du même réalisateur
  MINORITY REPORT
  ARRÊTE-MOI SI TU PEUX
  INDIANA JONES ET LES AVENTU...
  INDIANA JONES ET LE TEMPLE ...
  INDIANA JONES ET LA DERNIÈR...
  LA LISTE DE SCHINDLER
  LE TERMINAL
  LES DENTS DE LA MER (COLLEC...
  L'EMPIRE DU SOLEIL
  LA GUERRE DES MONDES

dans le même genre
  LES TROIS JOURS DU CONDOR (...
  LE CERCLE ROUGE (ULTRA HD /...
  JSA (JOINT SECURITY AREA)
  THE LIGHTHOUSE
  I SEE YOU
  GEMINI MAN (ULTRA HD / 4K -...
  PARASITE EDITION STEELBOOK ...
  J'ACCUSE
  TROIS JOURS ET UNE VIE
  PARASITE

du même éditeur
  L'HOMME INVISIBLE (2020)
  THE LIGHTHOUSE
  SPIDER IN THE WEB
  GEMINI MAN (ULTRA HD / 4K -...
  ABOMINABLE
  DOWNTON ABBEY LE FILM
  FAST & FURIOUS : HOBBS AND ...
  COMME DES BÊTES 2
  YESTERDAY
  BROOKLYN NINE NINE SAISON 6


Dernières Actus
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX EN ...
  CRITIQUE FILM SONG BIRD D'A...
  DVDCRITIQUES LIVE #33 : LE ...
  TEST AMAZON FIRE TV STICK 4...
  DVDCRITIQUES LIVE #32 : SOU...
  TEST AMPLI-TUNER ARCAM AVR3...
  TEST AMPLI-TUNER DENON AVC-...
  DVDCRITIQUES LIVE #31 : 5 J...

Duel (Collector)

Genre Thriller
Pays USA (1971)
Date de sortie mercredi 20 octobre 2004
Durée 85 Min
Réalisateur Steven Spielberg
Avec Dennis Weaver, Lucille Benson, Eddie Firestone, Carie Loftin
Producteurs George Eckstein
Scénaristes Richard Matheson
Compositeur Billy Goldenberg
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Oui
Oui
Oui
  Français
Non
Non
Non
  VF Sourds
Oui
Oui
Oui

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Universal
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  85 min
  Nb Dvd  1
   
   

Certains films ont marqué nos esprits, soit pour la maîtrise dont a fait preuve le réalisateur, soit pour la prouesse technique, soit pour l’histoire etc…

Duel est un mélange de tout ça. Il marque tout simplement. Le film est la répétition de ce qui deviendra l’un des plus grands succès de ce jeune réalisateur, « Les dents de la mer » (1975), film qui marqua un tournant dans l’histoire du cinéma ainsi que dans la vie de Steven Spielberg. En effet ce jeune réalisateur, a besoin de faire ses preuves et pour cela recherche le sujet qui pourra donner libre cours à son imagination. C’est à ce moment qu’un producteur de télévision lui propose de faire un film tiré d’une nouvelle de Richard Matheson, qui parle d’un automobiliste agressé par un camion. Spielberg saute sur l’occasion, et nous offre un bijou d’angoisse et de maitrise. En effet, comme il le fera quatre ans plus tard avec « Les dents de la mer », Spielberg imagine une construction particulière, faisant fi de quelques règles. Pour commencer, le camion s’en prend à David Mann (Dennis Weaver), sans raison apparente. Ensuite on ne voit jamais le conducteur, ce qui renforce la tension de l’histoire. Rendant ainsi l’angoisse du personnage encore plus palpable. Conçu à l’origine comme un film de télévision, « Duel » sortit dans de nombreux pays au cinéma, ce qui rend son insert encore plus grand. Ce film est un vrai bijou d’angoisse, les nerfs restent tendus jusqu’à la fin.

On pardonne même au réalisateur les petites erreurs, comme son reflet dans la cabine téléphonique et celui dans le rétroviseur.

Spielberg maîtrise son film à la perfection, chaque plan atteint son objectif, celui de nous emmener dans ce road movie hors du commun, et de nous tenir en haleine jusqu’au bout. Pour cela il est aidé d’un acteur exceptionnel, Dennis Weaver (La bataille de la vallée du diable (66), Tiens bon la rampe Jerry (66)), qui retranscrit cette angoisse montante, mêlé à l’incompréhension, avec un réalisme qui frise la perfection. Son interprétation d’un homme banal prisonnier d’une histoire qui le dépasse est à lui seul un moment d’anthologie dans l’histoire du cinéma. A l’inverse les personnages secondaires par leurs physiques ou leurs attitudes deviennent tous des conducteurs de camions potentiels. C’est là toute la force du film.

En choisissant de faire de son camion un personnage à part entière, Spielberg trouve là une idée de génie, car cela ouvre toutes les possibilités au spectateur et le fait entrer de plein fouet dans l’univers du film. A la mer on a peur des Requins, sur la route on a peur des Camions.

Seul touche négative du film la musique de Billy Goldenberg, très expérimentale (trop ?) qui fait regretter que Steven Spielberg n’est pas connu John Williams plus tôt.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.33:1
   
   

Une image parfaitement bien retravaillée. Malgré quelques pâleurs, le film semble tout juste sortit des studios Universal.


Le Son
 
le 5.1 Surround et surtout le DTS rendent un effet sonore ahurissant dans ce film. L'ensemble rend l'atmosphère particulièrement réaliste et angoissant. Les apparitions du camion font trembler les murs et nous avec. Et le voyage dans la voiture semble interminable. C'est saisissant et de très grande qualité.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 55 min
  Boitier Amaray avec fourreau cartonné
   
   

Un making Off, très complet permettant de mieux comprendre les étapes de conception du film, ainsi que toutes les difficulté auxquelles Spielberg du faire face. Comme le monteur obligé de jouer avec certains plans pour rendre la narration plus fluide et ainsi éviter de retourner des scènes supplémentaires. C’est amusant et parfois même joyeusement autocritique, puisque Spielberg revient sur ses apparitions involontaires pendant le film.

Ensuite un petit documentaire retrace les relations entre la télé et le réalisateur, où l’on apprend que celui-ci a commencé sa carrière en tournant un épisode de Columbo.

Bref un collector très complet et joyeusement angoissant.


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage