du même réalisateur
  KALIDOR : LA LÉGENDE DU TAL...
  SOLEIL VERT
  L’ENIGME DE CHICAGO EXPRESS...
  L'ÉTRANGLEUR DE BOSTON
  20 000 LIEUX SOUS LES MERS
  MR MAJESTIC
  SOLEIL VERT
  CONAN LE DESTRUCTEUR
  LES FLICS NE DORMENT PAS LA...
  L'ÉTRANGLEUR DE RILLINGTON

dans le même genre
  MYSTERY ROAD SAISON 2
  SUSPECT NUMÉRO UN
  LE PARRAIN DE MARIO PUZO EP...
  PRODIGAL SON SAISON 1
  MAFIA INC.
  LES ENQUÊTES DE VAN DER VAL...
  MONSIEUR HIRE
  LES AFFRANCHIS
  PAR UN BEAU MATIN D'ÉTÉ
  WATERGATE

du même éditeur
  MR. SLOANE
  SOUTHCLIFFE
  A YOUNG DOCTOR'S NOTEBOOK S...
  COMBATIENTES
  MADE IN FRANCE
  MINUSCULE, LA VALLÉE DES FO...
  SACRIFICE
  THE FEAR
  A L'OMBRE DE LA RÉPUBLIQUE
  LA GIFLE


Dernières Actus
  DVDCRITIQUES LIVE #35 : KIT...
  DVDCRITIQUES LIVE # 34 : L'...
  MORT DU COMÉDIEN ET SCÉNARI...
  TEST DIVACORE ANTIPODS2 : E...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : KITAR...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : L'ANT...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX EN ...
  CRITIQUE FILM SONG BIRD D'A...

Assassin sans visage

Titre Original Follow Me Quietly
Genre Policier
Pays USA (1949)
Date de sortie mercredi 1 mars 2006
Durée 60 Min
Réalisateur Richard Fleischer
Avec William Lundigan, Dorothy Patrick, Jeff Corey
Producteurs Herman Schlom
Scénaristes Anthony Mann, Francis Rosenwald
Compositeur Leonid Raab
Format Dvd 5
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Non
Non
Non
  Français
Oui
Non
Non

Le Film Critique de Geoffrey Morlet
  Editeur   Editions montparnasse
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  60 min
  Nb Dvd  1
   
   

L’histoire :

Un policier obsessionnel, Harry Grant (William Lundigan), et la journaliste obstinée, Ann Gorman (Dorothy Patrick), dont on l'a flanqué, tentent de retrouver la trace d'un assassin surnommé "le Juge" (Edwin Max). Particularité : cet assassin sans visage opère uniquement par temps de pluie…


La critique :

Richard Fleischer reste à ce jour l’homme qui a certainement réalisé l’un des tous meilleurs films de serial killer avec L’étrangleur de Boston (1968), offrant à Tony Curtis un rôle de composition taillée dans l’authenticité. Car ce film s’inspirait d’un fait « divers » d’un tueur, qui avait crée la psychose dans toute une ville en étranglant à tour de poignets les femmes célibataires directement à leurs domiciles. En 1971, il s’empare d’un fait divers d’outre manche cette fois-ci avec L’étrangleur de Rillington Place, un autre modèle du genre avec Richard Attenborough dans le rôle du maniaque. Avec Assassin sans visage (1949), on retrouve déjà cette figure du tueur étrangleur. Ici, sa particularité vient du fait qu’il commet ses crimes par temps de pluie uniquement.

La grande originalité du film réside dans le dans traitement du tueur. Ce personnage brille par son absence pendant les deux tiers du film, mais reste paradoxalement omniprésent à l’écran. Comment et pourquoi ? Pour mener à bien son enquête, Harry Grant reconstitue le profil du tueur grandeur nature c'est-à-dire sous la forme d’un mannequin fidèle autant que possible aux dépositions. La chose troublante est que ce mannequin n’a pas de visage, chose que Fleischer exploitera à fond dans le film. On peut retrouver ce procédé poussé à l’abstraction la plus totale dans Six femmes pour l’assassin (1964) de Mario Bava, pour les aficionados del maestro.

L’autre trouvaille se situe du côté de la réalisation. Lorsque le tueur essayera d’ajouter une huitième victime à son compteur, Fleischer veillera bien à ne surtout pas nous montrer son visage. En revanche il ne nous épargnera rien  des ratés lamentables de l’assassin, dans cette scène on le voit pris de dos essayant avec peine et fracas de venir à bout de sa victime (d’ailleurs il n’y arrivera même pas).  Et lorsqu’enfin l’identité de l’assassin sera découverte par les enquêteurs, Fleischer nous dévoilera son visage en prenant bien soin de ménager l’attente du spectateur (lente montée des marches, puis lent levée de tête…).


Voilà comment Assassin sans visage réussit le tour de force de faire exister à l’écran un personnage absent avec une pure idée de mise en scène, qui prouve l’inspiration et l’inventivité de Richard Fleischer.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 4/3 n&b
  Format Cinéma 1.33:1
   
   
L’image est nette, sans griffures ni poussière. La séquence finale où des angles de prises de vues sont tentés, offre une belle perspective avec des arrière-plans bien définis.


Le Son
 
Une seule piste mono anglaise, avec sous-titres optionnelles. Le son est très claire. Là aussi, la séquence finale jouit du travail de restauration. Les coups de feus raisonnent à merveille dans cette usine désaffectée, tout comme ces phases d’attente plongées silencieuses, où le seul souffle perceptible est celui des conduits à l’intérieur du film. Bonne dynamique dans ces scènes d’action mais aussi clarté dans les dialogues.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 5 min
  Boitier Amaray
   
   
Présentation du film par Serge Brombreg.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage