Les images des menus


Les images du film


Les images des bonus





du même réalisateur
  LE POIDS DE L'EAU
  K-19: LE PIÈGE DES PROFONDE...
  DÉMINEURS
  POINT BREAK
  ZERO DARK THIRTY

dans le même genre
  MYSTERY ROAD SAISON 2
  SUSPECT NUMÉRO UN
  LE PARRAIN DE MARIO PUZO EP...
  PRODIGAL SON SAISON 1
  MAFIA INC.
  LES ENQUÊTES DE VAN DER VAL...
  MONSIEUR HIRE
  LES AFFRANCHIS
  PAR UN BEAU MATIN D'ÉTÉ
  WATERGATE

du même éditeur
  OKINAWA
  BRUCE LEE : LA MEMOIRE DU D...
  LE MYSTÈRE ANDROMÈDE
  THE AFRICAN QUEEN
  LE MYSTÈRE ANDROMÈDE
  THE DEAD OUTSIDE
  PLAGUE TOWN
  SALVAGE
  THE MOTHER
  ELMER LE REMUE-MÉNINGES


Dernières Actus
  THE LAST TREE EN VOD
  LA LOI DE LA JUNGLE EN VOD
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : WINK ...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : SHERL...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : SANS ...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : BLANC...
  2021 : UNE ANNÉE POUR CÉLÉB...
  WONDER WOMAN 1984 EN ACHAT ...

Point Break

Genre Policier
Pays USA (1991)
Date de sortie mercredi 12 novembre 2003
Durée 117 Min
Réalisateur Kathryn Bigelow
Avec Patrick Swayze, Keanu Reeves, Gary Busey, Lori Petty
Producteurs James Cameron, Peter Abrams et Robert L. Levy
Scénaristes Rick King, W. Peter Iliff
Compositeur Mark Isham
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Non
Non
Non
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Geneviève Silva
  Editeur   Opening
  Edition   Collector
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  117 min
  Nb Dvd  2
   
   

L'histoire :
A Los Angeles, la capitale mondiale des hold-up
, Johnny Utah (Keanu Reeves), jeune recrue du FBI, se voit confier sa première enquête : démanteler le réseau des "anciens présidents", un gang de quatre joyeux drilles qui, affublés de masques de Carter, Johnson, Nixon et Reagan, ont déjà braqué quelques 27 banques de la côte Ouest. Pour le FBI, aucun doute possible, ces malfaiteurs sont des "pros". Mais, très vite, Johnny Utah acquiert la conviction qu'ils ne sont que d'intrépides surfeurs dont les méfaits serviraient à financer leur dévorante passion pour la glisse. Il décide d'infiltrer leur milieu et de se mettre ... au surf ! Il fait la connaissance de Bodhi (Patrick Swayze), un trompe-la-mort mystique, en même temps qu'un leader charismatique.


La critique :
Kathryn Bigelow signe avec "Point Break" son quatrième film alors qu'à l'origine le scénario de Peter Iliff, qui avait été acheté par la Columbia en 1987, devait être réalisé par Ridley Scott. Mettre à l'écran le milieu de la glisse n'était pas sans difficultés et sans risques aussi, pour préparer le tournage, la réalisatrice a-t-elle étudié minutieusement les us et coutumes des surfeurs. Le plus souvent indomptables, ils sont avant tout des amateurs de plaisirs extrêmes. Ils les partagent en vivant en clans impénétrables et possèdent leurs propres lois. Pour incarner le beau et implacable Bodhi et orchestrer son redoutable face à face avec le Grand Bleu, elle a fait appel à Patrick Swayze, non seulement l'un des comédiens les plus en vue de sa génération mais aussi le plus sportif pour avoir déjà beaucoup pratiqué le saut en chute libre. C'est d'ailleurs lui-même qui participe aux scènes de saut dans le film. C'est donc en parfaite osmose qu'il entre dans le personnage charismatique de la bande. En effet, la psychologie de Bodhi est fascinante. Il est une sorte de fou philosophe qui vit dans la plus grande marginalité et la contradiction. Il est un être double, possédant à la fois un côté noir et s'avérant capable d'une grande sensibilité. Repoussant toujours plus loin ses limites physiques et morales, il entraîne avec lui tous ceux qui lui vouent une sorte de culte. C'est d'ailleurs le cas du jeune agent du FBI, Johnny Utah, incarné par un Keanu Reeves dont le charme  transperce tout autant l'écran. A eux deux, on peut dire que le duo est des plus réussis ! Aux prises avec leur caractère impétueux, calculateur, leurs objectifs, pour le moins antithétiques, ils se lancent dans un affrontement sans merci qui ne laisse rien ni personne indifférent. Seuls la mer et le ciel pourront arbitrer ce duo d'enfer.
Mais il ne faut pas non plus oublier tous ceux qui participent à la révélation des deux hommes car Gary Busey et Lori Petty ne sont pas en reste. L'un participe à mettre en relief le caractère fougueux du novice, l'autre, par sa fragilité et sa beauté sollicite la sentimentalité des deux rivaux et fait rejaillir de chacun une sensibilité jusqu'alors masquée par la virilité.
A tout cela s'ajoute le cadre dans lequel les deux hommes et leurs acolytes évoluent car la réalisatrice a su choisir des lieux et des atmosphères qui nous enveloppent et nous font glisser dans l'intrépide aventure. On se trouve si bien enveloppé par les éléments que, si peu que l'on sache se laisser porter, on en ressent toutes les sensations. A cet effet, la séquence finale, censée se dérouler en Australie, a été en réalité tournée à Hawaii et c'est à juste titre qu'elle vous sublimera, à n'en pas douter ... C'est ainsi que par-delà son aspect thriller, "Point Break" s'impose irrémédiablement comme un grand film d'action qui multiplie avec bonheur les scènes choc (l'arrestation des dealers est à ce titre époustouflante !), les cascades les plus prestigieuses et les plus périlleuses mais la force de l'amitié et de l'amour y occupent également une place de choix. Difficile dès lors de choisir son camp, la tentation est grande de surfer sur la vague du mal ...


En conclusion :
C'est donc dans un tourbillon d'émotions que "Point Break" nous entraîne.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.35:1
   
   
Oublions l'image catastrophique de l'édition précédente pour constater les progrès réalisés : définition, couleur, contrastes et luminosité sont désormais à la hauteur de ce que nous pouvions espérer. Seul un léger grain affecte les scènes sombres et la compression montre des faiblesses (effets de moiré). La restitution reste très convaincante, le film retrouve enfin sa "dignité visuelle" et le plaisir n'en est que renforcé.

Le Son
 
Oublions également le format 2.0 de l'édition précédente qui laisse place au multicanal puisque Dolby Digital 5.1 et DTS 5.1 sont proposés pour la VO et la VF. Tous les choix offrent une restitution efficace avec un mixage bien adapté au programme. La VO est plus réaliste que la VF car plus précise, plus détaillée. Enfin, le DTS prend un léger avantage grâce à un relief sonore plus prononcé. Sans être au niveau des meilleures, la section audio de ce DVD, par son efficacité, intervient avec bonheur dans l'ambiance générale du film et augmente l'impact de quelques scènes clés. 

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 102 min
  Boitier Amaray
   
   

Deux DVD vous sont proposés dans ce coffret mais, ne vous réjouissez pas trop vite car bien que contenant quelques documents "frissons", il ne satisfait pas vraiment les attentes de celui qui aurait aimé en apprendre davantage sur le film lui-même. Déception donc mais décrivons un peu leur composition.


Disque 1 : L'annonce se déroule sur fond d'extraits du film dans le bruit des vagues. C'est donc dans le bleu de l'océan que nous sommes d'emblée plongés.
- Film (117 mins)
- Versions : Française (dolby digital 5.1 et 5.1 DTS), Version originale (dolby digital 5.1 et 5.1 DTS). Une sélection sous-titrée n'est pas proposée mais, rassurez-vous, le sous-titrage se met automatiquement au lancement du film en VO.
- Chapitres : une présentation originale et judicieuse, dans un support qui ressemble fort à une pellicule film. Il suffit de cliquer sur les petites vignettes animées et numérotées qui forment les bandes extérieures pour voir apparaître la séquence au coeur de la bande. Ingénieux.


Disque 2 : Même présentation dans une ambiance aquatique.
- Les films de hold up, un documentaire sous-titré qui fait intervenir plusieurs interviewés qui viennent proposer un historique des films du genre et exposer les raisons d'un tel engouement du public. Aux propos alternent des images de films d'époques différentes (50mins). D'un bon intérêt.
- Ultrasports, un bêtisier des plus belles acrobaties manquées sur fond musical. Des chutes spectaculaires d'adeptes de sports de l'extrême  (26mins). Un cocktail de chutes bien filmées mais l'intérêt n'est pas des plus parlants. Juste de quoi apprécier son fauteuil !
- Extreme shorts, dix représentations de sports de l'extrême filmées sur différents sites de la planète (26 mins) : Hawaii, Tunisie, Maldives, Chili et France. Des images sensationnelles, de superbes séquences. De quoi avoir le frisson d'autant que le fond musical participe à l'action.
- Lexique, 11 mots de vocabulaire spécifique aux sports de l'extrême sont définis succinctement dans des encadrés clairs, sur fond d'images animées du sport en question (barefoot, buggykite, kitesurf,...).
- Film annonce en VO, incitative (très mauvaise image).
- Filmographies : celles de Keanu Reeves, de Kathryn Bigelow et de Patrick Swayze présentées à partir de leur portrait en triptyque. Selon le choix, la photo se déplace et défile à côté la filmographie.

Vous l'aurez compris, un DVD bonus en mouvement, à l'image du film mais, décevant. Opening aurait pu profiter de ce deuxième DVD pour proposer un making of des superbes scènes de cascades et un commentaire voire des interviews des principaux concernés. Dommage !


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
   lexique