Les images des menus


Les images du film


Les images des bonus





du même réalisateur
  LES ASSOCIÉS
  KINGDOM OF HEAVEN
  BLADE RUNNER (DIRECTOR'S CU...
  KINGDOM OF HEAVEN (BLU-RAY)
  AMERICAN GANGSTER
  AMERICAN GANGSTER (BLU RAY)
  MENSONGES D'ETAT
  GLADIATOR (BLU-RAY)
  HANNIBAL
  ROBIN DES BOIS

dans le même genre
  PETIT PAYS
  A BOUT DE SOUFFLE (ULTRA HD...
  LA HAINE (ULTRA HD / 4K)
  BRICK
  WET SEASON
  UN COEUR EN HIVER
  SATANTANGO
  ARYTHMIE
  CHANSON DOUCE
  LA ROUE

du même éditeur
  LE PARRAIN DE MARIO PUZO EP...
  JURASSIC WORLD EVOLUTION (S...
  LE JEUNE MESSIE
  LA VIE EST BELLE (ULTRA HD...
  LA VIE EST BELLE
  ESCAPE AT DANNEMORA
  CRAWL
  ROCKETMAN
  LE PARC DES MERVEILLES
  SIMETIERRE


Dernières Actus
  DVDCRITIQUES LIVE #35 : KIT...
  DVDCRITIQUES LIVE # 34 : L'...
  MORT DU COMÉDIEN ET SCÉNARI...
  TEST DIVACORE ANTIPODS2 : E...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : KITAR...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : L'ANT...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX EN ...
  CRITIQUE FILM SONG BIRD D'A...

Les duellistes

Titre Original The duellists
Genre Drame
Pays USA (1977)
Date de sortie mercredi 26 mars 2003
Durée 96 Min
Réalisateur Ridley Scott
Avec Keith Carradine, Harvey Keitel, Edward Fox, Christina Raines, Robert Stephens
Producteurs David Puttnam
Scénaristes Gerald Vaughan-Hughes
Compositeur Howard Blake
Format Dvd 9
Informations
Complémentaires
"Les duellistes" a obtenu le prix du jury pour la première œuvre à Cannes en 1977.
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Oui
  Anglais
Oui
Oui
Oui

Le Film Critique de Frédéric Deschryver
  Editeur   Paramount
  Edition   Collector
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  96 min
  Nb Dvd  1
   
   

L'histoire

A l'époque napoléonienne, Le lieutenant Armand d'Hubert se voit chargé par son supérieur de mettre aux arrêts le lieutenant Gabriel Ferraud qui s'est battu le matin même en duel avec le fils du maire de la ville de Strasbourg. Mais Ferraud qui ne l'entend pas de cette oreille, se sent offensé, s'emporte et provoque à son tour d'Hubert en combat singulier, duquel aucun des deux ne sort vainqueur. Dès cet instant, Ferraud n'aura de cesse de réclamer réparation à d'Hubert, provoquant un duel à chaque rencontre des deux hommes. Au fil des années, le motif futile de l'affront disparaîtra pour faire place à un besoin acharné chez Ferraud, d'affronter son rival.


Critique subjective


Ridley Scott

 

Cinéaste d'origine anglaise, Ridley Scott est sans doute l'un des rares réalisateurs ayant été à l'origine d'un grand nombre de succès internationaux sans jamais avoir perdu une réputation d'auteur. Ses ambitions artistiques et stylistiques le démarquent de la plupart des cinéastes américains. Ce réalisateur laissa une forte empreinte dans le cinéma des deux dernières décénies. Si l'on survole rapidement sa carrière, on constate rapidement que la grande majorité de ses œuvres reste gravée dans la mémoire de chacun. Il suffit pour cela d'évoquer des titres comme Alien (1979), Blade Runner (1982), Thelma et Louise (1990) et dernièrement Gladiator, Hannibal, et La chute du faucon noir, plongée impressionnante de réalisme dans l'horreur de la guerre. Il achève actuellement le tournage de Matchstick men, une comédie dramatique avec Nicolas Cage, prévue pour septembre 2003.


 

L'origine du projet

 

Ridley Scott, fort de son expérience dans le tournage de courts métrages, après des années de travail pour la télévision, comme réalisateur de publicités, se décide à passer aux longs métrages. Jeune cinéaste inconnu à l'époque, c'est seul qu'il dut réunir les fonds, trouver un scénariste, et enfin obtenir la confiance des studios. "Les Duellistes" fut tourné dans le sud ouest de la France, en Dordogne, bouclé en six semaines, doté d'un budget de  900000$, ce qui, même à l'époque constituait une faible somme pour un projet de cette ambition.


 

Un film esthétique

 

Les Duellistes, ce sont Armand d'Hubert (Keith Carradine) et Gabriel Ferraud (Harvey Keitel), deux officiers de l'armée napoléonienne, opposés par un différend futile, qui ne cessent de s'affronter en duel, alors que défilent les périodes de l'histoire, le règne de Napoléon, les Cents Jours, la restauration de la monarchie. C'est sur ce fond historique que se déroule la quête acharnée et dérisoire de ces deux hommes qui ne vivent plus qu'à travers cette obsession, réparer dans le sang un honneur bafoué. Au fil des ans, la cause de la querelle s'estompe pour ne laisser la place qu'à une haine farouche et irrationnelle. Le scénario, adapté d'un court roman de Joseph Conrad, pourrait se résumer à ces quelques lignes. La force de Ridley Scott réside dans sa réussite à transcender cette histoire très pauvre par la qualité de sa mise en scène et sa maîtrise de l'image. La narration est rythmée par les duels, qui viennent en contrepoint des événements historiques, ajouter leur intensité dramatique. Chacun de ses duels est l'occasion, pour Ridley Scott de composer un tableau magnifique, d'une intense beauté, où les protagonistes évoluent dans un décor naturel baigné de lumières éthérées.


Un superbe duo d'acteurs


A cette mise en scène exemplaire, s'ajoutent les superbes compositions de deux acteurs hors pairs. Keith Carradine, l'un des acteurs fétiches de Robert Altman (Nashville, nous sommes tous des voleurs) campe un d'Hubert réaliste, mesuré, tandis qu'Harvey Keitel (Smoke, Brooklyn Boogie, la leçon de piano), alors encore au début de sa carrière, délivre avec force une superbe interprétation dans le rôle de Ferraud, impulsif et violent. Pour l'anecdote, Ridley Scott confie: "C'était (Keith Carradine) aussi un chanteur populaire. J'ai failli perdre Keith car sa chanson ''I'm Easy'' était numéro 1 aux USA. Après l'avoir persuadé pendant 2 mois et demi de jouer un hussard, il m'a dit: ''Ma chanson est numéro un, je dois faire une tournée.'' J'ai donc failli ne pas faire le film à cause de ça aussi."


Un dernier mot

 

Ce premier film méconnu de Ridley Scott, est un véritable coup de maître. D'une mise en scène irréprochable et d'une beauté visuelle magique, complété d'une superbe performance d'acteurs, "Les duellistes", qui marque le début de la longue carrière de ce réalisateur, et qui appartient aux grands classiques du cinéma, n'est à manquer sous aucun prétexte.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   

"Les duelliste" est un film d'une grande beauté visuelle, et le transfert vidéo respecte en tous points cette image somptueuse. Les éclairages naturels inspirés du film Barry Lindon, les paysages brumeux aux lumières douces et feutrées sont agréablement reproduits par une image qui possède une très légère trace de grains. Quelques défauts de vieillesse sont perceptibles: quelques grattement et rayures se laissent deviner sans toutefois retenir l'attention ni gâcher le spectacle.


Le Son
 

Deux versions sonores sont disponibles.

La piste française est proposée dans sa version mono d'origine. Contrairement aux spécifications portées sur le DVD, il s'agit de Dolby Digital 2.0 et non 1.0. Très claire, cette bande son est d'une bonne qualité, malgré une légère tendance à la saturation sur les son de forte intensité. Les dialogues se détachent très bien de l'ensemble sans nuire au reste des informations sonores.

La version originale est quant à elle en dolby digital 5.1 remasterisé. Parfaitement équilibrée, elle rehausse la partition musicale d'Howard Blake tout en préservant des dialogues très clairs ainsi que les bruits d'ambiance. D'une bonne dynamique, cette piste élargit le champ sonore en redistribuant la musique sur toutes les enceintes, faisant ronronner le caisson au son des contrebasses. Si cette spatialisation fait la part belle à la bande musicale, le reste des information sonores est limité à la scène frontale, les dialogues sont emprisonnés dans la centrale, les surround ne distillent faiblement ça et là que quelques bruits assez éloignés.


Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 56 min
  Boitier Amaray
   
   

La section bonus est très fournie, et réserve quelques raretés comme le premier court métrage de Ridley Scott "Garçon et bicyclette", sans parler des commentaires audio. Des suppléments à la mesure de ce film exceptionnel.


Commentaire du réalisateur Ridley Scott (vostf)


Supplément de taille: le film commenté par son réalisateur: Ridley Scott himself. Commentaire détaillé et riche de précisions, aucunement autocongratulant. Ridley Scott revient sur l'histoire des Duellistes, à commencer par la naissance de ce projet à faible budget, les repérages, les lieux de tournages, les acteurs, l'équipe. Ridley Scott, qui est issu du milieu de la publicité explique: "Je pense que les réalisateurs de publicités, les meilleurs, ont beaucoup de choses à apporter dans les films. Les exigences liées à leur métier leur ont appris des choses. Ils transposent cela aux films, même si ce sont des détails... Je pense que la publicité a changé la façon de réaliser les films, ces 20 dernières années. On s'est penchés sur la façon dont on pouvait rapidement communiquer, sur certains procédés de montage et d'éclairage." Ce commentaire s'avère être une mine de renseignement, pour les admirateurs de ce film, riche en anecdotes, en détails, Scott y parle de sa façon de travailler, de son étroite collaboration avec l'équipe de techniciens dont une bonne partie travailla également sur les autres film du réalisateur. Ridley Scott, à l'époque de la sortie des Duellistes, reçut des reproches de la part des critiques qui trouvaient beaucoup de similitudes avec Barry Lindon: "Ce film s'inspire beaucoup de Barry Lyndon. Mais qui n'en serait pas influencé ? A cette époque, Kubrick s'était procuré des objectifs de la NASA. Leur focale était inférieure à un. C'était zéro quelque chose. Il pouvait donc filmer à la lueur d'une bougie. J'ai essayé aussi, mais Frank Tidy m'a dit: ''C'est impossible!'' ''Ce sera trop sombre, tu détesteras.'' ça a été dur de faire comme si c'était éclairé à la bougie. J'admirais beaucoup Barry Lyndon. Ça m'a donc influencé. On a en effet les mêmes références: celles de Kubrick sont des peintres, donc ce sont devenues les miennes aussi." Un commentaire audio incontournable!


Commentaire musical par Howard Blake (vosf)


Un second commentaire audio est également disponible. C'est Howard Blake, le compositeur de la bande originale qui commente "Les duellistes", avec son regard de musicien. Pour cette occasion, c'est par-dessus la bande originale isolée qu'Howard Blake évoque les origines de sa collaboration avec Ridley Scott. "J'ai rencontré Ridley à la fin des années 60, début 70, à une époque où j'avais beaucoup de travail à Londres, à composer pour toutes sortes de choses. J'avais écrit des musiques pour ''Chapeau melon et bottes de cuir'', j'avais composé pour des films et beaucoup de publicités...  J'étais au coeur de la scène londonienne à l'époque. Au départ j'avais été un genre de pianiste au studio Abbey Road, et j'ai fait mon chemin en accumulant toutes sortes de sessions, travaillant pour d'autres compositeurs et réalisateurs de musique. J'ai rencontré Ridley en écrivant des musiques de publicités. Comme vous le savez, à l'époque il était connu pour diriger le meilleur studio de publicité de Londres. Il a fait un très grand nombre de spots publicitaires très esthétiques. Je l'ai rencontré à cette période et j'ai écrit plusieurs musiques pour lui. On a parlé à cette époque de ce qu'il avait envie de faire : passer à la réalisation de films". C'est un commentaire audio très technique que nous écoutons. Howard Blake en musicologue averti, commente avec force détails ses compositions, les styles musicaux, le choix des instruments employés. C'est en écoutant ce type de suppléments que l'on comprend le rôle crucial de la bande originale. Commentaire très intéressant d'un musicien passionné, qui s'adresse surtout aux amateurs éclairés.


Duel de réalisateurs:

Ridley Scott contre Kevin Reynolds (29'11) vostf


Kevin Reynolds et Ridley Scott, attablés face à un écran de télévision sur lequel défile "les duellistes", discutent au sujet du premier film du réalisateur de "Blade runner". Kevin Reynolds, qui avoue avoir été beaucoup influencé par le cinéma de Ridley Scott, mène l'entretien en interrogeant longuement son confrère au sujet des Duellistes. On y parle du tournage, des combats à l'épée, des acteurs, des éclairages, des costumes. Ridley Scott fournit beaucoup de renseignements, d'anecdotes, en complément de son commentaire audio. Cet entretien passionnant entre deux réalisateur prend parfois des allures techniques mais reste une conversation très conviviale, illustrée d'Images d'archives comme la remise du grand prix du jury festival de Cannes en 1977, des interviews de Ridley Scott sur le tournage, du scénariste Gérald Vaughan-Hughes, du producteur David Puttnam, des extraits du film. Là aussi, nous avons affaire à un excellent bonus. Kevin Reynolds conclut cet entretien en insistant sur le caractère exceptionnel de ce film et avoue s'en être inspiré après l'avoir revu pour sa récente adaptation du Comte de Monte Cristo.


Story boards


Ridley Scott dessine lui-même ses story boards. Dans le commentaire audio, il confie: "Je fais des storyboards pour tout. ça fait travailler le rythme, la cadence et ça permet de réfléchir à l'histoire. On commence à voir le rythme car il est dessiné. C'est pour ça que je me fie à mes storyboards. On me demande: ''Laissez-vous de la marge pour changer des choses ?'' Je dis toujours oui. Mais mes storyboards sont le résultat d'une grande réflexion. Donc en général, ils sont corrects. Alors, je les suis." Ce sont ces Story boards que l'on peut voir défiler à l'écran. La touche angle de la télécommande permet de visionner les dessins ou ces mêmes dessins accompagnés des scènes finales correspondantes.


Garçon et bicyclette

Le premier court métrage de Ridley Scott (26') vostf


C'est ici un document exceptionnel qui est présenté. Garçon et bicyclette est le premier court métrage de Ridley Scott, réalisé en 1965, soit plus de 10 ans avant les duellistes. Tourné en 16mm noir et blanc, ce court-métrage expérimental de 26 minutes nous montre les errances d'un adolescent, Tony, (est-ce Tony Scott, son frère?) sur sa bicyclette, au cours d'une journée, la ville, la plage, ses réflexions, ses états d'âme en voix off. La caméra capte subtilement les lumières. Inventaire d'idées, de pensées fugaces qui germent dans la tête d'un ado, observation du monde à travers ses yeux, sur une musique de John Barry. Première œuvre de jeunesse d'un cinéaste talentueux.


Galeries de photos et d'affiches


-Portraits: 5 photographies en couleurs de Keith Carradine et Harvey Keitel)

-Photos du film: 35 magnifiques photos extraites du film

-Coulisses du tournage: 30 photos pour la plupart en noir et blanc ou apparaît Ridley Scott en train de diriger ses acteurs.

-Affiches internationales: 8 reproductions des affiches du film pour différents pays.


Bande annonce cinéma

Dernier supplément de cette longue liste, la bande annonce de l'époque


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage