du même réalisateur
  NCIS LOS ANGELES : SAISON 1
  NCIS LOS ANGELES : SAISON 2
  NCIS : LOS ANGELES SAISON 3
  NCIS : LOS ANGELES SAISON 4
  NCIS : LOS ANGELES SAISON 5
  NCIS LOS ANGELES : SAISON 6
  NCIS : LOS ANGELES SAISON 9

dans le même genre
  SPIDER IN THE WEB
  THE LOOMING TOWER SAISON 1
  PHANTOM DOCTRINE
  RED SPARROW
  MACGYVER SAISON 1
  SHOOTER : SAISON 1
  XXX: REACTIVATED (ULTRA HD ...
  JASON BOURNE
  HOMELAND SAISON 5
  LE PONT DES ESPIONS

du même éditeur
  LE JEUNE MESSIE
  LA VIE EST BELLE (ULTRA HD...
  LA VIE EST BELLE
  ESCAPE AT DANNEMORA
  CRAWL
  ROCKETMAN
  LE PARC DES MERVEILLES
  SIMETIERRE
  BUMBLEBEE
  SEAL TEAM SAISON 1


Dernières Actus
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ FASHION...
  LA BANDE ANNONCE DE RAYA ET...
  KAAMELOTT REPORTÉ
  SOUL DE PIXAR DISPONIBLE PO...
  UNIVERSAL ET MGM REPORTENT ...
  MAFIA INC. DE DANIEL GROU E...
  THE WRETCHED LE 02 DÉCEMBRE...
  SUITS SAISON 9 EN DVD

NCIS Los Angeles : Saison 7

Genre Espionnage
Pays USA (2016)
Date de sortie mardi 2 mai 2017
Durée 1008 Min
Réalisateur Shane Brennan
Avec Chris O' Donnell, LL Cool J, Daniela Ruah, Linda Hunt, Barrett Foa, Eric Christian Olsen
Producteurs Shane Brennan et R. Scott Gemmill
Scénaristes Divers
Compositeur Divers
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Paramount
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  1008 min
  Nb Dvd  6
   
   
Les agents "G" Callen (Chris O'Donnell) et Sam Hanna (LL Cool J) font monter la pression dans cette septième saison saturée en adrénaline. Avec l'Agent spécial Kensi Blye (Daniela Ruah), le Détective du LAPD Marty Deeks (Eric Christian Olsen), le prodige de l'informatique Eric Beale (Barrett Foa) et l'expert analyste Nell Jones (Renée Felice Smith), cette équipe de choc intrépide s'attaque à des ennemis aux quatre coins de la planète, comme des espions Nord-coréens ou des truands russes. Pour la première fois en coffret 6 DVD, cette explosive saison 7 vont tiendra en haleine tout au long de ses 24 épisodes !

Après le succès phénoménal de la série « Les Experts », les producteurs avaient eu l’idée de la décliner en différentes versions parcourant différentes villes des Etats-Unis (Manhattan, Las Vegas, Miami…). Il était donc logique que cette idée fasse des petits, ce qui fut le cas avec l’autre série à succès : « NCIS ». Une nouvelle version qui emmène le spectateur au cœur d’une section plus High-tech et beaucoup plus musclée que sa grande sœur. Ici, la série plonge un peu plus dans l’espionnage, avec tout ce qu’il faut de filature de surveillance vidéo et de gadgets en tout genre. Une idée qui tend à renouveler la série et à lui donner une impulsion plus « Film d’Action ». 

Seulement il semble que les concepteurs de la série se soient un peu perdus sur le chemin qui devait les mener tout logiquement à une suite réussit. Car d’épisode en épisode, « NCIS: LOS ANGELES » peine à convaincre et notamment par ce changement radical de ton, moins sérieux, moins énigmatique, peut-être moins solide aussi que dans la série initiale. Car tout en voulant se démarquer, ce dérivé tourne inlassablement autour de personnages plus stéréotypés et plus caricaturés rendant finalement le tout un peu banal avec un arrière-goût de déjà vue. Alors que l’on attendait de cette nouvelle série, une sorte de dynamique nouvelle, on se retrouve avec une énième série policière aux héros ténébreux. 

Pour sa septième saison, pas grand-chose ne change, les héros se promènent aux quatre coins de la planète et déjouent des plans machiavéliques de terroristes belliqueux. Une recette qui a fait ses preuves dans les saisons précédentes mais qui commence à montrer de sérieux signes de faiblesses, avec notamment des personnages en danger dont on sait évidemment qu’ils s’en sortiront et des faux départs qui se révèlent des fenêtres pour de nouvelles intrigues. Malgré tout, l’énergie et l’humour de la série sont toujours aussi présents, et le rythme de la série garde un cap honorable pour ne pas perdre ses fans. Et c’est d’ailleurs, d’une certaine manière, les scénaristes qui avaient prit conscience de l’essoufflement de la série et des spectateurs qui commençaient à regretter les premières saisons où l’action primait sur les romances. Les néophytes y trouveront certainement l’occasion au détour d’un épisode de passer du bon temps, tant la série flirte avec bien d’autres et s’amuse à aller sur tous les terrains connus de conflits.

Côté distribution, on ne change rien, Chris O’donnell (Batman et Robin) et LL Cool J, font le boulot sans dévier d’un iota et répondent aux attentes des fans, qui finalement, ne souhaitent rien d’autres. Les deux comédiens gardent un jeu un peu poussif, mais c’est ce qui a fait le succès de la série, jusqu’ici.  Si cette nouvelle saison, ne se fait que la continuité des idées précédentes sans prendre de risque, l’ensemble se suit sans beaucoup de passion, mais la qualité de la mise en scène et la dynamique de la série permettent de garder la tête haute.

En conclusion, « NCIS : LOS ANGELES » ne fait pas dans le détail et s’adresse certainement à un autre public que celui de la première série, avec notamment des intrigues moins construites, plus basiques et un goût réellement prononcé pour les scènes d’actions et les personnages bodybuildés et ténébreux. Une septième saison, qui a passé la seconde au regard de la précédente, donc, même si le rythme est plus soutenu que dans les précédentes, avec des intrigues efficaces, enlevés et rythmées et des dénouements toujours plus improbables les uns que les autres. Mais la recette continue de fonctionner, et l’on ne peine pas à visionner l’ensemble des épisodes, sans pour autant éprouver plus de sympathie pour les héros qu’il n’est nécessaire.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Une image impeccable, à la résolution soignée. Les noirs sont intenses et les couleurs parfaitement dosées pour donner une certaine profondeur. Les contrastes offrent une véritable profondeur à l’ensemble. Une véritable réussite qui permet de relever le niveau.

Le Son
 
Une piste 5.1 efficace, et même si le tout manque de subtilité parfois notamment par la présence un peu trop soutenue lors des scènes d‘action. La spatialisation est impeccable et la dynamique forcément brillante avec des basses parfaitement dosées pour donner ce qu’il faut de relief à l’ensemble. 

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 30 min
  Boitier Amaray
   
   
Alors on commence avec « La fête du 150ème Episode », dans lequel on découvre, comme dans bon nombre d’édition de séries, une équipe soudée et heureuse, parfois surprise de pouvoir fêter ce 150ème épisode.

Puis « Qu’y a-t-il dans un nom ». un documentaire surprenant qui revient sur l’un des éléments clés de cette saison.

« En Afrique », Tout savoir sur le tournage en Afrique en quelques minutes chrono, c’est expéditif et pas forcément très informatif.

« Doube Vision », autre dessous d’un élément clé de la septième saison à découvrir dans ces bonus.

« Saison 7 : Ca devient personnel » : Un documentaire qui revient sur l’intrigue bien particulière de cette septième saison.

« Forte demande » où comment faire de l’autosatisfaction.

Puis des scènes coupées.  


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage