du même réalisateur
  MULHOLLAND DRIVE
  BLUE VELVET
  ELEPHANT MAN
  TWIN PEAKS : FIRE WALK WITH...
  SAILOR ET LULA (BLU-RAY)
  TWIN PEAKS : THE RETURN

dans le même genre
  WATCHMEN SAISON 1
  TERMINATOR : DARK FATE
  SUPERGIRL SAISON 4
  ALITA : BATTLE ANGEL
  MORTAL ENGINES
  BUMBLEBEE
  FUTURE WORLD
  VENOM
  KIN : LE COMMENCEMENT
  NEW YORK 1997 (REMASTER 201...

du même éditeur
  OKINAWA
  BRUCE LEE : LA MEMOIRE DU D...
  LE MYSTÈRE ANDROMÈDE
  THE AFRICAN QUEEN
  LE MYSTÈRE ANDROMÈDE
  THE DEAD OUTSIDE
  PLAGUE TOWN
  SALVAGE
  THE MOTHER
  ELMER LE REMUE-MÉNINGES


Dernières Actus
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX EN ...
  CRITIQUE FILM SONG BIRD D'A...
  DVDCRITIQUES LIVE #33 : LE ...
  TEST AMAZON FIRE TV STICK 4...
  DVDCRITIQUES LIVE #32 : SOU...
  TEST AMPLI-TUNER ARCAM AVR3...
  TEST AMPLI-TUNER DENON AVC-...
  DVDCRITIQUES LIVE #31 : 5 J...

Dune

Genre Science Fiction
Pays USA (1984)
Date de sortie mardi 7 juin 2005
Durée 135 Min
Réalisateur David Lynch
Avec Kyle Maclachlan, Virginia Madsen, Sean Young, Leonardo Cimino, José Ferrer
Producteurs Dino De Laurentiis, Raffaella De Laurentiis, José López Rodero
Scénaristes David Lynch
Compositeur Toto
Format Dvd 9
Informations
Complémentaires
Dune est un film d'une ambition telle qu'elle le conduit à sa perte. Son échec au box-office fut sans appel en réalisant 30 millions de dollars de recettes l'année même où des films comme Indiana Jones et le temple maudit engrangeaient 180 millions de billets verts. En comparaison, Star Wars episode 6, sortit l'année précédente réalisa un total de 252 millions de dollars... Dune devait à l'origine devenir une saga concurrente à celle de George Lucas.
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Non
Non
Non
  Français
Oui
Non
Non

Le Film Critique de Guillaume Simon
  Editeur   Opening
  Edition   Ultimate
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  135 min
  Nb Dvd  3
   
   

L'histoire

En l'an 10191 deux clans, les Atreîdes et les Harkonnen, s'affrontent sans relâche pour la possession de Dune, une planète désertique d'où est extraite l'épice, substance apportant longévité et pouvoir. Réfugiés parmis les habitants de Dune, les Atreîdes préparent leur revanche.


Critique subjective

David Lynch est encore un jeune réalisateur lorsque Dino de Laurentis lui propose la réalisation de Dune, adaptation casse-gueule d'un roman culte de science-fiction. Avant lui, de grands noms tels que Ridley Scott ou Alejandro Jodorowsky s'y sont déjà cassé les dents. Lynch est alors déjà considéré comme un réalisateur à part. De Laurentis compte beaucoup sur son talent pour faire parvenir son Dune à des sommets artistique et financiers.

C'est en 1977 que David Lynch réalise son premier long-métrage. Eraserhead est un film étrange et onirique qui marque immédiatement les esprits (tout le monde se rapelle de la famuese coiffure de Jack Nance). Un homme va immédiatement croire en Lynch, Mel Brooks. Habitué aux comédies il est décidé à produire un film sur la vie de John Merrick, surnommé l'homme éléphant. Fasciné comme beaucoup par le style si particulier du jeune réalisateur, il lui en confie la réalisation, voyant en lui le cinéaste le plus capable de retranscrire l'ambiance de l'Angleterre Victorienne et de ses "foires aux monstres". Le film est une réussite, et mieux encore, un succès. Lynch prouve qu'il peut s'attaquer à des sujets de manière plus conventionnelle sans pour autant se renier.

1984. La saga Star Wars vient de s'achever dans une apothéose de dollars avec Le retour du Jedi. Dino de Laurentis voit en Dune, l'immense saga littéraire de Franck Herbert, le potentiel d'une autre série de films à succès. Après plusieurs réalisateurs pourtant largement investis dans la post-production, le producteur confie à David Lynch la lourde tâche de réaliser le film. Les moyens mis en oeuvre sont énormes. Le budget alloué au film se monte à 45 millions de dollars, somme astronomique pour l'époque (à titre de comparaison Le retour du Jedi, sorti l'année précédente en avait coûté 15 de moins). Mais De Laurentis est confiant. Le roman est culte, le scénario est riche, le spectacle sera au rendez-vous, le succès est inévitable... Il ne sait pas encore à ce moment-là qu'il se lance vers un échec des plus cuisants.

Lynch n'était pas à l'aise dans l'univers Dune. C'est certain. La réalisation est hasardeuse, les choix franchement discutables (voix-off totalement inutiles, effets spéciaux ridicules par moments, séquences sans intérêts aux côtés de vides scénaristiques, personnages inutiles...) et l'ensemble souffre d'une lenteur qui amène très rapidement à l'ennui. La faut en incombe en partie aux De Laurentis qui n'ont pas vraiment aidé le réalisateur à concrétiser sa vision mais force est de constater que les défauts sont plus profonds encore et sont apparus dès la pré production.

Outre d'évidentes carences au niveau du rythme, le film souffre également d'un scénario confus. Pour les non initiés suivre le déroulement du film est souvent pénible et difficile. Mais où est l'intérêt alors ?

L'intérêt du film réside avant tout dans son statut de grand film malade, où l'échec est fascinant car pavé de bonnes intentions. Le visuel, même s'il souffre par moments de choix hasardeux, est indéniablement une réussite et même si certains personnages sont tout bonnement ridicules (Brad Dourif au look franchement limite...) et certains décors très cheap on sent bien l'ampleur du budget à l'écran. L'univers et vaste et bien représenté. Mieux, un souffle épique parvient à remonter l'intérêt du film.

C'est aussi cela Dune, un film sans cesse entre la frontière du génial et du ridicule, du bon et du mauvais, de l'ennui et du captivant...


En conclusion

Dune est un film malade, un échec fascinant. D'immenses faiblesses au milieu de qualités indéniables, une esthétique atypique, un ensemble inégal... Un tel échec artisitique devant tant d'ambitions et une telle débauche de moyens laisse perplexe. Un cas d'école, en tout cas une curiosité à découvrir ou redécouvrir.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.35:1
   
   
En un mot : superbe. Jamais on avait vu le film dans un tel état de propreté. La définition est excellente, la compression maîtrisée, les fourmillements certes visibles mais plutôt rares...

Le Son
 
La remasterisation de la piste sonore est elle aussi une franche réussite. Disponible en vf et vo 5.1 et DTS on notera des basses plus présentes sur cette dernière version. Même si la spatialisation n'est pas optimale (ce qui est normal, le film n'est pas conçu ainsi) on n'a jamais vécut l'expérience sonore Dune de meilleure manière.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 400 min
  Boitier Digipack
   
   

Premier bonus et non des moindres : la version TV de Dune. Plus longue de 35 minutes que la version cinéma, elle présentes plusieurs scènes coupées d'intérêt inégal par ailleurs visibles dans un chapitrage dédié. La qualité de l'image et du son sont ici très médiocres, le film est recadré au format 1.33, il est coupée en deux parties... bref un massacre. La version à au moins l'avantage d'être inédite en France et donc un objet de curiosité et un must pour le fan. Seule la version originale est ici disponible.

Un troisième DVD uniquement composé de suppléments complète cette très belle édition du film maudit de Lynch, découpée en six parties elle à le mérite d'être particulièrement informative à défaut de vraiment revenir sur le tournage du film.

L'adaptation :

* Le roman adapté : les différences entre le roman et le film ainsi que les choix initiaux de Jodorovski lorsque il dirigeait le projet sont pointés par un journaliste manifestement passionné par le sujet. Informatif et intéressant (8'30).

* Un roman inadaptable : retour du la mise en place difficile du projet et l'implication de Jodorwski qui aurait pu donner un film incroyable si on en croit les dires du journaliste, de quoi nourrir les regrets (9'20).

* Galerie de dessins préparatoires : galerie déroulante de dessins préparatoires du film (1'15).


Le tournage :

* Destination Dune : de rares images du tournage de Dune. Au final c'est featurette bien promo mais il n'existe rien d'autre... il faudra donc faire avec (6'15) !

* Galerie de photos : quelques photos de tournage annotées (2.19).


David Lynch :

* Interview de David Lynch : interview d'époque du réalisateur malheureux de Dune à l'époque de la promo du film, cela reste donc très consensuel (8.25).

* Filmographie : un écran présentant la filmo du maître.


Les scènes coupées :

* Qui est Alan Smithee : si vous ne le connaissez pas encore ce reportage nous présente un petit topo sur Alan Smithee, prête-nom des réalisateurs mécontents du traitement réservés à leur film dont Lynch fit l'usage pour la version TV de Dune (10'20).

* Galerie de photos : quelques scènes coupées présentés sous forme de photos annotées (0'35).


La promotion :

* Trailer : ben le trailer quoi... qualité vidéo horrible (1'35).

* Bande-annonce : en français (3').

* Galerie d'affiches : les affiches de Dune dans différents pays (1'15).

* Galerie des produits dérivés : des albums à colorier aux mangas... (1'55).


La restauration :

* Court reportage sous la forme d'un avant/après restauration (4').

 


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
   Version TV