du même réalisateur
  KALIDOR : LA LÉGENDE DU TAL...
  SOLEIL VERT
  L’ENIGME DE CHICAGO EXPRESS...
  20 000 LIEUX SOUS LES MERS
  MR MAJESTIC
  ASSASSIN SANS VISAGE
  SOLEIL VERT
  CONAN LE DESTRUCTEUR
  LES FLICS NE DORMENT PAS LA...
  L'ÉTRANGLEUR DE RILLINGTON

dans le même genre
  LE PARRAIN DE MARIO PUZO EP...
  PRODIGAL SON SAISON 1
  MAFIA INC.
  LES ENQUÊTES DE VAN DER VAL...
  MONSIEUR HIRE
  LES AFFRANCHIS
  PAR UN BEAU MATIN D'ÉTÉ
  WATERGATE
  ZÉROZÉROZÉRO SAISON 1
  ESCAPE AT DANNEMORA

du même éditeur
  PETIT PAYS
  T'AS PÉCHO ?
  TANDEM
  TANGO
  L'ENFER DES ANGES
  MONSIEUR HIRE
  PAR UN BEAU MATIN D'ÉTÉ
  TERMINATOR : DARK FATE
  LA ROUE
  FAUBOURG MONTMARTRE


Dernières Actus
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX EN ...
  CRITIQUE FILM SONG BIRD D'A...
  DVDCRITIQUES LIVE #33 : LE ...
  TEST AMAZON FIRE TV STICK 4...
  DVDCRITIQUES LIVE #32 : SOU...
  TEST AMPLI-TUNER ARCAM AVR3...
  TEST AMPLI-TUNER DENON AVC-...
  DVDCRITIQUES LIVE #31 : 5 J...

L'étrangleur de Boston

Titre Original The Boston strangler
Genre Policier
Pays USA (1968)
Date de sortie jeudi 1 juillet 2004
Durée 116 Min
Réalisateur Richard Fleischer
Avec Tony Curtis, Henry Fonda, George Kennedy, Mike Kellin
Producteurs Robert Fryer, James Cresson
Scénaristes Edward Anhalt
Compositeur Lionel Newman
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Espagnol
Non
Non
Non
  Italien
Oui
Non
Non
  Français
Oui
Non
Non
  Anglais
Oui
Non
Non
  Allemand
Oui
Non
Non

Le Film Critique de Guillaume Simon
  Editeur   Fox pathé europa
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  116 min
  Nb Dvd  1
   
   

L'histoire


Plusieurs meurtres commis sur des femmes sèmment la terreur sur la ville de Boston. Après de larges recherches les forces de l'ordre trouverons finalement le coupable, mais ce n'est là que le début de l'affaire de l'étrangleur de Boston.


Critique subjective


L'étrangleur de Boston est inspiré d'une histoire vraie. Ce tueur en série a effectivement existé. Le film est d'ailleurs traité comme une histoire vraie tant le réalisateur tente de nous embarquer dans une reconstitution de l'enquète. Des héros ? Il n'y en a pas vraiment, juste des policiers qui font leur travail, rien de plus. Jamais, à deux ou trois scènes près, on ne sort du cadre de leur enquète.


A cela s'ajoute les nombreuses incursions de journalistes qui remettent l'histoire dans un contexte et la rendent plus "documentaire". Bref, L'étrangleur de Boston n'implique pas autant le spectateur que pour d'autres films policiers (un comble, car ici l'histoire est vérédique) car usant peu des artifices du cinéma, et ce à une exception près. En effet, la musique de fausse ne vient que rarement accompagner les images, la mise en scène et les choix des angles de caméra sont assez impersonnels (sauf pour la partie concernant Tony Curtis). Difficile dès lors de s'identifier au moindre personnage et même de "rentrer" totalement dans le film.


L'exception citée plus tôt est l'usage du split-screen. Cette technique consiste à diviser l'écran en plusieurs parties, multipliant ainsi les points de vue sur la scène, ou sur les points de vue même des personnages. Elle est ici employée de manière assez systématique, parfois à bon escient, parfois gratuitement aussi.


Le scénario suit à la trace l'enquète. Y compris donc un nombre impressionnant de fausses pistes durant presque une heure de film. On croit avoir trouvé le coupable, interrogatoire, questionnement... et non, il n'en est rien. Rebelote avec un autre, puis un autre, puis d'autres arrestations. Ce dispersement ne sert pas le film. Les acteurs arrivent sans mal à relever le niveau. Tony Curtis en tête, très juste. On peut aussi voir Georges Kennedy (le pote de Leslie Nielsen dans les Y-a-t'il...).


Au final, le film reste intéressant. Si il n'est pas parfait et accuse, en plus de vieillir plutôt moyennement bien, quelques défauts, il réussit sans trop de mal à nous accorcher d'un bout à l'autre.


En conclusion


Film à la gloire du split-screen (souvent bien utilisé, mais pas toujours), L'étrangleur de Boston est un bon polar (inspiré d'une histoire vraie) emmené par de bons acteurs, Tony Curtis en tête. Possédant un style 60's 70's assez prononcé, il réjouira aussi les nostalgique des films de cette époque. Une bonne ressortie.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Pas vraiment transcendante, l'image ne convaint pas tout à fait. La compression est hasardeuse et les fourmillement sont légions. La netteté est également des plus incertaines, les arrières plans étant souvent flous.

Le Son
 

Parmis les pistes proposées on préferera l'originale qui, en plus de nous proposer les véritables voix des acteurs, joue miuex sur la spatialisation, notamment lors des nombreux split-screen, alors que les autres pistes n'en tiennent pas du tout compte.


Pour le reste la clarté est dans une bonne moyenne, sans non plus atteindre des sommets.


Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Amaray
   
   
Rien, pas un seul supplément présent à l'appel, dommage.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage