjà critiqué par votre serviteur à l’époque de sa sortie en DVD et qui était loin d’être une réussite mais qui explorait déjà les problèmes et els ambiguïtés liés à la vie policière.

Heat

Le film revendique une double paternité. La première, et la plus évidente, est celle du film de Michael Mann, Heat, avec son duel hors normes entre Robert De Niro et Al Pacino, deux acteurs majeurs du cinéma Hollywoodien. Marchal fait donc appel à 2 acteurs « majeurs » du cinéma français , Depardieu et Auteuil, deux trognes aptes à faire vivre les personnages de Léo Vrinks, patron de la BRI (Brigade de recherche et d'intervention) pour Auteil, et Denis Klein, patron de la BRB (Brigade de répression du banditisme) pour Depardieu.

L’Affaire Loiseau

La deuxième paternité de cette œuvre est l’affaire Loiseau. Dan les années 80, une affaire secoue le Quai des Orfèvres, celle du « Gang des Ripoux », plusieurs policiers de la brigade d’élite s’étant livré à des trucs pas clairs. Lors d’une bavure, la fameuse fusillade de la rue du Dr Blanche ,Jean Vrindts est tué et son nom apparaît sur le liste des ripoux qui circulent alors. S’engage un combat entre l’administration qui cherche à faire tomber des têtes et les policiers qui accusent cette même administration d’essayer de cacher l’ampleur des choses en accusant des morts tout en camouflant la vérité. Dominique Loiseau apparaît sur cette liste, il est condamné à douze de prisons en 1990, 3 ans après il est gracié. Il est surtout le seul à avoir été condamné. Dominique Loiseau a été chauffeur régie sur le tournage de 36, et a collaboré au scénario.

36, travail d’orfèvre

Nous ne ferons pas un comparatif fastidieux entre l’œuvre de Mann et de Marchal, je n’en vois pas l’intérêt. Ici, le réalisateur essaie de nous montrer les rouages de l’institution policière tout en doublant ce regard âpre et violent sur les réalités de la « bavure » policière d’un grand duel entre deux acteurs, deux conceptions de la police. Auteil est surprenant car il est violent, taciturne, charismatique et surtout parfaitement crédible. De pardieu lui nous montre un flic poivrot, ne respectant aucune règle mais sait nous faire partager aussi le vernis que ce personnage est capable de se doter pour arriver à ses fins, Directeur de la Pj. De plus, le film manipule parfaitement le spectateur qui est tendu, révolté devant le traitement subi par Vrinks, double parfait de ce qui est réellement arrivé à Loiseau. Enfin , le film vaut aussi pour un petit rappel des faits, les « Flics » comme on les appelle sans respect, sont des gens ordinaires placés dans des situtations extraordinaires et ils affrontent au quotidien des gens violents, dangereux à la perversité sans limites. A ne pas oublier lorsqu’on les juge un peu durement.

Un dernier mot

Magnifiquement tourné, avec des scènes d’action et d’intervention réaliste et violente, 36 quai des Orfèvres est un film abouti qui a su renouveler un genre éteint et épuisé, la lutte fratricide entre policiers.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   

Le label THX est un gage de qualité. Et il est normal que cette édition soit aux normes puisque l’image bénéficie d’un rendu assez exceptionnel tant dans ses choix de couleur que dans la définition de l’image et sa gestion des contrastes. Attention, image de référence.


Le Son
 

Dolby Digital 5.1 d’un coté, DTS plein débit de l’autre. Avantage est donné à la piste DTS tout simplement car el débit d’information est plus élevé, ce qui est quasi mathématique, ce qui est mathématique. Au-delà du jeu de mots, la piste DTS a une meilleur gestion des basses, la scène frontale est remarquable et els surrounds sont utilisées à bon escient. Il y a pourtant quelques détails qui fâchent : l’ambiance du film est souvent gâchée par une musique qui n’adoucit pas les moeurs et qui ne collent pas vraiment à l’action, ensuite, les dialogues ne sont pas toujours parfaitement audibles selon les personnages.


Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 125 min
  Boitier Digipack
   
   

Packaging

Un beau coffret en carton fort et granuleux enfermant deux fin digipacks dans la même matière. Simple mais classieux.

Menu

Le film et la section bonus ont subi le même traitement. Menu simple mais en 5.1. La aussi, simple mais classieux.

Bonus

Commentaire audio d’Olivier Marchal : Il y a un mot qui domine cette édition collector, c’est le mot sincérité. Marchal nous livre ses réflexions d’ancien flic et on s’aperçoit à quel point certaines scènes sont réalistes car tirées de souvenirs, de vécu.

Qui veut la peau d’Olivier Marchal ? (79 mns) : La préparation d’un film est une période qui conditionne le tournage. Dans le cas de 36 Quai des orfèvres, elle a été ramenée de 6 à 3 mois. Malgré une intense pression, Olivier Marchal a accepté d’être filmé pendant cette période. François-Régis Jeanne a tout filmé et suivi pas à pas le réalisateur. C’est un bonus unique de grande qualité, un véritable making of âpre et violent loin de la langue de bois habituel où éclate la pression et els engueulades d’un Olivier Marchal que l’on voit littéralement habité par son projet.

Carnets de tournage (41’41) : Ce bonus est précédé d’une petite information qui dit ceci : Les images que vous allez découvrir ne constituent en aucun cas un making of. Volées sur le plateau par la scripte, Rachel Corlet,elles n'ont jamais été conçues comme un supplément DVD.A la demande d'Olivier Marchai, Rachel a accepté de nous faire partager son montage « maison »,destiné aux seuls membres de l'équipe.Tiré d'une simple VHS, techniquement approximatif, cet album souvenir constitue à nos yeux un document exceptionnel d'intimité et d'humour sur le tournage de 36. Ce documentaire commence par la superbe cérémonie d’enterrement. Authentique et très intéressant, ce documentaire montre un autre aspect de cette producitn, l’aspect humain et relationnel du cinéma qu’on oublie trop souvent au sein du système.

Les dossiers de 36 :

Making of (27’57) : Vrai making of à l’américaine, promotionnel et tout, ce bonus est la facette commerciale et propre des deux précédent bonus. C’était culotté de nous montrer tout ça.Bravo.

Promo Réel (6’00) : Longue bande annonce de promo du film.

Projet d’affiche

Annexes :

Le choix des armes (13’07) : avec un armurier de métier, Marchal et ses acteurs choisissent les armes adaptées à chaque scène. De plus, ils s’en font expliquer el fonctionnement afin d’être le plus réaliste possible.

Essai costumes (13’40) : Essais des costumes , des maquillages et du look général des protagonistes. Ce docu montre un soin extrême du détail.

Un dernier mot sur les bonus

Je suis toujours très critique et sceptique vis-à-vis des bonus souvent gratuits et formatés des éditions DVD. Mais là , je dois avouer humblement que 36 Quai des orfèvres marque une nouvelle référence de bonus passionnants. Exemple à suivre absolument.

 


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage