du même réalisateur
  THE LOBSTER

dans le même genre
  HARLOTS
  UN PEUPLE ET SON ROI
  ANNA KARENINA
  BRITANNIA
  ORO LA CITÉ PERDUE
  THE PATRIOT : LE CHEMIN DE ...
  LES HEURES SOMBRES
  THE LAST KINGDOM : SAISON 1
  LA CAMÉRA EXPLORE LE TEMPS ...
  VALMONT

du même éditeur
  APOCALYPSE NOW : FINAL CUT
  LE CHANT DU LOUP
  125 RUE MONTMARTRE
  ALITA : BATTLE ANGEL
  UN SAC DE BILLES
  THE HATE U GIVE (LA HAINE Q...
  LE GRAND BAL
  L'EQUIPAGE
  SILVIO ET LES AUTRES
  BOHEMIAN RHAPSODY


Dernières Actus
  CONFÉRENCE DE PRESSE : LE M...
  DISNEY BAT UN RECORD AVEC L...
  L'ULTIME BANDE ANNONCE DE "...
  ENCYCLOPÉDIE DES RÉPLIQUES ...
  WARNER DÉVOILE TITANS OF CU...
  CONCOURS DVDCRITIQUES : GAG...
  THE GOOD FIGHT SAISON 2 EN ...
  PARIS AUDIO VIDEO SHOW 2019...

La favorite

Titre Original The Favourite
Genre Fresque historique
Pays USA (2019)
Date de sortie vendredi 12 juillet 2019
Durée 120 Min
Réalisateur Yorgos Lanthimos
Avec olivia Colman, Rachel Weisz, Emma Stone, Nicholas Hoult, Joe Alwyn
Producteurs Ceci Dempsey, Ed Guiney, Lee Magiday et Yorgos Lanthimos
Scénaristes Deborah Dean Davis et Tony McNamara
Compositeur Johnnie Burn
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Fox pathé europa
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  120 min
  Nb Dvd  1
   
   
Début du XVIIIème siècle. L’Angleterre et la France sont en guerre. Toutefois, à la cour, la mode est aux courses de canards et à la dégustation d’ananas. La reine Anne, à la santé fragile et au caractère instable, occupe le trône tandis que son amie Lady Sarah gouverne le pays à sa place. Lorsqu’une nouvelle servante, Abigail Hill, arrive à la cour, Lady Sarah la prend sous son aile, pensant qu’elle pourrait être une alliée. Abigail va y voir l’opportunité de renouer avec ses racines aristocratiques. Alors que les enjeux politiques de la guerre absorbent Sarah, Abigail quant à elle parvient à gagner la confiance de la reine et devient sa nouvelle confidente. Cette amitié naissante donne à la jeune femme l’occasion de satisfaire ses ambitions, et elle ne laissera ni homme, ni femme, ni politique, ni même un lapin se mettre en travers de son chemin.

La Favorite de Yorgos Lanthimos, n'est pas seulement un film historique sur une page méconnue de l'histoire de l'Angleterre. Un film qui parle d'une reine affaiblie par la maladie et les complots, aux mœurs compliquées pour l'époque. Le film de Yorgos Lanthimos est avant tout une expérience visuelle, presque sensorielle, tant tout y est soigné, réglé, y compris le désordre. Comme le chef d’orchestre d'une œuvre complexe et maîtrisée, le réalisateur soigne son image, utilise toutes les focales possibles, intègre le grand angle dans sa narration pour donner encore plus de sentiments d'enfermement, même dans des environnements extérieurs. C'est ainsi que certaines ouvertures de scènes bénéficient d'un effet globuleux pour mieux rétrécir la taille des personnages, pour donner une impression d’écrasement. Tout est minutieusement travaillé dans « La Favorite », afin de procurer une nouvelle expérience cinématographique au spectateur. Et le jeu en vaut la chandelle, comme  lorsque le réalisateur décide d'utiliser la lumière des bougies comme unique éclairage. Marquant et percutant, la mise en scène du réalisateur ne peut laisser indifférent.

Chaque plan est étudié comme la possibilité à la fois de servir l’intrigue, mais également de donner envie au spectateur de sortir des sentiers balisés pour pouvoir pénétrer un univers hors du commun, jamais conventionnel. Chaque élément participe à la narration faussement décalée du réalisateur, à l’image de ces hommes, transformés en silhouette difformes ou fantomatiques, à la marge de l’univers de ces femmes autour desquelles ils gravitent. Le ralenti, par exemple, sert à donner plus de distorsion dans ces corps masculins, jamais totalement séduisant, jamais vraiment captivant pour mieux amener le spectateur à se concentrer sur le pouvoir et la force de ces femmes. Et puis il y a chez Lanthimos, un goût pour l’inconfortable, pour le manque de droiture, jusqu’aux perruques pas forcément soignées. Un désordre organisé pour mieux coller à une image que le réalisateur veut donner à son film.

Et puis, bien sûr, il y a l’interprétation remarquable de folie, de douleur et de sensibilité d’Olivia Colman (The Lobster), une habituée du réalisateur. La comédienne transcende son personnage de reine blessée dans sa chair et dans son esprit. Face à elle Emma Stone (La La Land), l’américaine, parvient à faire oublier ses origines et porte son rôle avec autant de finesse dans sa composition de la méchanceté et du vice. Entre les deux Rachel Weisz (My Cousin Rachel) parvient, avec beaucoup de subtilité à donner toute la fragilité et la force affichée au personnage ambigu de Lady Sarah, amie, confidente mais également maîtresse d’une reine en plein doute sur ses capacités à régner.

En conclusion, « La Favorite » est un film surprenant, intriguant, mais qui ne peut laisser indifférent, tant la qualité de sa mise en scène, l’inventivité et la recherche constante de l’innovation sont une invitation du réalisateur à voir son cinéma autrement. Même la distribution se laisse porter par l’énergie et la qualité de direction de Yorgos Lanthimos.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.40:1
   
   
Le réalisateur a fait des choix surprenants, avec, par exemple des scènes éclairées à la lumière des bougies, ou encore des effets de globes pour mieux écraser les personnages ou pour donner une impression de cloisonnement ou d’enfermement. Pour cela le chef opérateur Robbie Ryan (Moi, Daniel Blake) a su mettre tout son talent au service du réalisateur, pour donner un éclat particulier au film et ainsi rendre plus subtiles certains détails ou certaines textures. Le support est étonnamment de grande qualité pour mettre en valeur le travail du film. Les contrastes viennent donner plus de profondeur et de subtilité à l’ensemble.

Le Son
 
La piste Dolby Digitale 5.1 fait des merveilles, elle se révèle d’une grande précision et met parfaitement en valeur les dialogues et les effets spéciaux qui fourmillent avec plus ou moins de subtilité dans le film. Jamais dans l’excès, la piste Audio est parfaitement bien harmonisée pour que les différences de tons dans le jeu des comédiens par exemple soit parfaitement soulignés. A l’instar de ces passages où la reine laisse exploser sa colère, en cassant le rythme d’une scène. Véritablement soignée la piste audio rend harmonieuse l’ambiance du film.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 30 min
  Boitier Amaray
   
   
Des scènes coupées et un making of qui revient sur tous les aspects du film.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage