Les images des menus


Les images du film


Les images des bonus





du même réalisateur
  MINORITY REPORT
  INDIANA JONES ET LES AVENTU...
  INDIANA JONES ET LE TEMPLE ...
  INDIANA JONES ET LA DERNIÈR...
  LA LISTE DE SCHINDLER
  DUEL (COLLECTOR)
  LE TERMINAL
  LES DENTS DE LA MER (COLLEC...
  L'EMPIRE DU SOLEIL
  LA GUERRE DES MONDES

dans le même genre
  LE PARRAIN DE MARIO PUZO EP...
  PRODIGAL SON SAISON 1
  MAFIA INC.
  LES ENQUÊTES DE VAN DER VAL...
  MONSIEUR HIRE
  LES AFFRANCHIS
  PAR UN BEAU MATIN D'ÉTÉ
  WATERGATE
  ZÉROZÉROZÉRO SAISON 1
  ESCAPE AT DANNEMORA

du même éditeur
  DRAGONS 3 : LE MONDE CACHÉ
  CAPITAINE SUPERSLIP
  DRAGON 2
  TURBO
  LES CROODS
  CHEVAL DE GUERRE
  SHREK 4 : IL ÉTAIT UNE FIN
  I LOVE YOU MAN
  TONNERRE SOUS LES TROPIQUES
  KUNG FU PANDA (BLU-RAY)


Dernières Actus
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX EN ...
  CRITIQUE FILM SONG BIRD D'A...
  DVDCRITIQUES LIVE #33 : LE ...
  TEST AMAZON FIRE TV STICK 4...
  DVDCRITIQUES LIVE #32 : SOU...
  TEST AMPLI-TUNER ARCAM AVR3...
  TEST AMPLI-TUNER DENON AVC-...
  DVDCRITIQUES LIVE #31 : 5 J...

Arrête-moi si tu peux

Titre Original Catch me if you can
Genre Policier
Pays Etats-Unis (2002)
Date de sortie mercredi 24 septembre 2003
Durée 135 Min
Réalisateur Steven Spielberg
Avec Leonardo DiCaprio, Tom Hanks, Christopher Walken, Martin Sheen, Nathalie Baye
Producteurs Parkes / Mc Donald
Scénaristes Jeff Nathanson
Compositeur John Williams
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Oui
Oui
Non
  Allemand
Oui
Oui
Non
  Français
Oui
Oui
Non
  Arabe
Non
Oui
Non
  Néérlandais
Non
Oui
Non
  Polonais
Non
Oui
Non

Le Film Critique de Jean-Luc Richter
  Editeur   Dreamworks
  Edition   Collector
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  135 min
  Nb Dvd  2
   
   

L’histoire


En 1963, Frank Abagnale Jr. (Leonardo DiCaprio), 16 ans, assiste à l’entrée de son père (Christopher Walken) au Rothary club de sa ville. Ce moment de grande fierté va malheureusement très vite tourner au cauchemard lorsqu’il se rend compte qu’un contrôle fiscal a mis son père sur la paille. Obligé de changer de quartier et d’école, Frank commence à se faire remarquer en se faisant passer pour le professeur remplaçant d’espagnol dans sa nouvelle école.


Mais sa vie de famille se dégrade lorsqu’il se rend compte que sa mère Paula (Nathalie Baye) trompe son père et finit par demander le divorce. Obligé de choisir lequel de ses parents aura sa garde, Frank décide de fuir. Avec 25 $ en poche il commence sa vie de fugitif.


Il comprend qu’il n’arrivera à rien sans argent et que son chèquier lui est inutile si son compte est vide. C’est alors qu’il se rend compte qu’avec un uniforme, un pilote d’avion est très respecté et peut obtenir ses entrées n’importe où. N’écoutant que son culot, il décide donc de devenir Pilote d’avion à la Pan Am.


Cette couverture va lui permettre d’écouler des chèques en bois pour pouvoir mener la belle vie et va également lui permettre de voyager gratuitement à travers les Etats-Unis. Malheureusement, ses escroqueries vont attirer l’attention de l’inspecteur Carl Hanratty (Tom Hank) du F.B.I. qui va chercher par tous les moyens à coincer cet escroc.


Une première occasion lui sera donnée lorsqu’il coincera Abagnale dans sa chambre d’hôtel, mais sans se démonter, celui-ci se fera passer pour un agent des services secrets et parviendra à berner Hanratty. A partir de ce moment va s’engager un jeu du chat et de la souris qui va forcer Abagnale à devenir tour à tour, chef d’équipe dans un hôpital et avocat d’affaire pour échapper au pugnace policier.


Autour du film


Les destins de certains films sont parfois curieux. Celui-ci aurait à l’origine dû être réalisé par Gore Verbinski. Mais Leonardo DiCaprio devant retourner certaines scènes de Gangs of New York et étant donc indisponible, le cinéaste renonce.


C’est alors Steven Spielberg qui décide de réaliser le film. En raison de ces changements, le film est reporté Leonardo DiCaprio peut finalement y participer. Mais ce report oblige aussi le comédien James Gandolfini, qui devait jouer les rôle de l’agent du F.B.I. à renoncer au film. Celui-ci sera finalement remplacé par Tom Hanks qui participe ainsi à son quatrième projet avec Spielberg.


Steven Spielberg, et son scénariste Jeff Nathanson veulent faire ce film dans l’esprit de « l’Arnaque » : le public doit se prendre d’affection pour ce criminel. Pour cela il faut véritablement humaniser le héros et apporter une dose de drame et d’humour à cette histoire. Le fait de partir d’une histoire vraie et de pouvoir bénéficier, sur le tournage, de l’aide du véritable Frank Abagnale Jr, auteur original de l’histoire sous forme biographique, va leur permettre d’humaniser ce personnage.


Le tournage du film a été très rapide : seulement 56 jours alors qu’il y a plus de 140 décors différents. L’équipe n’a donc pas pu souffler une seconde, ce qui est retranscrit dans le premier bonus intitulé « Les coulisses du tournage ». Le style visuel du film est particulièrement travaillé avec l’aide de Janusz Kaminski, directeur de la photographie.


Un détail particulier a été apporté aux décors qui devaient réfléter les années 1960. Spielberg en a aussi profité pour rendre hommage aux films phares de cette époque : Goldfinger. Di Caprio se prendra même pour James Bond. On retrouvera aussi les séries télévisées de l’époque « Dr. Kildare » et « Perry Manson » qui permettront au héros « d’apprendre » la médecine et le droit.


Critique subjective


Magistralement dirigé par Steven Spielberg, ce film est un grand moment de cinéma. Tom Hanks et Leonardo DiCaprio jouent parfaitement, épaulés par des acteurs de renoms. Le fait que l’histoire du film se base sur une histoire vraie rajoute encore à l’intérêt du film.


Avec cette œuvre, Spielberg nous démontre, une fois de plus, son grand talent de réalisateur, capable de mettre en place une ambiance, de placer les bons acteurs au bon endroit et de plonger le spectateur au cœur de l’intrigue. Sans effets spéciaux tape à l’œil, il est capable de retransmettre à merveille les expressions des acteurs et de mettre en valeur leur jeu.


Léonardo DiCaprio trouve ici un rôle complexe et profond qu’il interprète avec une grande justesse. Dés le départ il sait rendre son personnage parfaitement crédible et attachant.


Tom Hanks, pour sa part, a déjà prouvé maintes fois ses talents, qui lui ont valu deux oscars par le passé. Il campe ici de très belle façon un policier opiniâtre et tenace, pas toujours soutenu par la hiérarchie et visiblement plus à l’aise dans un bureau que sur le terrain.


Quand un film d’une telle qualité est proposé avec un tel niveau de perfection technique et autant de bonus, il mérite véritablement de figurer dans votre vidéothèque. Voilà vraiment un très bon DVD, édité par DreamWorks, que l’on reverra plusieurs fois avec un grand plaisir.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   

Ce DVD bénéficie d’une très belle image, les couleurs sont précises, la définition est très bonne. Les arrières plans sont bien définis et ont une grande précision. Même les scènes difficiles, sous la pluie par exemple, sont bien réussies.

 
La seule fausse note concerne la scène où Abagnale cherche sa fiancée à l’aéroport. Lorsqu’il regarde le toit de l’aérogare, le ciel est très laid : blanc avec un fourmillement désagréable. Cette scène choque réellement par rapport à l’excellente qualité de l’ensemble. Elle est heureusement assez courte et ne viendra finalement pas gâcher le plaisir général.

Le Son
 

Le premier DVD offre quatre pistes sonores : trois pistes Dolby Digital 5.1 en Anglais, Français et Allemand et une piste DTS en version originale anglaise.


Les pistes Dolby Digital 5.1


Les trois pistes Dolby Digital se valent. Les environnements sonores sont les même, ainsi que certaines voix des personnages secondaires (les gardiens de prison à Marseille par exemple). Ces pistes sont de très bonne qualité. Les voix sont claires et intelligibles dans toutes les langues et les doublages sont très crédibles, que ce soit en français ou en allemand.


Il est d’ailleurs curieux de constater que lors de la traduction allemande, de nombreuses expressions sont restées en VO, alors que la piste française prend bien soin de franciser les expressions et les termes techniques des aviateurs, en particulier.


Au niveau de l’environnement sonore, les trois pistes bénéficient d’excellents effets surround et de bruits d’ambiance très réaliste. La très belle musique, qui accompagne parfaitement l’action, achève de plonger le spectateur au cœur de l’action.


Il est à noter Nathalie Baye parle dans un anglais parfait dans la version originale et qu’elle « double » aussi sa propre voix en français.


La piste DTS en VO


Alors que les autres pistes sont déjà de très bonne qualité, on touche ici au sublime. La différence est parfois subtile, mais devient évidente lors d’une écoute comparée : tout est mieux dans cette piste !


Les sons d’ambiance, en particulier, sont mieux rendus et beaucoup plus réalistes : les bruits de pas résonnent mieux, on entend parfaitement chaque chant d’oiseau dans un parc…

La clarté de la musique est encore plus importante avec une parfaite séparation de chaque instrument et les effets surround sont placés de façon plus précise et plus réaliste.


Le secret de cette perfection tient dans ce chiffre : environ 900 kb/s de bande passante pour la piste DTS contre « seulement » 500 kb/s pour les pistes Dolby Digital 5.1 ! Les anglophones, ou ceux qui supportent les sous-titres, auront donc droit à la perfection. Les autres n’auront « droit qu’à » une piste son excellente !


La musique


La musique du film a été composée par John Williams, compositeur « attitré » de Steven Spielberg. Pour cette musique, le compositeur s’est concentré sur des thèmes de jazz et a porté un soin tout particulier à la relation entre sa musique et le suspens grandissant au cours des poursuites du film. L’ensemble est très plaisant et c’est une musique que l’on retiendra très facilement après le visionnage du film.


Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 80 min
  Boitier Digipack
   
   

Le packaging de cette édition est très réussi avec un triptique cartonné qui contient les deux DVD ainsi qu’un petit livret. La sérigraphie des disques reprend celle de la boite : les deux flèches à contre sens.


Dans la boite, un DVD est consacré au film et l’autre aux bonus. Les menus de ces deux disques bénéficient de la même charte graphique et reprennent le style du générique du film. Ils sont accompagnés par la musique originale très agréable et pas répétitive.


Le second DVD, entièrement consacré aux bonus, comprend les éléments suivants :


« Arrête-moi si tu peux » : Les coulisses du tournage17 minutes


Faisant intervenir les acteurs du film, le réalisateur, le véritable Frank Abagnale Jr. et les nombreuses personnes ayant participé à cette histoire, ce reportage raconte le tournage de ce film.


Il met en évidence les sentiments des différents acteurs au cours du film. On y retrouve aussi des interviews des décorateurs et costumier qui nous expliquent les difficultés à reproduire un environnement des années 60 qui soit crédible.


Ce reportage est assez intéressant pour s’imprégner des difficultés d’un tournage et de la méthode de management de Steven Spielberg.


« Choisis-moi si tu peux » : Le casting du film29 minutes


Cette partie est composé de cinq sections :


-         Leonardo DiCaprio dans le rôle de Frank Abagnale Jr.

-         Tom hanks dans le rôle de Carl Hanratty

-         Les parents de Frank : Christopher Walken et Nathalie Baye

-         La famille Strong : Martin Sheen et Amy Adams

-         Jennifer Garner dans le rôle de Cheryl Ann


Ces reportages n’ont pas grand chose à voir avec leur titre : ce ne sont pas du tout des casting dans le sens d’un essai des différents acteurs.


On y voit un Leonardo DiCaprio qui semble avoir « choisi » son réalisateur, Un Tom Hanks qui transforme un second rôle en rôle principal et de nombreuses autres anecdotes sur les acteurs.

C’est un reportage assez intéressant pour mieux comprendre les relations entre les acteurs et les réalisateurs à Hollywood.


La musique de « Arrête-moi si tu peux » - 6 minutes


Dans ce reportage, John Williams revient sur la façon dont il a concu la musique du film. On le voit durant les répétitions et l’enregistrement synchronisé du film. John Williams explique aussi qu’il s’agit d’un retour aux sources du style de musique qu’il affectait dans sa jeunesse et nous parle de ses relations avec Steven Spielberg.


Frank Abagnale : Entre fiction et réalité16 minutes


Cette section est découpée en quatre parties :


-         Faites la connaissance de Frank Abagnale – 6 minutes

-         Frank devient Pilote – 4 minutes

-         Les carrières de Frank – 2 minutes

-         Comment Frank se fait arrêter et change de vie – 4 minutes


Dans cette partie, le véritable Frank Abagnal Jr. raconte ce qui fut véritablement sa vie. On découvre dans ces interviews, parfois avec stupeur, que bien peu de choses ont été romancés dans le film et que la plupart des scènes incroyables sont véridiques !


Le point de vue du F.B.I.7 minutes


Pour le tournage du film, Steven Spieberg a engagé de véritables agents du F.B.I. comme conseiller technique. Ce reportage est une occasion d’interviewer ces consultants qui nous expliquent leur rôle dans le film.

Il est intéressant d’apprendre que les méthodes de fraudes décrites dans le film étaient parfaitement réalistes pour cette époque.


« Arrête-moi si tu peux » : pour finir5 minutes


Un peu surfait, ce dernier reportage profite de la fin du tournage pour demander aux acteurs et aux différents intervenants du film leur avis à chaud sur le film.


Galerie de photos


On y retrouve trois galeries de photos : le casting, les coulisses du tournage et les costumes. Cette dernière section est particulièrement intéressante car elle montre les dessins des différents costumes et un bouton permet de revoir ce costume porté par un personnage du film.


Chacun de ces bonus est disponible avec un sous-titrage en Français, Anglais, Allemand, Bulgare, Polonais, Hollandais, Arabe.


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage