du même réalisateur
  LES DUELLISTES
  LES ASSOCIÉS
  BLADE RUNNER (DIRECTOR'S CU...
  KINGDOM OF HEAVEN (BLU-RAY)
  AMERICAN GANGSTER
  AMERICAN GANGSTER (BLU RAY)
  MENSONGES D'ETAT
  GLADIATOR (BLU-RAY)
  HANNIBAL
  ROBIN DES BOIS

dans le même genre
  VIKINGS SAISON 5
  LE JEUNE MESSIE
  SAMSON
  LE NOM DE LA ROSE
  LA FAVORITE
  HARLOTS
  UN PEUPLE ET SON ROI
  ANNA KARENINA
  BRITANNIA
  ORO LA CITÉ PERDUE

du même éditeur
  PETIT PAYS
  T'AS PÉCHO ?
  TANDEM
  TANGO
  L'ENFER DES ANGES
  MONSIEUR HIRE
  PAR UN BEAU MATIN D'ÉTÉ
  TERMINATOR : DARK FATE
  LA ROUE
  FAUBOURG MONTMARTRE


Dernières Actus
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX EN ...
  CRITIQUE FILM SONG BIRD D'A...
  DVDCRITIQUES LIVE #33 : LE ...
  TEST AMAZON FIRE TV STICK 4...
  DVDCRITIQUES LIVE #32 : SOU...
  TEST AMPLI-TUNER ARCAM AVR3...
  TEST AMPLI-TUNER DENON AVC-...
  DVDCRITIQUES LIVE #31 : 5 J...

Kingdom of Heaven

Titre Original Kingdom of Heaven
Genre Fresque historique
Pays Usa (2004)
Date de sortie vendredi 4 novembre 2005
Durée 138 Min
Réalisateur Ridley Scott
Avec Orlando Bloom, Liam Neeson, David Thewlis, Eva Green, Jeremy Irons, Ghassan Massoud, Edward Norton
Producteurs Ridley Scott
Scénaristes William Monahan
Compositeur Harry Gregson-Williams
Format Dvd 9
Informations
Complémentaires

Sois sans peur face à tes ennemis. Dis toujours la vérité, même si elle te conduit à la mort. Protège les faibles et ne commets jamais le mal. Tel est ton serment
Critique Cinéma Kingdom of Heaven
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Non
Non
Non
  Français
Oui
Non
Non

Le Film Critique de José Evrard
  Editeur   Fox pathé europa
  Edition   Collector
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  138 min
  Nb Dvd  2
   
   

Synopsis

En perdant sa femme et son fils, Balian, un jeune forgeron, a presque perdu la foi. Alors qu'il pleure leur disparition, un chevalier vient le trouver. Godefroy d'Ibelin est un croisé, un baron du roi de Jérusalem ayant pour mission de préserver la paix en Terre sainte. Il révèle à Balian qu'il est son père et lui demande de l'accompagner jusqu'à la Ville sainte.Balian accepte, mais Godefroy tombe dans une embuscade. Juste avant de mourir, le père transmet à son fils son titre et ses terres à Jérusalem.

Entre la deuxième et la troisième croisade, une paix fragile règne sur la Ville sainte, grâce aux efforts de son roi chrétien, Baudouin IV et à la modération du légendaire chef musulman, Saladin. Les habitants de confession chrétienne, musulmane et juive coexistent pacifiquement. Malade, les jours de Baudouin sont comptés et le fanatisme, l'appât du gain et la jalousie menacent la trêve.

D'une intégrité sans faille et lié par son noble serment, Balian se retrouve en terre étrangère, au service d'un roi déclinant. Il y rencontrera Sibylle, la sœur du roi mourant, une jeune femme aussi belle qu'énigmatique.

Critique Subjective

La patte Ridley Scott

D'ALIEN à GLADIATOR en passant par BLADE RUNNER, le héros  classique des films de Ridley Scott est un être ordinaire pris dans des  événements majeurs, un personnage qui, à travers des épreuves ou une  tragédie, se révèle, tient tête et refuse de se laisser abattre. Balian est donc le modèle tupe des héros chers à Ridley Scott. C'est à Jérusalem que Balian deviendra le plus valeureux et le plus héroïque des chevaliers, accomplissant un destin que personne ne pouvait imaginer… Balian est un jeune forgeron français qui a perdu ceux qu'il aimait. Sa  foi est ébranlée. Son destin va le conduire vers des terres lointaines, le plongeant au coeur de la guerre.

Pour Orlando Bloom : «Les aptitudes de Balian vont bien au-delà de son  savoir-faire de forgeron : c'est aussi un artificier, un ingénieur. Il a ce don de  savoir définir la meilleure façon de protéger un château et ce, dès le premier regard. Cela lui sera très utile au cours de son voyage.» Il sait surtout se monter digne d’un chevalier défendant le peuple et ses valeurs.

Un contexte historique grandiose

William Monahan a suggéré à Ridley Scott une histoire qui ait pour toile  de fond le royaume de Jérusalem à l'époque de Baudouin IV et de Saladin  et qui mette en scène un jeune chevalier qui apparaît comme le défenseur  de la Ville sainte. Le scénariste explique : «Pour moi, le chevalier défend un  idéal, et la période qui illustre le mieux cet idéal est celle des croisades.»  En 1095, répondant à l'appel du pape Urbain II qui lança son célèbre «Dieu  le veut !», l'Europe chrétienne part à la reconquête de la Ville sainte de  Jérusalem, conquise par les musulmans au VIIe siècle. Des milliers d'hommes,  rois, nobles et paysans, s'engageront dans les différentes croisades (huit en tout) qui s'étaleront sur les deux siècles suivants.  Jérusalem est reprise par les armées chrétiennes lors de la première croisade.  Plusieurs générations de princes occidentaux y règneront. Mais en 1186, lorsque commence notre histoire, le royaume est la proie de dissensions  internes et la puissance grandissante de Saladin menace son existence  même. Le royaume ne se maintient que grâce aux forces nouvelles venues  d'Europe : des vassaux tels Godefroy d'Ibelin retournent dans leur pays  natal pour recruter de nouveaux combattants.

Et donc ?

Mettre en grand sur l’affiche Par le réalisateur de Gladiator n’était pas fait pour arranger la manière d’aborder le film. Peut-être s’attendait-on à un second Gladiator transposé dans une époque médiévale. Que nenni. Orlando Bloom n’ a ni la carrure, ni le charisme, ni la sauvagerie de Russel Crowe. Arrêtons là une comparaison hasardeuse et sans fondement.

Pourquoi ce film a-t-il été aussi mal reçu alors, surtout aux Usa ? Ridley Scott prend le contre pied de la culture américaine en nous montrant une culture chrétienne avide, orgueilleuse et destructrice (ce sont les envahisseurs) et une culture musulmane tolérante et prête au compromis pour avoir la paix. Deux problèmes en un, exposé dans ce film, d’une part un blasphème pour les puritains et d’autre part un anathème pour ceux qui pointe du doigt l’Islam, son terrorisme et son intolérance. Même si le film souffre de longueurs et même si Orlando Bloom est un peu tendre pour tenir le rôle du défenseur de Jérusalem, Kingdom of Heaven reste une grande fresque historique sur les Croisades.

Un dernier mot

Scott nous invite à un voyage grandiose dans l’univers des croisades et à un malicieux message d’intolérance et d’ingérence..


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.35:1
   
   

Encore une fois, on atteint ici des sommets. Gladiator a longtemps été une référence de compression et de qualité d’image. Eh bien Kingdom of Heaven lui tient la dragée haute et va plus loin encore en terme de définition et de qualité d’image. Image de démonstration.


Le Son
 

Chose peu commune, la version DTS est dans la langue de Shakespeare. Dolby Digital est présent en Vo et en Vf. Inutile de mâcher nos mots, on a affaire à une bande son de gros calibre. Répartition ingénieuse, coup de caisson, flèches dans les surrounds tout y est. On notera simplement une meilleure enveloppe sonore en Vo où il y a plus de détail, de son et d’ambiance qu’en Vf.


Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 130 min
  Boitier Pochette cartonnée
   
   

Menu et interactivité

Dès l’accueil, on est dans l’ambiance  Même les restrictions de droit sont dans le thème du film, flamberge au vent. Et tout ceci en 5.1, y compris sur le DVD de bonus.

Bonus
DVD 1:
Les notes sur le contexte historique et social accessibles pendant la lecture du film : sous forme de panneaux fixes au bas de l’écran, on a accès ainsi à un tas d’information sur l’histoire de l’époque. Ce que le menu appelle le Chemin du pèlerin.

DVD 2:
Making of (1h30) : ce making off est dit interactif. Pourquoi parce que l’on peut choisir le point de vue d’un des fabricants du films. Mais l’illusions s’arêtte assez vite car au lieu d’une interactivité , on retrouve plutôt un chapitrage intelligent mais qui ne dispense pas alors de voir tout le making off qui s’intéresse autant à la préparation du film et à sa vérité historique qu’a des images de plateau sans grand intérêt.
L’historie à travers Hollywood (42’46) : History vs Hjollywood. Ce documentaire à travers interview des acteurs et d’historien tente de légitimer historiquement parlant le film de Scott.
Les séquences sur Ridley Scott, Orlando Bloom, la production et les costumes (10 mns) à travers 4 modules de 2’11, interview et fabrication des costumes sont ici mis sous forme de teaser.
A&e Movie Real (44’28): Retour sur le versant historique raconté par le film.
Les Spots TV et les bandes annonces du film
•Dans le packaging collector, on trouvera aussi un remarquable livre "Les Croisades vues à travers le film" d’une cinquantaine de pages richement illustré.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage