du même réalisateur
  NOUS AVONS GAGNÉ CE SOIR
  LE JOUR OÙ LA TERRE S'ARRÊT...
  LA MAISON DU DIABLE
  AUDREY ROSE
  CIEL ROUGE
  MADEMOISELLE FIFI
  NÉ POUR TUER
  LA MÉLODIE DU BONHEUR (C)
  LE JOUR OÙ LA TERRE S'ARRET...
  LA MÉLODIE DU BONHEUR

dans le même genre
  MORTAL ENGINES
  BUMBLEBEE
  FUTURE WORLD
  VENOM
  KIN : LE COMMENCEMENT
  NEW YORK 1997 (REMASTER 201...
  THE HANDMAID'S TALE - LA SE...
  DARKEST MINDS : REBELLION
  WESTWORLD SAISON 2
  2001 : L'ODYSSÉE DE L'ESPAC...

du même éditeur
  UN SAC DE BILLES
  LA FAVORITE
  THE HATE U GIVE (LA HAINE Q...
  LE GRAND BAL
  L'EQUIPAGE
  SILVIO ET LES AUTRES
  BOHEMIAN RHAPSODY
  SALE TEMPS À L'HÔTEL EL ROY...
  THE HANDMAID'S TALE - LA SE...
  DARKEST MINDS : REBELLION


Dernières Actus
  LE CHANTEUR SUD AFRICAIN JO...
  DISNEY DÉVOILE LA BANDE ANN...
  LE FESTIVAL "VAL DE ROCK" E...
  TRÈS COURT INTERNATIONAL FI...
  PREMIÈRE IMAGE DE "WEST SID...
  GLADIATEUR 2 EST CONFIRMÉ
  LE RÉALISATEUR FRANCO ZEFFI...
  RALPH 2.0 EN DVD ET BLU-RAY

Le Jour où la Terre s'arrêta

Titre Original The Day The Earth Stood Still
Genre Science Fiction
Pays USA (1951)
Date de sortie mercredi 4 janvier 2006
Durée 88 Min
Réalisateur Robert Wise
Avec Michael Rennie, Patricia Neal, Hugh Marlowe, Sam Jaffe
Producteurs Darryl F. Zanuck
Compositeur Bernard Herrmann
Format Dvd 9
Site Internet ** Critique Edition Précédente
** Le Thérémin : un drôle d'instrument
Informations
Complémentaires
Le rôle du robot Gort est interprété par Lock Martin, un portier du Chinese Theatre, qui mesurait plus de deux mètres trente de haut à cause d'un déreglement hormonal génétique à priori. L'industrie laitière s'était du coup emparée de son image pour vanter les mérites du lait (croissance... déjà les mensonges du lobbying laitier). Lock Martin est mort trés jeune dès suite de sa santé fragile, effectivement ca a du donner envie de boire du lait...
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Oui
Oui
Non
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Fabrice Navarro
  Editeur   Fox pathé europa
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  88 min
  Nb Dvd  2
   
   

Synopsys.

Dans les années 50, une soucoupe-volante atterrit sur Terre dans un parc de Washington aux Etats-Unis aprés avoir parcouru de nombreux continents. Encerclé par l'armée et des milliers de gens, un extra terrestre sort de cette soucoupe et annonce qu'il vient en paix...

Critique Subjective.

Klaatu, Reviens, on a besoin de toi  !
Voilà en susbtance la seule chose que l'on souhaite à la fin de la projection de ce film tellement il est resté au goût du jour et de l'actualité. Mais c'est peut être aussi parce que l'humanité, elle, n'a hélas toujours pas progressé... Imaginons un instant que Klaatu et son robot Gort reviennent pour expliquer à tous les excités qui dirigent des pays ou des organisations terroristes qu'ils feraient mieux de se calmer ou Gort va leur montrer de quel bois il se chauffe... Cela serait fa-bu-leux ! Mais pour bien comprendre cet utopique souhait, il faut regarder ce film pour apprécier à quel point il était visionnaire...

Armée, Média, Société...tout le monde en prend pour son grade.
Déja en 1951, Robert Wise nous montre le militaire nerveux de la gâchette, amputé de cerveau et qui applique le théorème suivant : "On tire, puis on discute aprés." Outre cette caricature facile de nos jours mais plus osée à l'époque, le film dénonce aussi subtilement la main-mise des médias  sur l'information et l'orientation peu objective qu'ils lui donnent. La séquence est discrete mais efficace : durant le film un reporter interviewe les gens, qui déjà effrayés par les titres de la presse, s'empressent de souhaiter que l'armée capture et zigouille cet horrible extra-terrestre sans chercher à comprendre son message de paix. Une personne commence à lui répondre qu'avant de vouloir tuer à tout prix l'extra-terrestre, il faudrait chercher à le comprendre, qu'il n'a pas forcément de mauvaises intentions, et hop le reporter coupe le son et passe à une autre personne... Eh oui déjà l'information était orientée...

Bien sûr il faut replacer ce film dans contexte : au sortir de la 2eme guerre mondiale, au début de la guerre froide et surtout en plein essor du Mac Carthysme et sa fameuse liste noire... Une Amérique en pleine paranoia qui chasse le communiste partout. Et justement, en se plaçant ouvertement pour la paix et la non prolifération de l'arme atomique, ce film prend une position contraire à l'Amérique bien pensante de l'époque ! Certains y verront un message destinés aux russes (faites attention à ce que vous faites ou Gort vient péter la figure) mais il apparait clairement que ce film prône avant tout la paix et la tolérance entre les peuples ! On devrait d'ailleurs le ressortir dans toutes les salles... on sait jamais  un miracle au niveau de l'humanité pourrait en découler...

Le charme fou de la Kitchisation des films des années 50.
Impossible de ne pas s'attarder sur les effets spéciaux de ce film qui n'ont pas si mal vieillis que ça ! La soucoupe volante est tout à fait crédible (elle avait couté 100 000 dollars à l'époque !) et son incrustation bien réussie. Les rayons laser du Robot n'ont rien a se repprocher et restent trés crédibles. Seul...seul... notre bon vieux Robot Gort lorsqu'il est en mouvement tombe dans le ridicule et ne fait plus du tout mais alors plus du tout peur... pire il fait plus penser à Casimir avec ses vilains plis derrière les genoux qui trahissent le caoutchouc du costume d'un robot censé être en un métal supra méga solide... Mais dèjà à l'époque cela faisait le malheur des réalisateurs qui s'arrachaient les cheveux en voyant ces plis derrière les genoux. Heureusement le 2eme Gort utilisé en plan fixe est lui bien en métal et bien flippant du haut de ses 2m50.

Une référence pour la suite.
Inutile de préciser que bien des films ont repompé (sous forme de  clins d'oeil on suppose) les plans (effrayants pour l'époque) où la soucoupe survole la plupart des capitales du monde entier avec la panique des populations locales (cf : Independance Day). Idem, R. Emmerich emprunte les mêmes plans pour l'arrivée de ses détraquements climatiques un peu partout dans le monde et plus troublant il donne comme titre à son film catastrophe l'expression exacte qu'emploie Klaatu l'extra-terrestre pour indiquer quand la terre se figera : "The Day After Tomorrow"... Hommage involontaire ou pas ? ;)

Conclusion.

Un incontournable pour tout fan de SF, un excellent point d'entrée pour ceux qui veulent découvrir ce monde et un film universel, intemporel et qui fait réfléchir, et ça pour tout public. E-T, tu peux rentrer maison, mais Klaatu si tu pouvais revenir...  


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 4/3 n&b
  Format Cinéma 1.33:1
   
   

Restaurée par des extra-terrestres.

Louons le travail minutieux qui a été effectué sur cette édition pour laquelle une nouvelle copie 35 mm a même été créée pour refaire un transfert de master. Dans un des bonus on voit justement les améliorations portées entre les versions de 1993, 1995 et 2002. De plans constitués essentiellement de blancs brulés ou tachés, les ingénieurs ont réussi à effacer tous les défauts du temps, recréer une echelle de gris permettant de superbes nuances entre le blanc et le noir tout en magnifiant l'image mais sans perdre son grain d'origine. On notera quelques petits problemes de compression sur les mouvements de foule par exemple, mais au vu du travail de fourmi effectué et de l'âge du film, on lui accordera un 5/5 d'honneur.

A titre d'exemple, l'image (voir en haut de la critique) où l'extra terrestre salue le peuple terrien a été spécialement choisie pour vous puissez comparez les différences de versions entre celle ci et l'édition précédente critiquée par mon confrère José Evrard. En cliquant sur le lien ci dessus, vous pourrrez comparez les 2 images sur chaque version.


Le Son
 

Klaatu Dolby Nikto Digital 5.1.

Outre une image restaurée de toute beauté, cette version se paie le luxe d'une remasterisation en DD 5.1 assez réussie. Il suffit de visionner la scène où le robot Gort sort pour la première fois de la soucoupe volante (9:53)  pour se rendre compte de l'apport des surrounds quant à l'ambiance sonore et l'intensité de ce passage. En comparaison la même scène avec les versions DD 2.0 VO ou VF est beaucoup moins effrayante de par son volume et espace sonore plus restreints et moins dynamiques.

Ceci dit en  VO 5.1, les surrounds sont surtout utilisés pour renforcer avec succés l'ambiance musicale (et donc l'atmosphere si spéciale du film), ne vous attendez pas à un festival d'effets surround non plus.

Si l'on devait faire un classement des pistes, la VO 5.1 se place largement en tête, suivie de la VF 2.0 (avec les voix d'origine) puis de la VO anglaise qui souffre d'un manque de dynamisme général et de dialogues trop en arrière par rapport à la scène frontale et pas forcément bien audibles.

Ne privez donc pas du merveilleux générique d'intro en 5.1 qui fut ensuite source d'inspiration de bien d'autres films du genre que ce soit sous forme d'hommage ou de pastiche.

Notez que ce fut dans ce générique que l'on utilisa pour la première fois cet étrange instrument qu'est le Thérémin. C'est lui qui produit ce son, reconnaissable entre mille,  aigu, planant et mystérieux et que l'on entendra ensuite souvent dans les génériques de films de science-fiction (un sorte d'exercice de style obligé).


Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Amaray
   
   

Menus : Les menus sont tous fixes et seul le menu principal de chaque DVD est sonorisé avec l'inquiétante musique du film. Les autres menus sont muets.

Bonus : 1 DVD entier de bonus riches et variés en plus du commentaire audio présent sur le DVD du film.


Le commentaire audio de Robert Wise (Entretien par Nicolas Meyer) : Nicholas Meyer est un réalisateur de Science-fiction (Star Trek II: The Wrath of Khan), Ce commentaire a été initialement prévu pour l’édition laserdisc de 1995, c’est pour cela que Robert Wise mentionne ce support à maintes reprises. Wise discute avec entrain de la genèse de ce film et de son statut de classique

La comparaison d'extraits avant et après la restauration (4’19) : comme indiqué dans la section image le travail  effectué est remarquable de détails et de finesse.

6 archives Movietoneen (vost - 6:22 ) : Les actualités de l’époque, vous savez celle que l’on passait avant le film. En Vo non sous-titrée. Avant la projection du film, la vision de ces archives et de cette voix inimitable du commentateur et de la musique vous met dans l’ambiance de l’époque. Un peu comme lors de la feu émission "La Dernière Scéance" animée par Eddy Mitchell.

Bandes annonces (vost -12:53) : alors attention bandes annonces Collector tellement elles sont kitch, enfin typiques des années 50-60 avec leurs monstres, dinosaures et autres merveilles : Voyage au centre de la terre , Un million d'année avant Jesus Christ, Le sous marin de l'apocalypse et la bande annonce originale du film Le Jour où la terre s'arreta. Superbe.

Un avertissement et un ultimatum (vost - 14:16 ) : Interviews de spécialistes de la Science-Fiction au sujet du film, de son côté visionnaire, du contexte dans lequel il est sorti (chasse aux communistes) la position à contre courant qu'il prenait en cette période troublée. Trés interessant.

Le making of du film (vost - 80:43 ) : attention titre trompeur ! Il ne s'agit en aucun d'images d'origine du making of du film, mais d'interviews des différents protagonistes du film (acteurs, réalisateur, compositeur et même Joe Dante) qui reviennent sur le tournage du film, nuance... Cela n'en demeure pas moins trés intéressant bien qu'un peu long par moments. Un chapitrage eut été le bienvenue pour accéder aux divers sujets abordés tout au long des 80 minutes.

Photos : de tournage, du script original complet du film, de maquettes et plan d'architecte du vaisseau (avec les côtes et tout et tout !), affiches du film, extrait de presse, etc... Cela permet de s'apercevoir d'un battage médiatique assez important en plus d'être un film à gros budget pour l'époque. Les débuts du marketting à outrance ? ;)


Conclusion : Un incontournable pour tout fan de SF, un excellent point d'entrée pour ceux qui veulent découvrir ce monde et un film universel, intemporel et qui fait réfléchir, et ça pour tout public. E-T, tu peux rentrer maison, mais Klaatu si tu pouvais revenir...Techniquement l'édition la plus aboutie de ce film, image et son au top et une foultitude bonus qui ravira les fans !


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage