du même réalisateur
  MINORITY REPORT
  ARRÊTE-MOI SI TU PEUX
  INDIANA JONES ET LES AVENTU...
  INDIANA JONES ET LE TEMPLE ...
  INDIANA JONES ET LA DERNIÈR...
  LA LISTE DE SCHINDLER
  DUEL (COLLECTOR)
  LE TERMINAL
  LES DENTS DE LA MER (COLLEC...
  L'EMPIRE DU SOLEIL

dans le même genre
  CAPHARNAÜM
  L'AMIE PRODIGIEUSE
  A BRIGHTER SUMMER DAY
  SHÉHÉRAZADE
  GUY
  HIPPOCRATE : SAISON 1
  THE LOST SOLDIER
  THE STRANGE ONES
  1900
  CHICAGO MED : SAISON 2

du même éditeur
  CAPITAINE SUPERSLIP
  DRAGON 2
  TURBO
  LES CROODS
  SHREK 4 : IL ÉTAIT UNE FIN
  I LOVE YOU MAN
  TONNERRE SOUS LES TROPIQUES
  KUNG FU PANDA (BLU-RAY)
  PARANOIAK
  SOURIS CITY


Dernières Actus
  POWERDVD 19 : COMPATIBLE 8K...
  KING KONG 2019 : DISPONIBLE...
  HAWAII 5-0 : SAISON 8 EN CO...
  DISNEY DÉVOILE :"LE ROI LIO...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX LA ...
  NETFLIX DÉVOILE SA NOUVELLE...
  NETFLIX ANNONCE LA SAISON 3...
  LE PALMARÈS DU FESTIVAL SÉR...

Cheval de Guerre

Titre Original War Horse
Genre Drame
Pays USA (2012)
Date de sortie vendredi 22 juin 2012
Durée 147 Min
Réalisateur Steven Spielberg
Avec Jeremy Irvine, Emily Watson, Peter Mullan, David Thewlis, Niels Arestrup, Tom Hiddleston, Benedict Cumberbatch, Toby Kebbell
Producteurs Steven Spielberg et Kathleen Kennedy
Scénaristes Lee Hall et Richard Curtis
Compositeur John Williams
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Dreamworks
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  147 min
  Nb Dvd  1
   
   
Un jeune homme se lie d’amitié avec un cheval, durant la première guerre mondiale. Leur destin est alors fait de déchirure, de séparation et de souffrance. Le tout sur fond d’héroïsme.

Le maître Spielberg revient donc dans ce qu’il sait le mieux faire : Filmer les aventures par la couleur des sentiments. Le réalisateur trouve dans la pièce ainsi que dans la nouvelle de Michael Morpurgo toute la matière nécessaire à l’épanouissement de son art. Il y trouve tout ce qui a fait sa réputation : l’amitié entre deux êtres que tout oppose, la fascination de deux mondes radicalement opposés, l’attachement presque aveugle entre deux individus qui n’étaient pas censé se rencontrer, etc… tout y est et le maestro œuvre comme toujours. Avec ce regard qui chaque fois se fait plus précis, ce besoin presque obsessionnelle de trouver le plan qui fera la différence, un sens du rythme aiguisé, un regard affuté au plus juste et une fidélité envers une équipe qu’il connait avec infinie justesse. Chacun y va de la majesté de son art, une direction de la photo qui parvient à jouer sur les ambiances pour mieux donner corps aux images du maître, un ingénieur son qui trouve toujours les idées les plus fines pour donner une textures particulières tout en s’approchant du maximum de la réalité.

Mais surtout un scénario, qui sait faire mouche sans jamais sombrer dans la caricature absolue ou dans l’œuvre parfois trop patriotique, comme bon nombre de réalisateurs savent faire. Steven Spielberg, raconte une histoire à des interlocuteurs qu’il perçoit à chaque fois qu’il se plonge dans une œuvre. Un public adulte avec « La Liste de Schindler » ou encore « Il faut sauver le soldat Ryan », ou à un public  familial avec « Tintin et le secret de la Licorne » ou « Cheval de guerre », mais tout ces films ont un dénominateur communs : la personne. Le réalisateur parle à une personnes dont il perçoit l’intelligence et l’envie. On ne va pas voir « Amistad » de la même manière que l’on va voir « E.T. », mais chacun doit pouvoir être touché par une facette de l’histoire. Dans le cas de « Cheval de Guerre », le réalisateur amène le spectateur à s’identifier au jeune homme mais aussi au cheval. Avec une souplesse et toujours la même maitrise, Spielberg et ses scénaristes Lee Hall et Richard Curtis, ne veulent pas se limiter à une lecture linéaire d’un cheval courageux et d’un jeune homme fougueux, ils veulent que l’on puisse comprendre ce qui les poussent à se battre pour survivre, alors que la mort semble plus douce que toutes les souffrances endurées.

De la même façon, Spielberg soigne toujours autant sa réalisation et ici les scènes de batailles ressortent toujours avec autant de magnificence qui frise le génie. Depuis « Le soldat Ryan » où il utilisait la caméra portée pour mieux coller au cœur de la bataille, cette fois-ci Steven Spielberg filme le champ de bataille, avec un soin du détail qui frise l‘obsession, à l‘image de l‘attaque du camp allemand par la cavalerie, dont la beauté et l’inventivité de la mise en scène sont tout bonnement à couper le souffle. Il parvient toujours à illuminer l’écran de travelling souple, peut-être inspiré de Sergio Léone, pour mieux imprégner le spectateur d’une ambiance maitrisée et les textures choisies oscillent en permanence entre la chaleur et la froideur pour mieux nous marquer du sceau de la guerre.

En conclusion, « Cheval de Guerre » est une fois de plus, la preuve que le génie de Steven Spielberg n’a pas de limite. Car il parvient toujours à entrainer la famille dans une réflexion commune autour d’un scénario solide et d’une réalisation en perpétuelle évolution, mais dont la maitrise ne se dément jamais. Encore un chef d’œuvre !

L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.40:1
   
   
Une image soignée avec des couleurs particulièrement bien tenues. Les contrastes donnent un véritable éclat travail soignés de photographie du directeur de la photo attitré du réalisateur : Janusz Kaminski. Le support est d’une grande efficacité lorsqu‘il s‘agit d‘espaces lumineux, mais manque parfois d’un peu de précision lors des scènes plus sombres notamment celle du no man‘s land. Dans l‘ensemble l‘édition dvd met parfaitement en valeur le travail de l‘équipe du film.

Le Son
 
Une piste 5.1, qui tient ses promesses, les ambiances sont reconstruites avec beaucoup de brillance surtout dans les bruitages si particuliers au film. Le 5.1 fait des merveilles lors des effets sonores, mais souffre toutefois d‘un décalage remarquable entre dialogues et effets. Quelques soit la version, le support se met toutefois totalement au service du film et parvient à surprendre lors des scènes de bataille.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Amaray
   
   
La section bonus est toutefois un peu décevante par rapport à l’engouement que suscite le film. Puisqu’elle n’offre qu’une version raccourcie du making of que l’on peut trouver sur l’édition Blu-ray Exclusive Fnac (qu’il est préférable d’ailleurs de se procurer, tant elle offre une multitude d’informations passionnantes autour du film : Les bruitages, la bande son, le travail des lumières, etc.….).

Dans la version dvd, le reportage se limite au stricte nécessaire : la mise en scène, l’historique du projet (comme d’habitude Kathleen Kennedy qui était tombée sous le charme de la pièce de théâtre), le travail de Janusz Kaminski, les lieux de tournage en l’occurrence la région de Devon en Angleterre, et pour finir les acteurs choisis pour leur talent, mais aussi pour leur nationalité afin que leurs accents respectifs puisse donner plus de crédibilité à son œuvre.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage