du même réalisateur
  MINORITY REPORT
  ARRÊTE-MOI SI TU PEUX
  INDIANA JONES ET LES AVENTU...
  INDIANA JONES ET LE TEMPLE ...
  INDIANA JONES ET LA DERNIÈR...
  LA LISTE DE SCHINDLER
  DUEL (COLLECTOR)
  LE TERMINAL
  L'EMPIRE DU SOLEIL
  LA GUERRE DES MONDES

dans le même genre
  LA CHAMBRE DU FILS
  POLICE
  PETIT PAYS
  A BOUT DE SOUFFLE (ULTRA HD...
  LA HAINE (ULTRA HD / 4K)
  BRICK
  WET SEASON
  UN COEUR EN HIVER
  SATANTANGO
  ARYTHMIE

du même éditeur
  LE VOYAGE DU DR DOLITTLE (U...
  ABOMINABLE (ULTRA HD / 4K)
  SUSPECT NUMÉRO UN
  LA VOIX DU SUCCÈS
  L'HOMME INVISIBLE (2020)
  THE LIGHTHOUSE
  SPIDER IN THE WEB
  GEMINI MAN (ULTRA HD / 4K -...
  ABOMINABLE
  DOWNTON ABBEY LE FILM


Dernières Actus
  PALMARÈS FESTIVAL INTERNATI...
  TEUFEL CINEBAR LUX SURROUND...
  HOME-CINÉMA ET HI-FI (OU L’...
  LA BANDE ANNONCE DE CRUELLA...
  CÉSARS 2021 : ET LES NOMINÉ...
  DISPARITION DE JEAN CLAUDE ...
  THE CRAFT : LES NOUVELELS S...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : DEGOB...

Les dents de la mer (collector 30ème anniversaire)

Titre Original Jaws
Genre Drame
Pays USA (1975)
Date de sortie mardi 6 septembre 2005
Durée 124 Min
Réalisateur Steven Spielberg
Avec Roy Scheider, Richard Dreyfuss, Robert Shaw
Producteurs David Brown
Scénaristes Carl Gottlieb et Peter Benchley
Compositeur John Williams
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Non
Non
Non
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Johan Belleville
  Editeur   Universal
  Edition   Collector
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  124 min
  Nb Dvd  2
   
   

Synopsis
A quelques jours du début de la saison estivale, les habitants de la petite station balnéaire d’Amity sont mis en émoi par la découverte sur le littoral du corps atrocement mutilé d’une jeune vacancière. Pour Martin Brody, le chef de la police, il ne fait aucun doute que la jeune fille a été victime d’un requin. Il décide alors d’interdire l’accès des plages mais se heurte à l’hostilité du maire uniquement intéressé par l’afflux des touristes. Pendant ce temps, le requin continue à semer la terreur le long des cotes et à dévorer les baigneurs...


La naissance, le film.
A l’origine, « Jaws » est un roman écrit par Peter Benchley qui raconte les attaques engendrées par un monstre marin envers les humains. A le vue du succès rencontré (5,5 millions d’exemplaires vendus), Universal se porte acquéreur des droits et décide de confier la direction du film à un tout jeune metteur en scène nommé Steven Spielberg et dont la réelle seule reconnaissance et d’avoir tourné quelques années auparavant « Duel ». Fan de monstres, Spielberg accepte tout de suite le projet et s’engage alors dans un tournage dont les scènes tournées au large sont un calvaire pour les équipes techniques. Une des principales conditions du studio était de terminer le film pour l’été 75 dans le but de terroriser les vacanciers avec cette monstrueuse histoire de requin mangeur d’hommes. Concrètement, il faut de la terreur sans trop d'éfusions de sang. C'est pourquoi Spielberg n’utilise d’ailleurs pas le sang à outrance. Il préfère suggérer les attaques du requin sans montrer de plans gores extravagants. Le grand blanc n’est que très peu représenté dans le film. Il montre principalement sa grande envergure lors de l’affrontement final. Pour augmenter la tension et le suspens, Spielberg indique sa présence par différents bruits (craquements, bande originale...). Certains plans lors des attaques ont du être retournés pour ne pas subir de censure. De plus, pour rendre les attaques réelles, l’équipe a tourné différentes séquences en Australie avec de vrais requins. Spielberg confirmera son attirance pour les monstres en réalisant « Jurassic Park » bien plus tard.


Les acteurs
Roy Scheider interprète le rôle principal de Martin Brody, un homme courageux toujours au service de ses concitoyens pour combattre le requin. Le baroudeur des mers, Quint, est joué par l’acteur britannique Robert Shaw que l’on a pu apercevoir auparavant dans de nombreux films de guerres. Richard Dreyfuss termine le casting en interprétant Matt Hooper. On peut remarquer que Steven Spielberg a tenu à avoir un casting d’acteurs peu connus à l’époque. Notons que le rôle de Martin Brody avait été proposé à Charlton Heston. Idem pour les deux autres rôles principaux promis initialement à des acteurs renommés. Ce choix a été fait pour ne pas faire deviner au spectateur qui allait survivre au requin.


La musique
« Jaws » ne serait pas aussi fantastique sans la terrifiante bande originale de John Williams. Depuis « Sugarland Express », Spielberg ne quitte plus son ami, véritable maître es bandes originales. Pour « Jaws », John Williams compose un thème simple qui ne compose que quelques notes. Pourtant, celui-ci s’avère d’une efficacité redoutable. La musique donne au film une ambiance haletante incroyable. Les deux compères ont depuis collaborés sur de nombreux métrages comme « La liste de Schindler », « Indiana Jones », « Jurrasic Park » ou encore « Il faut sauver le soldat Ryan ».


En conclusion
« Les dents de ma mer » est une oeuvre majeure dont on ne se lasse pas. Même après l’avoir vu des dizaines de fois, les séquences d’attaques sont tujours aussi géniales. La musique vous prend toujours aux tripes. Ce qui n’est pas le cas des trois suites (séquelles) dont vous devez oublier l’existence.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.35:1
   
   
L’image n’a pas été retouchée par rapport à l’édition sortie il y a déjà 5 ans. Le master est d’une excellente qualité tant au niveau de la colométrie que de la définition. On remarquera quelques défauts de pellicule ici ou là mais ceux-ci sont furtifs et ne vous dérangerons pas à la lecture des éventuels sous titres !

Le Son
 
Universal nous propose 3 pistes sonores toutes en 5.1. Outre les pistes VO et VF encodées en Dolby Digital, on trouve une piste française DTS. Elles sont toutes d’un redoutable rendement et mettent parfaitement en valeur la bande originale. Malgré cela, on ne peut qu’être déçu. L’édition précédente contenant la piste mono française d’origine. Cette piste « originale » n’est pas incluse ici et, comble du sacrilège, le film bénéficie d’un nouveau doublage (véritable hérésie pour les puristes habitués aux dialogues originaux de la VF). Notez que la note son ne tient pas compte de ce souci bien frustrant qui rend « collector » l’édition « 25 ème anniversaire ».

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 180 min
  Boitier Amaray
   
   

Dans les coulisses des dents de la mer (105 min)
Pour la première fois sur DVD, ce documentaire de Laurent Bouzereau est édité en version complète. Les éditions précédentes ne contenaient que 50 minutes du reportage. Plus qu’un making of, ce film est une véritable bible pour les fans du film. Chaque protagoniste revient sur cette fabuleuse aventure que fut la mise en place du tournage. En fait nous assistons à un véritable tête à tête avec le réalisateur. Plus rien ne vous sera inconnu.


Galerie
Une incroyable et énorme sélection de clichés cassés selon différents thèmes : les coulisses, les requins, les photos du tournage, la promotion...


Infos sur les requins
Un bonus très interactif ou une voix off vous explique toutes les caractéristiques du requin blanc. Il suffit de cliquer sur une partie d’un requin modélisé en 3d pour connaître les spécificités de ses atouts et de ses sens. Les explications sont toujours claires et très complètes.


Les scènes inédites
Une sélection de treize scènes inédites qui ont été coupées au montage. D’une qualité très inégale, il semble qu’aucune d’entre elles n’aurait pu apporter un plus supplémentaire au montage final. Elles restent néanmoins agréables à regarder.


Bêtisier (1m30)
Une sélection de quelques plans ratés dont quelques plans bien énervants pour Roy qui n’arrive pas à faire fonctionner son arme.


Sur le plateau 1974 (9 min)
Un excellent reportage d’époque ou on nous présente les lieux du tournage et le film. On perçoit Steven Spielberg en action lors des tournages au large et il nous explique les difficultés de celui-ci (placement des plans...).


Story-Board comparés
La comparaison entre les scènes finales et les dessins originaux de quatre scènes dont celle de la mort du jeune Alex. Spielberg reste fidèle au story-board en apportant tout de même de grands changements.


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
   Infos sur les requins