du même réalisateur
  KALIDOR : LA LÉGENDE DU TAL...
  SOLEIL VERT
  L’ENIGME DE CHICAGO EXPRESS...
  L'ÉTRANGLEUR DE BOSTON
  20 000 LIEUX SOUS LES MERS
  ASSASSIN SANS VISAGE
  SOLEIL VERT
  CONAN LE DESTRUCTEUR
  LES FLICS NE DORMENT PAS LA...
  L'ÉTRANGLEUR DE RILLINGTON

dans le même genre
  CHARLIE'S ANGELS
  BAD BOYS FOR LIFE
  FAST & FURIOUS : HOBBS AND ...
  HAUTE-SÉCURITÉ
  SHAZAM!
  SANG FROID
  MORTAL KOMBAT 11
  NCIS : LOS ANGELES SAISON 9
  EQUALIZER 2
  COFFRET TRILOGIE RAMBO (UL...

du même éditeur
  LE VIE PRIVÉE DE SHERLOCK H...
  THE PARTY
  DOLLS - LES POUPÉES
  L'HORRIBLE INVASION
  FROM BEYOND - AUX PORTES DE...
  ROCKY
  ROBOCOP
  LES GRANDS ESPACES
  OVER THE TOP BRAS DE FER
  LE VIEUX FUSIL


Dernières Actus
  DVDCRITIQUES LIVE #35 : KIT...
  DVDCRITIQUES LIVE # 34 : L'...
  MORT DU COMÉDIEN ET SCÉNARI...
  TEST DIVACORE ANTIPODS2 : E...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : KITAR...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : L'ANT...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX EN ...
  CRITIQUE FILM SONG BIRD D'A...

Mr Majestic

Genre Action
Pays USA (1974)
Date de sortie mardi 20 juillet 2004
Durée 103 Min
Réalisateur Richard Fleischer
Avec Bronson Charles, Al Lettieri, Linda Cristal, Lee Purcell
Producteurs Walter Mirisch
Scénaristes Elmore Leonard
Compositeur Charles Berstein
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Espagnol
Non
Non
Non
  Italien
Non
Non
Non
  Allemand
Non
Non
Non
  Anglais
Oui
Non
Non
  Français
Oui
Non
Non
  Grec
Oui
Non
Non
  Hollandais
Oui
Non
Non
  Polonais
Oui
Non
Non
  Roumain
Oui
Non
Non
  Suédois
Oui
Non
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   MGM DVD
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  103 min
  Nb Dvd  1
   
   

Fils d’un des pionniers de l’animation, à savoir Max Fleischer, créateur entre autre de Popeye et Betty boop, Richard Fleischer fut le réalisateur de films culte de l’histoire d’Hollywood, comme « L’assassin sans visage » (1949), « 20000 lieues sous les mers » (1954), « Les vikings » (1958), « Barrabas » (1962) ou encore « Tora!Tora ! Tora ! »(1972). On le comprend très vite en découvrant un bout de sa filmographie, ce gars aime la Testostérone, et sait la mettre en valeur. C’est donc tout naturellement, qu'il finit par croiser la route de Charles Bronson.

  Cet acteur au parcours Hollywoodien impressionnant, grâce tout d’abord à des westerns devenu légendaires, comme « Les sept mercenaires » (1960), « les douze salopards » (1967), ou encore et surtout l’homme à l’harmonica dans « Il était une fois dans l’Ouest »(1969), mais aussi grâce à des chefs d’œuvres du cinéma américain. En fait il semble que le nom de Bronson se soit associé à celui d’Hollywood pour écrire leurs histoires mutuelles. Ainsi on retrouve sur le parcours de l’acteur des monuments comme : « La grande évasion » (1963), ou encore le non moins cultisme « Adieu l’ami » (1968), avec un certain Alain Delon d’ailleurs.

 Mais la route de Bronson va subitement prendre un détour surprenant, puisqu’il va se spécialiser dans les films d’action à la violence impressionnante. Et suite au succès du « Justicier dans la ville » (Michael Winner, 1973), il enchaîne donc avec ce "Mr Majestic".

 Le ton y est minimaliste, le décor désertique, on n'y parle que pour dire l’essentiel. Et le casting peut se résumer ainsi : Un gentil, (Ancien du Viêt-Nam et bagarreur repenti), une femme Mexicaine,  une horde de méchants composée, entre autre, d’un très très méchant et d’une petite frappe. Le scénario se résume ainsi, un gentil cultivateur de pastèque se fait embêter par des méchants et fini par voir rouge.

 Mais malgré tout, le film fonctionne. Bronson impose son charisme, on ne voit que lui, les méchants, ne deviennent que des accessoires, fait pour le mettre en valeur. Et à la différence des films de Stallone ou de Schwarzenegger, il n’a pas besoin de se déformer le visage pour montrer qu’il est en colère. La mise en scène est à l’image de son histoire, simple, directe, et Fleischer, fait apparaître à l’écran les prémices d’un nouveau genre, où lorsqu’un gars se prend un coup de chevrotine, une grosse tache rouge apparait sur sa chemise, et où les explosions font trembler les enceintes.

  En conclusion, un film simple mais efficace, à découvrir pour le plaisir de revoir cet acteur disparu en 2003, suite à la maladie d’Alzheimer.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Quand on parle de service Minimum à la MGM, l’image en ait l’exemple type. Des taches partout, les contrastes mal redéfinis, en gros, on voit à peine la différence avec une VHS.

Le Son
 

Le son mono d’origine est détestable, ça crache à chaque phrase comme un épisode des Rue de San Francisco. Ce qui est surprenant, c’est la petite phrase sur la jaquette «  En version Mono d’origine,..., restaurée de manière à apporter une qualité optimale et un rendu de haute fidélité". Heureusement c’est écrit petit, car on a du mal à y croire.


Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Amaray
   
   
C’est toujours le même problème avec MGM, un service minimum, donc pas de bonus.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage