Les images des menus


Les images du film


Les images des bonus





du même réalisateur
  TRAINSPOTTING ÉDITION DÉFIN...
  UNE VIE MOINS ORDINAIRE
  MILLIONS
  SUNSHINE (BLU-RAY)
  127 HEURES
  TRANCE
  STEVE JOBS
  T2 TRANSPOTTING
  YESTERDAY

dans le même genre
  THE WRETCHED
  L'HOMME INVISIBLE (2020)
  LES RÉVOLTÉS DE L'AN 2000
  INUNAKI : LE VILLAGE OUBLIÉ
  CA CHAPITRE 2
  CRAWL
  ANNABELLE : LA MAISON DU MA...
  MA
  LA MALÉDICTION DE LA DAME B...
  SIMETIERRE

du même éditeur
  TANDEM
  TANGO
  L'ENFER DES ANGES
  MONSIEUR HIRE
  PAR UN BEAU MATIN D'ÉTÉ
  TERMINATOR : DARK FATE
  LA ROUE
  FAUBOURG MONTMARTRE
  LE PROFESSEUR
  LA CITÉ DE LA JOIE


Dernières Actus
  DAVID PROWSE L'ACTEUR QUI I...
  DVDCRITIQUES LIVE #29 : EN ...
  TEST AMPLI-TUNER PIONEER VS...
  DOLBY ATMOS MUSIC : QUOI, O...
  L’ASCENSION DE SKYWALKER EN...
  NOUVEAUTÉS 2020/2021 YAMAHA...
  FOCAL CHORA 826D DOLBY ATMO...
  SMYTH REALISER A16 : L'INTE...

28 jours plus tard

Titre Original 28 days later
Genre Horreur
Pays Angleterre (2003)
Date de sortie mercredi 14 janvier 2004
Durée 108 Min
Réalisateur Danny Boyle
Avec Cellian Murphy, Naomie Harris, Brendan Gleeson, Christopher Eccleston, Megan Burns, Noah Huntley
Producteurs Andrew McDonald
Scénaristes Alex Garland
Compositeur John Murphy
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Oui
Oui
Oui
  Français
Oui
Oui
Oui
  Néérlandais
Oui
Oui
Oui

Le Film Critique de Frédéric Hebert
  Editeur   Fox pathé europa
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  108 min
  Nb Dvd  1
   
   


Synopsis

Après 28 jours d’un profond coma. Jim se réveille dans un hôpital étrangement désert. Il découvre par la suite que la ville de Londres, suite à la propagation d’un virus particulièrement contagieux, est, elle aussi, devenue une ville fantôme …



 



Critique subjective : :
Après les échecs successifs d’" Une vie moins ordinaire " (1997) et de " La plage " (1999), Danny Boyle (réalisateur) et Andrew MacDonald (Producteur) se devaient de trouver un projet percutant afin de rallier les fans de l’époque " Trainspotting " (1996). Les deux hommes avec l’aide d’Alex Garland (scénariste) imaginent une histoire post-apocalyptique se déroulant en Angleterre après qu’un virus (extrêmement virulent) ait contaminé la majorité de la population. Suite aux épidémies de l’ESB et de la fièvre aphteuse, le sujet semblait propice à traumatiser les foules. Tourné essentiellement en vidéo numérique, dans un souci d’esthétisme et d’authenticité, au final le résultat se révèle plutôt disgracieux …



Le choix d’un traitement numérique des images, réalisé en DV, laisse dubitatif au vu du résultat. Et pour cause, le long métrage propose une image floue et des couleurs qui ont tendance à baver. Vu le budget restreint alloué au metteur en scène, on peut être sceptique sur les véritables raisons de ce choix, soi-disant, esthétique. Au vu de la qualité des effets spéciaux, notamment lors de l’explosion de la station service, et de la vision d’une ville en feu, il s’avère effectivement très utile pour cacher la pauvreté des trucages. De même l’accélération des images, procédé utilisé en DV pour donner cet effet saccadé lors de l’apparition des contaminés, est des plus discutable, tant elles sont illisibles. Seuls les 5 dernières minutes, tournées avec une caméra 35 mm, présagent de ce qu’aurait pu être visuellement ce film.



28 jours plus tard, aligne les références au genre, et certains grands noms du cinéma fantastique et d’anticipation semble avoir eu une influence non négligeable sur ce film. La plus évidente, est celle de George A. Romero et sa trilogie des morts-vivants. Bien que le réalisateur et le scénariste avouent consciemment avoir pompé la séquence du supermarché (hommage à Dawn of the dead – Zombie) et celle du personnage de Mailer (repris sur celui de Bud dans Day of the dead – Le jour des morts vivants), on retrouve bien d’autres allusions à l’œuvre du maître. Pour les plus évidentes on retiendra la mort de l’enfant contaminé qui pour les connaisseurs est une scène clé issue de " Dawn of the dead " ; de même pour le camp militaire, qui fait immédiatement référence au huit clôt militarisé de Day of the dead. Mais les références ne s’arrêtent pas à George A. Romero. Le prologue, montrant des singes enchaînés devant des téléviseurs diffusant des images ultra violentes, est à l’évidence repris sur " Orange mécanique " de Stanley Kubrick. On pense aussi au " Survivant " (The omega man) avec Charlton Heston qui, secondé par une femme noire ( !), doit combattre des mutants irradiés par des radiations au cœur d’un Los Angeles déserté… Autre emprunt relevé, mais cette fois-ci littéraire, est un passage éprouvant du " Fléau " écrit par Stephen King, où il décrit la traversée d’un tunnel jonché de carcasses de voiture, rempli de rats et de cadavres (contaminés !). Tous ces exemples ne sont qu’un aperçu des références que l’on peut retrouver dans le film de Danny Boyle, et l’on peut en interpréter bien d’autres (L’armée des 12 singes, Alerte !, L’enfer des zombies etc et etc …). Il n’est donc pas surprenant que la vision de 28 jours plus tard laisse comme un arrière goût de déjà vu.



Paradoxalement, les grands absents du film sont les contaminés. La découverte par un Héros, quelque peu hébété (on le comprend …), d’un Londres ravagé par le virus, n’explique pas l’absence totale de cadavres dans les rues. Même si dans le commentaire audio, le réalisateur parle de choix esthétique, cela reste tout de même assez peu convaincant. De plus, il est assez étrange de voir les protagonistes se restaurer en pleine campagne sans véritablement se soucier de la menace environnante. Il s’agit d’ailleurs du principal défaut du film, car à travers ces changements de ton malheureux, le réalisateur n’a pas su maintenir une tension qui se devait omniprésente. Par voie de conséquence, Les zombies / contaminés sont assez peu utilisés, et quand ils interviennent, c’est à travers l’œil d’une caméra épileptique que l’on tente vainement de saisir ce qui se passe à l’écran. A ce propos, à part gronder et cracher du sang, les actes des infectés sont assez peu explicites, et leurs victimes ont beau hurler, on ne voit quasiment rien des supplices qu’ils leurs font subir (plutôt frustrant); à ce titre, on apprend dans le commentaire audio que les méchants zombies sont à leurs heures perdus des adeptes de la sodomie, un détail que même le plus attentif aurait du mal à deviner. A contrario, les contaminations sont impressionnantes et surprennent par leur intensité. Frank (interprété par l’excellent John Gleeson) en fait les frais lors d’une séquence traumatisante, dont l’issue s’avère radicalement fatale. Sa transformation est d’une violence inouïe, et l’on vient à regretter que le film ne soit pas à l’image de cette fameuse scène, en tout point éprouvante, aidé par l’énergie de la mise en scène et dont le montage est très astucieux.



Même si 28 jours plus tard ne renouvelle pas le genre, on peut tout de même lui accorder quelques bonnes idées. Tout d’abord la vision d’un Londres complètement dépeuplé, est véritablement angoissante. Elle n’est bien-sûr pas novatrice en milieu urbain (récemment, on retrouve une séquence similaire dans Vannilla sky), mais elle a l’avantage d’être très efficace, et plonge rapidement le spectateur dans un univers sinistre et oppressant. La traversée d’autoroutes complètement vides, renforce d’ailleurs habilement cette impression de désolation. De même la découverte des corps des parents de Jim, s’inscrit parfaitement dans le processus dramatique instauré par le film, et l’utilisation du flash-back renforce le côté " no future " de la situation vécue par les différents protagonistes. Le film perd, malgré tout, énormément de son intérêt dès l’arrivée au château, occupés par des militaires, dont l’unique instinct de survie se résume à la procréation (La femme est l’avenir de l’homme… Bonjour le cliché !)



Le réalisateur et le scénariste ont longtemps hésité au sujet de la fin du film. On peut regretter, qu’elle ne soit pas la meilleur des 4 envisagés (proposées en bonus sur le dvd). La fin intitulée " Rêve d'hôpital " est certes beaucoup moins optimiste, mais dans un sens, semblait être l’épilogue idéal et de plus, en parfaite continuité avec le film : " La boucle étant effectivement bouclée " dixit le réalisateur. L’explication, dans le commentaire, du choix effectué, est à ce propos, assez peu convaincante, et subodore qu’une fin positive était le choix le plus évident, pour palier au pessimisme ambiant délivré par l’ensemble du métrage. N’aurait-elle pas été plutôt imposée par les exécutifs ? Allez savoir …



Conclusion :

Que l’on aime ou que l’on n’aime pas l’image délivrée par cette caméra numérique quelque peu prétentieuse, le scénario proposé par 28 jours plus tard, n’en reste pas moins, malgré quelques bonnes idées, une sorte de recyclage de tout ce qui a déjà été fait, il y a 20 ou 25 ans. Rien de bien nouveau à l’horizon donc; et même si la première heure de métrage propose plutôt un bon film à l’atmosphère oppressante servi par une mise en scène maîtrisée, elle accuse malheureusement une sérieuse baisse de rythme dans une seconde moitié plutôt bâclé et qui pêche par manque d’ambition. Annoncé comme l’adaptation rêvé du jeu " Resident evil ", le dernier long métrage de Danny Boyle est finalement de facture bien trop raisonnable, pour pouvoir rivaliser avec la radicalité de certains classiques signé George A. Romero ou Lucio Fulci (L’enfer des zombies). Souhaitons que le remake officiel de Dawn of the dead réalisé par Zack Snyder, dont la sortie est annoncée courant 2004, saura remettre les pendules à l’heure. En attendant, 28 jours plus tard, n’en reste pas moins une sympathique récréation, en attendant …


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Je ne vais pas revenir sur l'encodage, qui semble tout à fait correct, et propose pratiquement la même vision du film pour ceux qui l'auront découvert en salle (peut-être avec un peu moins de grain). Mais sur le choix de la DV ... Pour rappel, le but avoué du réalisteur était de nous proposer l'image la moins lisse, soit-disant dans un soucis d'authentisité et de réalisme. Le pari est réussi, et sur galette numérique l'image parait constamment flou avec couleurs délavés et compression approximative. Les choix de réalisation du cinéaste peuvent paraître légitime, reste qu'il est tout de même regrettable que le film ne soit pas à l'image des 5 dernières minutes tournées en 35 mm, qui sont tout le contraire de la pauvreté des images délivré sur l'essentiel du long-métrage. 

Le Son
 
Les deux pistes proposées sont de qualité egale. Les basses fréquences sont malheureusement assez rarement sollicitées, et sont surtout présentes lors des scènes musicales. On notera une bonne spatialisation, et des enceintes arrières armonieusement bien utilisées surtout au cours des 15 dernières minutes, assez riche en action. Ces deux pistes restent dans l'ensemble, tout de même, assez timide en effets, et le gros de la bande son est centralisé sur l'avant. 

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 88 min
  Boitier Amaray
   
   

Petite introduction :

On peut dire qu'en matère d'intéractivité, ce dvd assure la totale (d'où la note maximale). Deux petits bémols tout de même : Le disque débute avec la bande annonce de "Phone game", assez contraignant, vu qu'on ne peut qu'utiliser l'avance rapide pour accéder au film. Cette méthode promotionnelle est plutôt étonnante, étant donné que le disque n'est pas prévu au départ pour la location. Les galeries de photos avec commentaires n'ont curieusement pas été sous-titré, un oubli de l'éditeur ? Ce sont bien-sûr les seules réserves que l'on peut émettre, car globalement en matière de suppléments le dvd est assez complet.

 


Scènes inédites :

7 séquences coupées au montage avec les commentaires optionnels de Danny Boyle (Réalisateur) et de Alex Garland (Scénariste). Elles sont relativement intéressantes, on retiendra "Les infectés dans les lieux", curieusement absente du film (les deux intervenant s'en étonnent encore ...), elle est pourtant assez efficace, et puis surtout "Rêve d'hôpital", qui fait figure de fin alternative, beaucoup plus austère que l'originale.


Fins alternatives :

2 fins avec commentaires optionnelles, dont l'une sous forme de story board. La première est à peu près identique à l'original, sauf que l'acteur Cellian Murphy n'y figure pas et est remplacé par une poule (?!). La seconde sous forme de dessins, commentée et jouée par Danny Boyle et Alex Garland, prévoyait , entre autres, une fin tout autre à Frank , rôle tenu par l'acteur Brendan Gleeson (Gangs of New York).


Le making of "28 jours plus tard" :

Un retour plutôt réussi, bien monté, d'une vingtaine de minute sur le long métrage, avec les interviews des différents acteurs, du réalisateur, des extraits du film, et séquences prises sur le tournage. Interventions de scientifiques qui reviennent sur la thèse avancée par le film, les corrélations avec l'actualité et les évènements vécus récemment par les anglais (l'épidémie de la fièvre aphteuse). Leurs discours peu optimistes font que "28 jours plus tard" devient subitement un film d'anticipation plus qu'un film d'horreur, pas très rassurant ... 


Galeries :

Galerie de production avec commentaires : Les photos prisent au cours du tournage, sous la forme d'un film de 18 mn avec commentaire (non sous-titré !).

Galerie d'instantanés avec commentaires : Photos "polaroïd" qui donne une image un peu plus intime de la production (commentaire sur un peu plus de 4 mn non sous-titré).


Marketing :

Vision promotionnelle du film avec : pré-bande annonce cinéma, bande annonce, storyboards animés du site internet anglais (qui en passant n'existe plus), puis Clip video de l'excellente BO de Jacknife Lee qui met en image le résumé de la totalité du film en 6 mn (un truc pour les impatients en quelquesorte ...).


Commentaire de Danny Boyle et Alex Garland :

Au cours de cet exercice verbal, le réalisateur et le scénariste reviennent sur les conditions de tournages, les choix de mise en scène, les trucages ... On apprend ainsi que les premières images tournées à la manière d'un documentaire (visionnés par les singes), ne sont pas issues de reportages réels, mais ont bien été tournées par la prod. Les intervenants font assez souvent référence au 11 septembre, le film ayant été tourné juste avant les évènements. On souligne lors de ce commentaire les emprunts à la trilogie de George A. Romero, notamment pour la séquence du supermarché (Dawn of the dead - Zombie) et celle du personnage de Mailer (Bud dans Day of the dead - Le jour des morts vivants). On retiendra aussi l'explication sur le choix de la fin, qui est la plus positive des quatre pressenties. Dans ce commentaire audio qui reste intéressant et très instructif, on regrette tout de même l'absence du point de vu d'un comédien, qui aurait certainement eu une approche toute différente du tournage, dommage ...


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage