du même réalisateur
  BRONX À BEL AIR
  BABY-SITTOR
  HAIRSPRAY
  ROCK FOREVER
  ROCK FOREVER

dans le même genre
  LE DÉFI DU CHAMPION
  POUR UN GARÇON
  TOUT SIMPLEMENT NOIR
  TANDEM
  TANGO
  MYSTERY MEN
  RETOUR À ZOMBIELAND
  LA VÉRITÉ SI JE MENS : LES ...
  MON CHIEN STUPIDE
  DOWNTON ABBEY LE FILM

du même éditeur
  TANDEM
  TANGO
  L'ENFER DES ANGES
  MONSIEUR HIRE
  PAR UN BEAU MATIN D'ÉTÉ
  TERMINATOR : DARK FATE
  LA ROUE
  FAUBOURG MONTMARTRE
  LE PROFESSEUR
  LA CITÉ DE LA JOIE


Dernières Actus
  DVDCRITIQUES LIVE #29 : EN ...
  TEST AMPLI-TUNER PIONEER VS...
  DOLBY ATMOS MUSIC : QUOI, O...
  L’ASCENSION DE SKYWALKER EN...
  NOUVEAUTÉS 2020/2021 YAMAHA...
  FOCAL CHORA 826D DOLBY ATMO...
  SMYTH REALISER A16 : L'INTE...
  NEED FOR SPEED: HOT PURSUIT...

13 à la douzaine 2

Genre Comédie
Pays USA (2006)
Date de sortie mercredi 6 décembre 2006
Durée 90 Min
Réalisateur Adam Shankman
Avec Steve Martin, Eugène Levy, Bonnie Hunt, Tom Welling, Carmen Electra, Hilary Duff
Producteurs Shawn Levy et Ben Myron
Scénaristes Sam Harper
Compositeur John Debney
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Oui
Oui
Oui
  Français
Oui
Oui
Oui
  Arabe
Oui
Oui
Oui

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Fox pathé europa
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  90 min
  Nb Dvd  1
   
   

Tom Baker (Steve Martin), père d’une fratrie de 12 bambins, décide d’emmener sa famille passer des vacances près d’un lac. En face de leur maison, habite son rival de toujours Jimmy Murtaugh (Eugène Levy), père d’une fratrie de 8 bambins. Entre les deux hommes s’ouvre alors une compétition aussi redoutable qu’hilarante.

Pour ce nouvel opus, changement de réalisateur et donc changement de méthode. Alors que le premier volet était tourné entièrement en studio, « Treize à la douzaine 2 » bénéficie de décors naturels, ce qui offre une multitude de possibilités de gags. Le scénariste Sam Harper, a qui l’on doit déjà le premier opus, y puise donc bon nombre de gags qui mettent en valeur le talent comique de Steve Martin (Le père de la mariée, La panthère rose). Celui-ci n’hésitant pas à payer de sa personne pour déclencher les rires des spectateurs conquits. Pour exemple, il suffit de voir la scène de ski nautique, qui sans être exceptionnelle, se révèle toujours efficace. De plus l’association avec Eugène Levy (American Pie, Le Boss), s’avère payante. Car l’énergie dévastatrice du premier, associée au calme ravageur du deuxième, est un bonheur particulièrement jouissif. Autour des deux comédiens on reconnaîtra pour les plus jeunes, Brent et Shane Kinsman, les petits jumeaux de « Desperate Housewives », mais aussi dans les plus vieux : Hilary Duff (Lizzie Mc Guire) ou encore Tom Welling (Smallville), et côté charme la présence remarquée et remarquable de Carmen Electra (Scary Movie), qui n’hésite pas à se moquer de son image pour incarner la jeune et candide femme de Jimmy Murtaugh.

Bon, ne nous y trompons pas, nous n’avons pas à faire au chef-d’œuvre de l’année, mais plutôt à un scénario simple en toute honnêteté, vantant les joies et les peines d’une famille ordinaire. Une histoire comme les américains aiment bien. Et puis finalement, pas que nos voisins d’outre atlantique, puisque l’on prend plaisir à visionner ce film, et l’on se surprend aisément à passer d’un simple sourire à un rire à gorge déployée.

D’ailleurs, le réalisateur Adam Shankman, a qui l’on doit déjà « Baby Sittor » ou encore «Sexy dance », signe là une réalisation sans chichi, où chaque personnage participant à l’histoire, trouve indéniablement sa place, avec le bonheur de lui apporter la crédibilité nécessaire. En utilisant le lac comme lieu de compétition entre les deux pères, le réalisateur s’ouvre la possibilité de filmer en toute simplicité et en toute rigueur. Les comédiens se retrouve libéré des obligations imposés par un lieu clos, et libèrent totalement leurs folies au profit de la narration.

En conclusion, une comédie familiale efficace et bourrée d’énergie, dans laquelle on rit facilement, et l’on cède aisément au charme des comédiens. Soutenue par un jeu et une réalisation en toute honnêteté, « Treize à la douzaine 2 » n’a certainement pas à rougir de ses gags qui, s’ils ne sont pas d’une originalité débordante, s’avèrent toujours aussi efficace. Une comédie américaine qui, loin des critères nombrilistes de qualité européens, a le mérite de nous divertir et c’est tout ce que l’on demande.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.35:1
   
   

Sans être exceptionnelle, l’image est de bonne qualité. Même si quelques grains sont à noter sur quelques scènes. Rien de nuisible en tout cas pour apprécier pleinement le film.


Le Son
 

Une piste 5.1 en Français et en Anglais, de bonne augure et exploité correctement de manière à offrir un spectacle de qualité. Suffisamment énergique pour restituer les atmosphères et  parfaitement équilibré pour ne pas affaiblir les dialogues au profit d’effets sonores.


Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 40 min
  Boitier Amaray
   
   

Les commentaires audio du réalisateur Adam Shankman, intéressants sans être extraordinaires. Les séances de casting, qui sont en fait une accumulation d’interviews du réalisateur, du scénariste et de la directrice de casting. On se sent un peu trompé sur la marchandise. Puis  deux documentaires : un making of sur le chaos que peut représenter un tel tournage, puis l’autre, tournant essentiellement sur la personnalité de Steve Martin, d’Eugène Levy et de Bonnie Hunt. Et enfin les bandes annonces. Finalement rien de palpitant.


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage