du même réalisateur
  UN HOMME À PART
  BRAQUAGE À L'ITALIENNE
  BE COOL
  FAST AND FURIOUS 8
  MEN IN BLACK : INTERNATIONA...

dans le même genre
  PEGGY SUE S'EST MARIÉE
  MON GRAND-PÈRE ET MOI
  JOURNAL INTIME
  JABBERWOCKY
  MON COUSIN
  LA VOIX DU SUCCÈS
  T'AS PÉCHO ?
  LE DÉFI DU CHAMPION
  POUR UN GARÇON
  TOUT SIMPLEMENT NOIR

du même éditeur
  LE VIE PRIVÉE DE SHERLOCK H...
  THE PARTY
  DOLLS - LES POUPÉES
  L'HORRIBLE INVASION
  FROM BEYOND - AUX PORTES DE...
  ROCKY
  ROBOCOP
  LES GRANDS ESPACES
  OVER THE TOP BRAS DE FER
  LE VIEUX FUSIL


Dernières Actus
  THE LAST TREE EN VOD
  LA LOI DE LA JUNGLE EN VOD
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : WINK ...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : SHERL...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : SANS ...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : BLANC...
  2021 : UNE ANNÉE POUR CÉLÉB...
  WONDER WOMAN 1984 EN ACHAT ...

Be cool

Titre Original Be Cool
Genre Comédie
Pays Etats Unis (2005)
Date de sortie vendredi 30 septembre 2005
Durée 118 Min
Réalisateur F. Gary Gray
Avec John Travolta, Uma Thurman, Vince Vaughn, Cedric the Entertainer, Andre Benjamin, Steven Tyler, Harvey Keitel, The Rock , Danny Devito, James Woods, Seth Green
Producteurs Danny de Vitto
Scénaristes Elmore Leonard (livre), Peter Steinfeld
Compositeur Dylan Berry John Powell
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Oui
Oui
Non
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de David Guillet
  Editeur   MGM DVD
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  118 min
  Nb Dvd  1
   
   
Synopsis
Chili Palmer en a assez d'être producteur de film, les studios sont à ses yeux trop durs en affaire et pourtant il en a connu des requins alors qu'il était encore prêteur sur gages. Chili aspire à quelque chose de plus reposant et de plus créatif. Son ami et producteur de disque se fait tuer en pleine rue par la mafia russe, Chili viendra à l'aide de l'épouse de son ami dont la société de production est en faillite.

Critique subjective : gangsta Rap et gangsters tout court
Petit retour en arrière, 10 années pour être précis, John Travolta, Renée Russo, Gene Hackman et Danny de Vito étaient à l'affiche de "Get Shorty", l'histoire d'un prêteur sur gages de Floride aux trousses d'un mauvais payeur qui se retrouve catapulter dans le milieu du cinéma à Hollywood. Le film est une adaptation du roman éponyme de Elmore Leonard "Get Shorty" paru en 1991, si le nom d’Elmore Leonard ne vous dit rien peut être que des titres de films tels que "Jackie Brown" ou "Out of sight" vous parlerons plus. Tout comme le premier film, "Be Cool" est donc inspiré d'un roman d'Elmore Leonard, autant gâcher la surprise tout de suite, cette suite est plus réussie que le premier film.

La satyre
Avant toute chose les romans narrant les aventures de Chili Palmer sont des satyres des milieux du cinéma et de la musique aux Etats-Unis. Le réalisateur Gary Gray n'a pas lésiné sur les bons mots ou encore en grossissant les traits ou en exagérant les situations pour critiquer ces univers. On appréciera la première phrase du film "Je hais les suites" par John Travolta ou encore le personnage de Nick Carr toujours au téléphone. De même que la discussion entre John Travolta et James Woods au début dans laquelle John se plaint que les dirigeants des majors du cinéma sont pires que tous les gangsters à qui il a eu à faire.

Les personnages
Un des fondements principaux d'un film, la dimension des personnages est tout simplement excellente. John Travolta est à son habitude impeccable dans le rôle de Chili Palmer un ex gangster reconverti dans le cinéma et qui tente une nouvelle reconversion dans l'industrie du disque. Difficile de faire plus cool que Chili dans le film, pour lui tout est dans le regard et quand cela ne suffit pas, les poings parlent et ça fait très mal. Uma Thurman est Edie Athens productrice de disque. Elle est la femme de Tommy Athens (James Woods) ami de Chili, la société de production que lui laisse son mari est au bord de la faillite et avec l'aide de Chili elle va faire exploser une star montante Linda Moon (Christina Milan), dommage qu'Edie soit mise en second plan par Chili ou les autres personnages du film. Vient ensuite le duo Raji (Vince Vaughn) et Elliot Wilhelm (The Rock) peut être les plus drôles du film, le premier est un agent artistique qui tient plus du souteneur que de l'agent pour paraître cool, il agit comme s'il était black mais il est surtout gaffeur impénitent. Mention toute particulière au personnage qu'incarne the Rock, en effet ce bras droit homosexuel est tout simplement totalement à contre emploi pour  cet habitué des films d'action et ancien catcheur, il est tout simplement excellent dans ce rôle. Vient ensuite Nick Carr interprété par Harvey Keitel, un producteur de musique qui ne se laisse pas intimider par Chili Palmer car il est peut être plus dangereux que ce dernier. Et pour finir en beauté il y a le Gangsta groupe avec Sin LaSalle (Cedric the Entertainer) le producteur du groupe Dub MDs aux méthodes mafieuses. Gary Gray s'autorise une liberté par rapport au livre et introduit Dabu (Andre 3000 Benjamin) le chanteur du gangsta groupe qui ne rêve que d'une chose utiliser son flingue. Pour son premier rôle au grand écran le chanteur des Outkast prouve qu'en plus d'être un artiste il sait très bien jouer la comédie. A noter la participation de Steven Tyler du groupe Aerosmith dans son propre rôle, et disons-le franchement la comédie ce n'est pas son fort au Steven mais quand on aime Aerosmith on ne boude pas son plaisir.

Les embrouilles
Même la meilleure des distributions ne serait rien sans un scénario qui tient la route et disons-le franchement on sent un petit peu le réchauffé au début alors que Chili rencontre Martin Weir (Dany de Vito) mais c'est bien vite une toute autre tournure que prend le film et l'on n'est plus sur le même registre que "Get Shorty". Prenons par exemple l'introduction de Sin LaSalle dans son quartier huppé de Los Angeles et ses ouailles gangsta molestant le directeur de programmation d'une radio. On trouve ainsi une multitude de situations hilarantes par leurs décalages, par exemple les essayages de the Rock pour un nouveau costume à mourir de rire. On retrouve également des situations de tel est pris qui croyait prendre et rebondissements multiples mais inutile de chercher, on ne dévoilera pas ici les intrigues.

Une bande son d'enfer
Le film traitant du milieu de la musique on ne pouvait avoir que du premier choix dans les musiques de la B.O et c'est le cas. Les nostalgiques des seventies goûteront du Fantasy de Earth Wind and Fire ou encore Kool and the Gang, du Hip Hop  avec Brand new old Skool par 777, une apparition des Black Eyed Peas, mais les amateurs de rock et d'Aerosmith auront droit à Cryin en duo avec Linda Moon,, on regrettera un peu le rendu sonore mais nous détaillerons cela dans la section son.

Le mot de la fin
Be Cool est donc un film à voir absolument non parce qu'il est la suite de "Get Shorty" mais surtout du fait qu'il ne s'agit pas d'une simple suite mais vraiment de la continuité d'une œuvre et la satyre du milieu de l'édition musicale, un comme dans le cochon tout y est bon, les acteurs, la musique et l'histoire que demander de plus. Côté technique l'image est irréprochable mais la bande son est décevante, côté bonus c'est du tout bon.

L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Le film est proposé au format 16/9 respecté. Le master est irréprochable, la colorimétrie bien étalonnée, les arrières plans précis, aucun défaut de compression perceptible à l'horizon.


Le Son
 
Deux pistes sont proposées au format 5.1 la version originale en Anglais et la version française. La première sera un peu plus riche en détails et les dialogues sonnent beaucoup plus juste. Passons maintenant au similitudes, la voie principale est très bien exploitée et les dialogues sont parfaitement intelligibles, la spatialisation est également très bien gérée, tout ceci aurait pu être parfait si les passages musicaux tel que le concert d'Aerosmith (1 heure 27 minutes) ne manquait pas tant d'ouverture et de dynamisme, en effet tout le film bénéficie d'une dynamique excellente et lors de ce concert on se retrouve avec des enceintes anémiques diffusant péniblement un Cryin pourtant si péchu.
 

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 72 min
  Boitier Amaray
   
   
Menu et interactivité

Making of sois cool très cool (20 minutes et 41 secondes)
Toujours la même rengaine et bien peu de bonnes choses à se mettre sous la dent dans ce making of. Tout le monde s'extasie sur le travail de l'autre "et ce fut un réel plaisir de travailler avec lui, et il est génial c'est un grand acteur c'est un excellent réalisateur …" Bref du making of à la sauce hollywoodienne.

Betisier (7 minutes)
Un bêtisier traditionnel.

Scènes coupées (16 minutes et 31 secondes)
14 scènes coupées sont présentées dans le DVD et chose rare toutes les scènes ont subi la post production afin de livrer une image d'aussi bonne qualité que le film lui-même.  Autant le dire tout de suite, certaines scènes auraient réellement dû figurer au montage final tel que le retour de Derek 1 et 2  ou encore les encouragements en coulisses ou encore l'arrestation sur gage ajoutant un peu plus de dimension comique tandis que certaines autres traînent en longueur telle que l'émission radio avec Pattie LaBelle ou encore Nick Carr et le Yoga.

Gros plan (23 minutes)
Décomposé en 5 featurettes on y retrouve John et Uma partenaire de danse (3 minutes et 25 secondes) , The Rock (5 minutes et 45 secondes), Andre 3000 (4 minutes et 12 secondes), Cedric the Entertainer (5 minutes et 12 secondes), Christina Milan (5 minutes et 12 secondes). Dans ces featurette le réalisateur Gary Gray revient sur ses choix de casting. On retiendra surtout le choix de the Rock et de Andre 3000 car il apporte un réel plus à la compréhension globale du film.

Clip You ain't woman enough to take my man avec the Rock (3 minutes et 55 secondes)
Le vidéo clip de la chanson de Elliot Wilhelm tiré du film, avec une brève introduction du réalisateur précisant que le clip est ringard mais que c'est voulu.

Bande annonce du film (2 minutes et 15 secondes)

En conclusion,
les bonus du DVD illustrent bien le vieil adage quantité ne rime pas avec qualité, si effectivement du côté de la quantité on est servi il manque cependant un peu de qualité. Ainsi sur les 73 minutes de bonus, à peine 15 minutes sont réellement dignes d'intérêt.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage